Magazine Poésie

Fins filmogènes

Par Deathpoe

Les portières de voiture
claquent
comme les dents
de la peur.
-Alors que les chiens
s'entraînent
au meurtre.-
Les hélices
de coléoptères
barrent le chemin
de nos labyrinthes
d'acier et de verre.
-Les fêtes foraines
en guise
de cimetières des clowns.-
Entre les débris
le coffre des perceptions
naturelles
les instruments
(plumes aiguilles d'horloges
seringues dards venimeux latex)
qui s'aiguisent
tranchent les toiles
Etoiles et toi
M'enlace
Jusqu'à ce que
Cela ne puisse
Plus durer
-jusqu'à ce que mon implosion se termine-
La contraction
L'épilepsie
Mes mains tremblent
L'angoisse
Les aortes
qui se déchirent
a la toux.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Deathpoe 179 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines