Magazine

La vraie musique extrême

Publié le 01 juin 2008 par Boebis @bonjoursamba
J’ai remarqué que mes groupes préférés étaient ceux que j’avais mis le plus de temps à apprivoiser. On commence perplexe, puis un truc nous titille, alors on récidive, on craque sur un morceau et on finit par aimer tout l’album. Après on peut mettre du temps à digérer, moi en tout cas je cale assez souvent, mais ça me semble rarement totalement hors d’atteinte.

Pourtant il y a des trucs qui sont tellement différents que je pense que je n’arriverai jamais à les comprendre. Je ne pense pas au metal expérimental, ni même à la musique atonale, juste à certaines musiques traditionnelles. 

Soyons d’accord, il y a musique traditionnelle et musique traditionnelle. La musique européenne nous est rarement inaccessible. Pareil pour les genres « modernes » d’Amérique latine ou d’Afrique qui sont souvent imbibés de musique occidentale ou qui nous sont familiers par les emprunts qu’on leur à fait.

Mais il y a des trucs…. quand je les écoute, j’a l’impression d’essayer de lire un livre dans une langue inconnue. Si c’était de l’italien, je pourrais deviner quelques mots, mais là ça serait plus de l’arabe ou du chinois. Incapable de dire en l’écoutant si la chanson est triste ou gaie, apaisée ou énervée. Incapable aussi de sentir quand la fin arrive. C’est l’incompréhension totale.

Mais tout n’est pas perdu ! Car comme on peut apprécier la beauté d’une calligraphie sans comprendre le sens des mots, je crois vraiment qu’on peut apprécier la beauté d’une musique sans la comprendre. Le sens nous échappe mais la fascination est bien là, et c’est déjà pas mal.

Pour illustrer ça, voici quelques morceaux de musiques traditionnelles des peuples des montagnes du nord et du centre du Vietnam. J’ai choisi des morceaux avec peu de musiciens car c'est plus digeste. J'avais emprunté l'album il y a longtemps dans une discothèque et donc je n'ai malheureusement pas les infos du livret. Les chansons sont extraites de Vietnam : Musiques des montagnards, publié par Chant du monde associé au CNRS et au Musée de l'Homme en 1997. Les noms (Hani, Khmu et Ma) sont ceux des peuples et pas ceux des artistes.
La vraie musique extrême
Un très beau morceau de chant acapella, avec des voix très douces qui s’entremêlent de manière extrêmement surprenante.
Hani - Chant alterné


Un morceau incroyable, un solo d’un instrument à vent appelé pilang bhang. Par moment, ça fait un peu penser à du free jazz au saxo.
Khmu - Solo de clarinette pilang bhang


Le morceau le plus obscur. D’après le titre, c'est un solo de cithare, mais ça ressemble plus à des percussions.
Ma - Solo de Cithare



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Boebis 1516 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte