Magazine Cinéma

[Critique] Fast and Furious 7

Par Rhumyxcube @PressselectFR

[Critique] Fast and Furious 7

On peut dire que la saga Fast & Furious a pris un virage inattendu, après un troisième volet catastrophique, je pensais la saga définitivement morte et enterré ! Finalement, c’est Justin Lin, à qui l’on doit le troisième volet, si je le croyais responsable de la mort de la saga, c’est finalement lui qui va la rebooster, avec un quatrième volet qui a réuni l’équipe original, et surtout un cinquième opus profondément jouissif !

Les 3 premiers étaient tout de même responsables d’une saloperie de mode, la mode des « Hé, t’as vu comment elle pète ma Renault 5 turbo GT à petit pois rouge que j’ai tuné comme Fast and Furious ! ». Heureusement, à partir du quatrième volet, la saga à pris un virage bien plus tourné vers l’action que vers le tuning. Mais bon, si l’on doit résumer la saga des Fast and furious dans son intégralité, c’est que……………..c’est relativement con ! Psychologie de personnages au ras des pâquerettes, un brin misogyne sur les bords (vous trouvez un gros plan sur des culs dans chacun des films !) et puis, malgré ses scènes d’actions spectaculaires, on se demande comment les personnages s’en sortent sans une égratignure. Pourtant, je dois l’avouer, cette saga est un de mes gros plaisirs coupables. À chaque fois que je vais en voir un nouveau, je suis comme gosse, surtout depuis le cinquième volet et l’apparition de Dwayne « The Rock » Johnson. J’adore cet acteur, car à chaque fois qu’il apparaît dans un film, c’est pour péter la gueule de tout le monde (le film Faster reste mon plus gros kiff de l’acteur !), et ça, j’aime bien !

[Critique] Fast and Furious 7


ATTENTION, LES PROCHAINES LIGNES RISQUENT DE SPOILER UN PEU LA SAGA, AINSI QUE LE 7 !!!!

J’attendais ce septième volet avec une certaine impatience, notamment parce que le sixième opus nous montrait, dans sa scène post-générique, que le grand méchant serait Jason Statham, et lui aussi, il aime bien mettre sur la gueule à tous le monde. Mais c’est surtout pour l’annonce de James Wan, et s’il est connu pour avoir réalisé le premier Saw, ainsi que Insidious et Conjuring, le bonhomme n’a pas fait que dans le film d’horreur, il avait aussi fait un polar brut avec l’excellent Death Sentence (si vous ne l’avez pas vu, courez dessus !). Du coup, j’étais assez curieux de voir la vision du bonhomme sur la saga. D’ailleurs, il avait même déclaré vouloir réaliser un polar brut très stylé 70’s. Malheureusement, il y a eu le tragique décès de Paul Walker en cours de tournage, et si ce septième opus essaie d’être un peu plus sombre, on sent que Wan à un peu levé le pied, histoire de ne pas faire trop sombre, sachant que ce volet était l’adieu à Paul Walker.

Bon, malgré tout, le film garde son statut « fucked-up » et se barre très loin dans ses délires à travers ses scènes d’actions qui n’ont plus aucune limite. Et PUTAIN, qu’est-ce que c’est bon !!!! Notamment à travers une scène d’intro qui nous présente un Statham très déterminé, il veut péter la gueule à tout le monde, et il le fait bien comprendre ! Parmi les petits nouveaux, on peut aussi compter sur la présence de Tony Jaa, vous savez, celui qui s’était fait connaitre dans Ong Bak. On le voit peu, mais ça donne quelques scènes d’action sympathique. Notons aussi l’apparition du génial Kurt Russell, lui aussi, on le voit peu, mais il assure, comme d’habitude ! (on parle quand même du charismatique Snake Plissken, ça mérite le respect !)

Le film enchaine les scènes d’actions totalement allumé, c’est gros, très gros, mais on s’éclate, alors on veut bien pardonner. On parle quand même de voitures qui sautent en parachute, d’une autre qui traverse les immeubles, ou encore d’un gros crash dont on à du mal à vraiment croire que les personnages en sortiraient vivant. Mais bon, ce n’est pas grave, on s’en prend plein la gueule, et c’est fun !

Notons aussi que ce volet se déroule après le 3, qui lui, se déroulait après le 4,5 et 6, vous n’avez rien compris ? Bah tant pis pour vous ! Mais précisons que ce nouvel opus permet de rétablir pas mal d’incohérences des précédents films.

[Critique] Fast and Furious 7

L’ajout de Statham en gros méchant est un gros plus, parce que le mec est vénère, et Vin Diesel et sa bande en chient un max ! Malheureusement, ma petite déception réside dans le personnage de The Rock, il n’apparaît qu’en début et fin de film. Reste qu’il est toujours aussi badass, notamment lors de son retour à la fin, monsieur arrache son plâtre à main nues, et on a juste envie de chier « FUCK YEAH, IL EST DE RETOUR, ET CA VA MÉCHAMMENT CHIER !!! »

Et puis, pour la baston de Diesel et Statham tant attendue, vlà qu’on rajoute derrière une musique avec une chorale, histoire que ce soit encore plus épique, et qu’on se mettent à dire « J’ai jamais vu quelqu’un distribué autant de pains à la fois ! ». Malheureusement, les bastons The Rock/Statham et Diesel/Statham sont assez décevantes, et sont expédiés un peu trop vite.

Par contre, là ou il y a une sacrée réussite, c’est dans son hommage à Paul Walker. Plutôt que de donner dans le banal « Pour Paul », le film nous offre, dans ses dernières minutes, un hommage réellement émouvant à l’acteur qui mettrait la larme à l’œil. En guise d’hommage, on ne pouvait pas faire mieux, la scène est magnifique !

En conclusion, ce septième volet reste fidèle à la saga, c’est relativement con, mais qu’est-que c’est bon ! Il n’empêche que ce n’est pas mon préféré, je reste encore sur le cinquième opus qui nous présentait un The Rock totalement vénère et une scène d’action finale absolument géniale !

NOTE : 7/10


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rhumyxcube 1852 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines