Magazine Science & vie

250 – naissance ou mort d’une etoile ?

Publié le 04 mai 2015 par Jeanjacques

L’ARTICLE

Des astronomes utilisant le Very Large Array la National Science Foundation (VLA) ont trouvé le "chaînon manquant" longtemps recherché entre les explosions de supernovæ qui génèrent des sursauts gamma (GRB) et ceux qui n’en produisent pas. Les scientifiques ont constaté qu’une explosion stellaire de 2012 a de nombreuses caractéristiques attendues de celles qui génèrent un éclat puissant de rayons gamma, mais pas en rafales.
"Ceci est un résultat remarquable qui offre un aperçu sur le mécanisme sous-jacent de ces explosions", a déclaré Sayan Chakraborti, . "Cet objet comble une lacune entre les sursauts gamma et autres supernovæ de ce type, nous montrant qu'un large éventail d'activités est possible dans ces explosions".
L'objet, appelé Supernova 2012ap (SN 2012ap) est ce que les astronomes nomment une supernova core-effondrement. Ce type d'explosion se produit lorsque les réactions de fusion nucléaire au cœur d'une étoile très massive ne peuvent plus fournir l'énergie nécessaire pour maintenir le noyau contre le poids des parties externes de l'étoile. Le noyau effondre de façon catastrophique engendrant une étoile à neutrons extrêmement dense ou un trou noir. Le reste de la matière de l'étoile est soufflé dans l'espace dans une explosion de la supernova.
Le type le plus courant d'une telle supernova éjecte de la matière de l'étoile vers l'extérieur formant une bulle presque sphérique qui se développe rapidement, mais à des vitesses beaucoup moindres que celle de la lumière. Ces explosions ne produisent pas de salves de rayons gamma.

Dans un petit pourcentage de cas, la matière est aspirée à partir d’un un disque tourbillonnant de courte durée qui entoure la nouvelle étoile à neutrons ou un trou noir. Ce disque d'accrétion génère des jets de matière qui se déplacent vers l'extérieur à partir des pôles du disque à des vitesses approchant celle de la lumière. Cette combinaison d'un disque tourbillonnant et ses jets est appelé un «moteur», et ce type d'explosion produit des sursauts gamma.
Les nouvelles recherches montrent, cependant, que tous les « le moteur stellaires" des supernovæ ne produisent pas des sursauts gamma.

"Cette supernova avait des jets se déplaçant presque à la vitesse de la lumière, mais ces jets ont été rapidement ralenti, tout comme les jets que nous voyons dans les sursauts gamma", a déclaré Alicia Soderberg.
Une supernova vue plus tôt en 2009 a également eu des jets rapides, mais ses jets se sont élargis librement, sans subir de ralentissements comme ceux qui génèrent les sursauts gamma. La libre expansion de l'objet de 2009, ressemble plus à ce qui est vu dans des explosions de supernovæ sans moteur, et probablement indique que son jet contenait un grand pourcentage de particules lourdes, par opposition aux particules les plus légères observés dans les jets de rayons gamma. Les particules lourdes font plus facilement leur chemin à travers la matière entourant l'étoile.

"Ce que nous voyons est qu'il y a une grande diversité dans les « moteurs »de ce type d'explosion de supernova", a déclaré Chakraborti. "Ceux avec des moteurs puissants et les particules plus légères produisent des sursauts gamma, et ceux avec les moteurs les plus faibles et les particules les plus lourdes ne le font pas," a-t-il ajouté.
"Cet objet montre que la nature du moteur joue un rôle central dans la détermination des caractéristiques de ce type de supernova explosion", a déclaré Soderberg.

supernova.jpg
3-panel-Supernova

A gauche, une supernova collapse ordinaire sans "moteur central," qui éjecte du matériau et se dilate vers l'extérieur selon une forme presque sphérique. A droite, un moteur central fort propulse des jets de matière à une vitesse proche de la lumière et génère une explosion de rayons gamma (GRB). Le panneau central montre une supernova SN intermédiaire comme 2012ap, mais avec un moteur central faible.


COMMENTAIRES

Nous devons effectivement lire l’image plus haut de gauche à droite selon un processus évolutif, du plus faible « moteur » au plus fort. Mais contrairement aux assertions de la cosmologie dominante, nous n’assistons pas à la mort d’une étoile et à son effondrement mais TOUT AU CONTRAIRE à la naissance d’un astre.

Dans le schéma officiel ci-dessous, il apparaît impossible de différencier une étoile en fin de vie qui exploserait en SN et une protoétoile naissante. Celle-ci semble avoir un « moteur faible » et avoir de nombreuses émissions en X.

http://irfu.cea.fr/Images/astImg/1000_4.png
proto étoile.jpg

Une protoétoile comprend une enveloppe de gaz et de poussières, dont la partie interne s'effondre et forme un disque d'accrétion, par l'intermédiaire duquel se constitue l'étoile au centre. Dans ce processus, une partie de la matière est éjectée sous forme de jets. Au niveau de l'étoile, diverses configurations du champ magnétique sont envisageables pour expliquer l'émission.
De nombreux exemples d'éruptions X ont pu être observés et les courbes de lumières confirment le modèle selon lequel un plasma est brusquement chauffé à 10 millions de degrés ou plus, puis se refroidit en rayonnant en X en quelques heures [3]. Le maximum des luminosités X observées se situe toujours entre 10 000 à 100 000 fois la luminosité X du soleil.

En définitive, l’observation de ces supernova comme les protoétoiles montrent l’identité des mécanismes qui n’autorisent pas à distinguer une étoile en fin de vie d’un astre naissant. La virulence des jets qui atteignent des vitesses proches de C comme la production de particules lourdes correspondent au schéma de notre théorie alternative et nous indiquent que nous assistons à la croissance d’une étoile et non à sa fin. Notons que le disque d’accrétion ne joue pas le rôle que lui attribue la théorie standard d’alimenter en gaz l’étoile mais semble bien plutôt avoir été produit par l’étoile elle-même ( ce qui est le cas des supernovæ !)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeanjacques 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine