Magazine Santé

COSMÉTIQUE: Prudence avec les exfoliants à base de papaïne – The Journal of Investigative Dermatology

Publié le 13 avril 2015 par Santelog @santelog

COSMÉTIQUE: Prudence avec les exfoliants à base de papaïne – The Journal of Investigative DermatologyUtilisée en particulier dans certains cosmétiques exfoliants, la papaïne, une enzyme naturelle présente dans la papaye, peut être à l’origine de réactions allergiques sévères, alerte cette étude de l’Université de Vienne, publiée dans le Journal of Investigative Dermatology.

La papaïne est naturellement présente dans la papaye et est une enzyme et ses propriétés se rapprochant de celles des enzymes digestives pepsines, on la désigne parfois comme une pepsine de plante.

Le Pr Erika Jensen-Jarolim, chef du département de médecine de l’Université de médecine vétérinaire de Vienne précise les effets cutanés de la papaïne, appliquée ici directement sur des lignées cellulaires de peau et sur la peau de souris, en laboratoire. Alors que la peau est constituée de plusieurs couches de tissus épithéliaux réunis par des liaisons cellulaires appelées « jonctions serrées « , l’étude montre que la papaïne va induire une réorganisation de ces jonctions cellule à cellule entrainant la perte de la fonction de barrière cutanée : ainsi,

·   très peu de temps après l’application, la papaïne augmente cette perte de barrière cutanée, augmente la perméabilité vasculaire et des cellules inflammatoires pénètrent dans la peau.

·   2 semaines après l’exposition à la papaïne, les souris développent des anticorps à la papaïne, des immunoglobulines qui vont déclencher une réaction allergique à l’enzyme. En synthèse, appliquée sur la souris, la papaïne entraine :

·   une perte de la fonction de barrière de la peau,

·   une susceptibilité allergique spécifique à la papaïne puis une allergie.

Prudence avec les cosmétiques contenant de la papaïne :

Car la perturbation de la barrière de la peau peut favoriser l’infiltration d’autres allergènes et bactéries. Ainsi, chez l’homme comme chez l’animal, les maladies de la peau telles que la dermatite atopique, ou eczéma, sont également le résultat d’une augmentation de la perméabilité de la peau favorisant le risque de colonisation bactérienne, fongique ou virale. Enfin, la papaïne présente une énorme similitude structurelle avec l’un des acariens les plus allergènes et le processus de développement de l’allergie est similaire…

 

Source: The Journal of Investigative Dermatology2015 Feb 23. doi: 10.1038/jid.2015.58Papain Degrades Tight Junction Proteins of Human Keratinocytes In Vitro and Sensitizes C57BL/6 Mice via the Skin Independent of its Enzymatic Activity or TLR4 Activation(Visuel © Konstantin Yuganov – Fotolia.com)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine