Magazine Livres

Si je Reste

Publié le 07 février 2015 par Melisande
Auteur : Gayle Forman
Sortie : 2010
Note : ? /5
Résumé : Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis vient l’accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes : d’abord, elle entend tout ce qu’on dit autour de son lit d’hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C’est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.

Si je reste est une merveilleuse histoire d’amour, mais aussi un livre qui nous fait réfléchir à l’essentiel, à la place de l’amour et du bonheur, à tous ces liens avec nos proches auxquels on s’habitue et qui sont pourtant le vrai trésor de nos vies. Si je Reste
Mon avis :   Bon, alors voilà Si je Reste. J'ai décidé d'acheter ce livre car j'ai eu de bons échos de l'adaptation cinématographique, que je n'ai pas vu car je suis pas fan de cinéma, et à première vue, il y a dans ce livre, des sujets intéressants à traiter. Et c'est le cas, une fois encore, je ne suis pas déçu par mes choix de lecture, oui je me lance des fleurs !    Pour la note, je n'en ai pas mis, car c'est difficile de noter un livre. J'avoue que souvent j'y vais sur le ressentis pour la note, je met le premier chiffre qui me passe par la tête, et je l'adapte avec les commentaires de la critique. J'essaie au maximum de rester objectif, d'analyser le livre dans sa globalité, mais je suis toujours influencé par mes goûts, après tout c'est bien "mon avis" qu'il y a dans la critique. C'est difficile de noter un livre, car on doit noter l'intrigue, les personnages, l'écriture, l'univers, les sentiments, le ressentis global, et parfois ça coince un peu.Si je Reste   Ici ce n'est pas le cas, le problème c'est que le livre est très court, trop court. Il est 3 heures du matin à l'heure où j'écris ça, je ne pouvais pas attendre pour la critique il faut que ça reste frais dans la mémoire, et je l'ai commencé vers minuit environ, un livre qu'on lit en trois heures, c'est trop court. C'est trop court pour noter un livre, il n'y a pas vraiment d'intrigue, pas d'univers, l'action et le temps du livre sont très réduits également, 24 heures pour être précis, donc vous n'aurez pas de note, sorry. De toutes façons, je n'aime pas noter les romans uniques, sans réelle suite, sans action, car ça chamboule mon système de notation et je m'embrouille.   Ce livre n'est pas comme les autres, on ne peut le rattacher à aucun autre, tout est particulier, donc je fais une critique particulière. Je ne parlerai que du personnage principal, Mia, en faisant des liens avec sa famille et ses amis. Et je vais surtout me concentrer sur les sujets abordés dans ce roman, sur l'écriture, les flash-backs, les émotions, et sur la réflexion, un point clé du livre.      Après avoir lu ce livre, et même après les passages intenses, j'ai refermé le livre, je l'ai posé et j'ai réfléchis. Car quand on lit un tel livre, on est obligé de se poser des questions. La magie de ce livre, c'est que la situation de cette pauvre Mia, cette situation horrible, et bien ça peut arriver à n'importe qui, à vous comme à moi, demain ou dans un mois. Et c'est un choc, car ça nous fait revenir à l'essentiel, à savoir l'amour, le bonheur, la famille et la passion, tout ça est très bien mis en avant dans le résumé fournit par le livre. En fait, la critique est dans le résumé, je ne peux que développer.   Mia est confrontée à une situation affreuse, elle a perdu sa famille la plus proche, sans toute fois être seule au monde, et elle a le droit de choisir si elle veut mourir ou pas. C'est dit clairement dans le livre, "tu as le droit de partir". Et désolé mais quand on voit ça, on a les larmes aux yeux instantanément.   On pourrait croire que sur les deux cent pages du livre, Mia pèse le pour et le contre, fait une liste avec les plus et les moins, mais ici, pas du tout. Sur deux cent pages, il n'y en a quoi, une trentaine et encore, pendant lesquelles elle se demande ce qu'elle doit faire. Ressasser la mort de sa famille, son futur compromis, ses problèmes, les questions de vie et de mort, de vie après la mort, tout ça, ça aurait été chiant et compliqué. L'auteur nous ramène ici à vrais valeurs, aux choses qui comptent. La solution ? Flash-back !

      Pendant la plus grande partie du livre, Mia nous parle de sa famille, de ses amis, de son petit-ami, de ses expériences d'adolescente, de ses petites aventures, de ses difficultés. Mia est aimée, mais elle est différente des gens de son entourage, c'est comme "le vilain petit canard", et de nombreuses personnes peuvent s'identifier à ça. Elle a eu une vie heureuse, avec sa famille, sa famille qui n'est plus là, alors on se demande à sa place si ça vaut le coup de continuer, et je pense qu'elle n'est pas la seule à se demander ça. À travers ces souvenirs, on s'attache énormément aux personnages, c'est dingue, tout s'enchaîne très rapidement, tout va très vite, on ne voit pas les pages passer, mais les personnages, on est obligé de les aimer, ils sont tellement drôles, loufoques, hors du commun, avec une philosophie de vie singulière, tout est singulier dans ce livre. Je n'en dis pas plus sur ça, car j'ai déjà du vous spoiler les 3/4 du bouquin.
Si je Reste  Dans les sujets traités, sujets d'adolescents, on rencontre en premier lieu l'amour, familiale et l'autre amour, le premier auquel on pense à la vu de ce mot. À un moment, je me suis demandé si ça valait le coup de tomber amoureux au lycée, je me suis demandé si un amour pouvait durer aussi longtemps, si ça pouvait affronter ces épreuves, si tout était aussi rose qu'on peut parfois le penser ? Nous n'avons pas de réponses ici, seulement des questions. Quant à l'amour familial et amical, il est au coeur du roman, on voit que c'est une partie essentielle du bonheur.    Puis il y a toutes les parties qui abordent la perte d'un être cher, les parties les plus douloureuses du roman, une mort, c'est dur, c'est triste, on ne sait pas si on peut s'en remettre, mais quand sa plus proche famille meurt, c'est encore pire. Je ne vais pas poser les questions à votre place, lisez le roman et vous verrez.
   Enfin, il y a l'écriture. Elle est très belle, simple, avec quelques passages amusants, des passages déchirants, elle transmet avec précision les sentiments de Mia, ses émotions, ses pensées, ses interrogations, tout. J'associe l'écriture de ce livre avec la musique, cette dernière étant très présente dans le livre. L'auteure utilise de superbes images pour décrire la musique, le violoncelle ; la musique fait partie de Mia, comme Mia fait partie de la musique, et pour moi, c'est l'un des points, voir LE point pour lequel elle devrait rester.   Franchement, quand j'ai lu ce livre, c'est comme quand j'ai lu Nos Étoiles Contraires, je me suis dit "la vie c'est dure, y'a des tas d'épreuves, mais c'est beau. Le jeu en vaut la chandelle au final".   Alors essayer de noter ça, on ne peut pas noter un livre sans matière à notation, je ne peux noter ni la vie ni la mort.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Melisande 39 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine