Magazine

Au centre du développement, il y a toujours la personne

Publié le 01 juin 2008 par Micheljanva

" Juin, mois du Sacré-Coeur | Accueil | Tentatives de rassemblement à droite de la droite "

01 juin 2008

Au centre du développement, il y a toujours la personne

Benoît XVI a reçu samedi la Fondation " Centesimus Annus". Il a notamment déclaré :

" La croissance économique ne doit jamais s'éloigner de la recherche d'un développement intégral humain et social [...] le grand défi aujourd'hui est de globaliser non seulement les intérêts économiques et commerciaux, mais aussi les espérances de solidarité, dans le respect et dans la valorisation de l'apport de chaque composante de la société [...] un développement harmonieux est possible, si les choix économiques et politiques tiennent compte de ces principes fondamentaux qui les rendent accessibles à tous : je me réfère en particulier aux principes de subsidiarité et de solidarité [...]

Au centre de chaque plan économique, spécialement en considérant le vaste et complexe réseau de relations qui caractérise l'époque post-moderne, il faut toujours qu'il y ait la personne, créée à l'image de Dieu et voulue par Lui pour garder et gérer les immenses ressources de la création [...] Seule une culture partagée par une participation responsable et active peut permettre à chaque être humain de ne pas se sentir un témoin passif, mais un collaborateur actif dans le processus du développement mondial [L'homme] a le devoir de faire fructifier tous les biens terrestres, en s'engageant à les utiliser pour satisfaire les nécessités multiples de chaque membre de la famille humaine [...]

[il faut] éviter que le profit soit seulement individuel ou que des formes de collectivisme oppriment la liberté personnelle [...] L'intérêt économique et commercial ne doit jamais devenir exclusif, parce qu'il viendrait à violer de fait la dignité humaine [...] pour que le processus de globalisation en place dans le monde, investisse toujours plus le domaine de la culture, de l'économie, des finances et de la politique [il est nécessaire de considérer] l'importance de l'apport des parties intermédiaires selon le principe du subsidiarité, pour contribuer librement à orienter les changements culturels et sociaux et les concrétiser par un progrès authentique de l'homme et de la collectivité".

Michel Janva

Posté le 1 juin 2008 à 14h14 par Michel Janva | Catégorie(s): L'Eglise : Benoît XVI

Commentaires



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte