Magazine Science

Les boues de Java

Publié le 01 juin 2008 par Jpa

Le 29 mai 2006 commençait à Sidoarjo sur l’île de Java, une gigantesque éruption de boue aux causes encore incertaines. De la boue est éjectée d’un cratère de 50 mètres de diamètre, expulsant 50 000 m3 de boue tous les jours… En deux ans, La boue a d’ores et déjà recouvert une surface de plus de 6 km2, changeant radicalement l’environnement. Et nul ne sait si le phénomène durera encore un an ou un siècle.

Photos satellites prises respectivement en 2005, septembre 2006 et avril 2008 (© CRISP, université de Singapour )

2005

Dans l’immédiat il faut stopper ces boues ravageuses, salées et chargées de sulfure d’hydrogene. Une partie des coulées a été détournée vers le fleuve voisin afin les sédiments poursuivent leur route jusqu’à l’océan. L’impact écologique est dramatique. Le lit du fleuve a diminué de moitié et les poissons sont décimés. Les autorités répondent qu’il faut « choisir entre sauver des poissons et sauver des hommes ». Autre solution envisagée, boucher la cheminée du volcan avec des centaines de boules de béton. Un chantier inédit aux espoirs incertains.

2006

avril 2008

D’ après certains géologues, de l’eau réchauffée et pressurisée dans le manteau terrestre s’echapperait d’une poche gigantesque. Lors de sa remonté dans des fissures, elle se chargerait de sédiment et d’argile, formant a la sortie une boue et des vapeurs toxiques.De tels phénomènes sont assez rares et peu étudiés. Il existe des précédent, en Azerbaïjan où le Lokbatan a craché de la boue pendant 30 minutes alors son voisin le Koturdag est lui en activité depuis 1950 ! Le débit étant faible il n’a recouvert que 0,3 km2. Quant à savoir ce qui a, en l’occurence, provoqué la remontée de cette masse d’eau, personne n’a réussi à trancher en la catastrophe naturelle et l’erreur humaine.

Deux jours avant que la boue ne remonte, un tremblement de terre d’une amplitude de 6.3 sur l’echelle de Richter s’est produit à 250 km au sud ouest. D’après Oliver Dequincey, chercheur a l'’ENS  Lyon, l’éruption serait due à “une surpression naturelle importante dans une région propice de subduction associant volcanisme, compression tectonique et hydrothermalisme”.

Près du cratère, où s\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'élève une fumée blanche, on aperçoit une usine submergé. Les quelques pompes dispersées ici et là, paraissent dérisoire comparé à l\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\'ampleur du phénomène.
Mais l’homme pourrait bien avoir provoqué cette catastrophe. Le jour de l’éruption, l’entreprise de forage Lapindo Bantas - liée au gouvernement indonésien - prospectait dans la zone à la recherche d’hydrocarbures. Lors d’un forage à 2800 mètres de profondeur, une tige a heurté la chambre du volcan créant un lien entre l’eau pressurisée et la surface. Une première éruption de vapeur et d’eau a eu lieu. Cinq jours plus tard le volcan s’est mis à cracher de le boue a une température de 70-100°C. L’entrerise est mise en cause puisqu’elle a négligé les consignes de sécurité idoines. Elles consistent à revêtir les tiges de forage d’un tubage pour l’isoler de l’extérieur. Et éviter ce genre de désagrément.

Pour en savoir plus : 

http://www.bezak.fr/forum/archive/index.php/t-1176.html

http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-volcan-boue-sidoarjo-2006.xml

Photo ci-dessus “empruntée” au site Terlaba, où vous trouverez un reportage sur ce volcan de boue http://www.terlaba.com/photos/indonesie/sidoarjo/photos/sidoarjo_09.jpg


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jpa 598 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog