Magazine Société

Un jeune écrivain sénégalais récompensé à Genève

Publié le 04 mai 2015 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Rédacteurs et stagiaires: cliquez sur cette barre pour vous connecter en back-office de la rédaction! - Lecteurs et contributeurs: inscrivez-vous / connectez-vous sur les liens à droite --> Parmi les récompenses remises à cette occasion, on remarque le Prix Ahmadou Kourouma 2015 qui a été attribué le vendredi 1er mai au Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr. Pour son roman "Terre Ceinte" paru aux éditions Présence africaine en décembre dernier. Ce prix, soutenu par la DDC, Direction du développement et de la coopération suisse et par l’OIF, Organisation internationale de la francophonie, rappelle l'écrivain ivoirien Ahmadou Kourouma. Il en est à sa douzième édition, dans le cadre du Salon africain au sein de celui du livre, de la presse et de la culture de Genève. Il a été fondé en 2004 par Jacques Chevrier, par ailleurs président du jury. Il récompense un ouvrage consacré à l’Afrique noire dans un esprit correspondant à celui de l'écrivain ivoirien. 


Mohamed Mbougar Sarr, âgé de 24 ans, précise "Je suis né à Dakar, mais j'ai vécu à Diourbel". Fils de médecin, aîné de sept enfants, il a été très jeune un grand lecteur, Sembène Ousmane aussi bien qu'Albert Camus et Jean-Paul Sartre. Avec cependant une préférence pour Léopold Sédar Senghor. Il commence à écrire de bonne heure. "De très mauvais poèmes" rappelle-t-il. Puis, plus sérieusement à partir de 16 ans alors qu'il est élève au Prytanée militaire de Saint-Louis au Sénégal. Après le baccalauréat, il part pour Paris et s'inscrit à l'EHESS, École des hautes études en sciences sociales, où il est encore étudiant. Mohamed Mbougar Sarr se défend d'avoir été inspiré par le film "Timbuktu" du réalisateur mauritanien Abderrahmane Sissako. "Non, j'ai terminé "Terre Ceinte" bien avant qu'on ne parle de ce film". Et de rappeler les mots de Christiane Diop, son éditrice "Ton livre aurait fait un excellent scénario; malheureusement, le film existe déjà". "Terre ceinte" raconte l'histoire d'une ville du Sahel, Kalep, prise en otage par des islamistes. La vie des habitants est bouleversée par les interdictions et les exécutions alors que quelques-uns organisent la résistance.

En 2014, Mohamed Mbougar Sarr avait remporté le Prix de la jeune écriture francophone Stéphane-Hessel, Alliance Francophone et Radio France internationale, dans la catégorie "nouvelle" avec "La Cale". L'auteur y relate les confidences d'un médecin embarqué sur un bateau négrier. On a l'impression qu'il est bien parti pour une carrière d'écrivain.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Podcastjournal 108023 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine