Magazine

Des violences policières pour cacher les émeutes de banlieue

Publié le 31 mai 2008 par Micheljanva

A Villepinte, en Seine-Saint-Denis, une marche vers le commissariat de police, soutenue par des associations locales et nationales, dont le MIB et les Indigènes de la République, a vu plusieurs dizaines de jeunes de la cité manifester pour réclamer l'arrêt des "brutalités policières" ! Un incident survenu le 8 mai est à l'origine de cette mobilisation. Lamba Soukouna, 29 ans, affirme que cette nuit-là des policiers l'ont frappé avec la crosse d'un flash-ball puis à coups de pieds, occasionnant six jours d'interruption temporaire de travail (ITT).

Cette version est contestée par la police. Selon le parquet de Bobigny, les policiers ont expliqué avoir été pris à partie par Lamba Soukouna, qui aurait ensuite résisté à l'interpellation. Ses blessures, notamment une plaie au front, s'expliqueraient par le fait qu'il ait tenté de se débattre. Les policiers l'ont placé en garde à vue pour "outrages", "menaces" et "rébellion".

Les médias récusent cette thèse sans attendre les résultats de l'enquête. Ces supposées violences policières leurs permettent en effet de mieux ignorer les émeutes de banlieue.

Michel Janva


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog