Magazine

Le ramolli mois de "mais !"

Publié le 21 avril 2008 par Decrauze @decrauze
La contestation, cru 2008, va tenter, vainement, de se hisser à la hauteur de son aînée quarantenaire. Non point qu’il faille, raisonnablement, trouver une quelconque filiation idéologique entre ces deux ires estudiantines, mais la comparaison instinctive s’imposera si l’ampleur des grognes printanières se dessine.
A ceux qui voulaient mettre à bas le système social des Trente Glorieuses, répondent aujourd’hui les adversaires de toute atteinte aux effectifs en charge de l’enseignement public. Pas d’envolées politico lyriques dans cette défense du statu quo : juste le souci de l’immobilisme, à défaut de pouvoir obtenir un plus-de-dépenses non assuré d’engendrer de meilleures performances.
« Rétablissement des postes supprimés et [de] ceux transformés en heures supplémentaires ; pas plus de 25 élèves par classe ; maintien du BEP et de la carte scolaire ; rétablissement des filières, options et classes supprimé[e]s ; embauche des personnels nécessaire[s] ; régularisation des élèves sans-papiers ; non application du rapport Pochard. » : voilà l’appel de la coordination nationale lycéenne. Pour contribuer à leur mouvement, utile au regard d’acquis déficients, je leur ai signalé, entre crochets, trois belles fautes dans leurs revendications. Juste pour rire…
Un Etat de droite contraint de saisir l’opportunité d’un départ massif à la retraite de la génération qui voulait changer le monde, pour tenter de dompter l’irrépressible abysse budgétaire. Les grognes sourcilleuses de la Commission européenne et le sens de la responsabilité politique l’imposent. Comment insuffler une austérité financière sans toucher aux effectifs pléthoriques de l’Education nationale ? L’initiative reste homéopathique – 11 200 postes non renouvelés sur 1 153 705 personnes (chiffre de 2005), soit 0,97 % de la masse salariale – et pourtant : le « pas touche ! » lycéen émerge et voudrait mettre à profit l’avant saison printanière pour enfler et s’offrir un joli (et bruyant) mois de mai.
Dates prises avec la sphère fonctionnaire pour défiler contre l’Etat politique, mais pour toujours plus de fonction publique d’Etat. Reste à dénicher le prétexte catalyseur : la malheureuse petite phrase désobligeante du ministre Darcos, la prestation intransigeante du Fillon de Matignon ou, délectable paroxysme à guetter, l’écart langagier d’un Elysée sarkozyé. Jubilation des immobilitionnaires, à coup sûr ! Les syndicats tenteront alors la jonction : contrairement aux indigestes pavés de leurs parents, les sages objectifs de la génération 08 peuvent s’accorder avec les à-coups syndicaux pour un ‘tit gain social. Contrepouvoir nécessaire qui ne sortira pas des codes de l’Etat de droit.
A cette sonore et mouvante mobilisation se grefferont les féroces nihilistes, les révolutionnaires en manque de soirs sanguinaires, les casseurs aux barbaries urbaines : la frange saprophyte qui surgit à chaque déambulation estudiantine pour prélever de force son dû, selon le modèle primaire de la consommation sans entraves, et détruire à tout va pour soulager ses poussées d’adrénaline. Souvenons-nous des fins de cortèges anti-CPE et de leurs déjections comportementales.
A l’ennui de la jeunesse soixante-huitarde, embarquée dans une frénétique reconstruction par des géniteurs tout en grisaille, obsédés par l’enfouissement des traumatismes de la Seconde Guerre, répond une envie diffuse des huitards du vingt-et-unième : pérenniser les avantages structurels établis par leurs parents et grands-parents, pour ne surtout pas hypothéquer leur chance d’attraper les petits bouts de gras offerts par une France pas encore tout à fait rance…
Quel grand écart, finalement, et même pas douloureux ! D’un côté, l’ardent désir d’ébranler les institutions et l’économie débridée, allant jusqu’à suggérer sur un mur de la vénérable Sorbonne : « Les avantages sociaux, c’est la mort ». De l’autre, la volonté de préserver, de garantir, de renforcer et d’agrandir un modèle branlant, mais rassurant. En somme, en quarante ans, nous voilà passés des arrhes d’une révolution avortée à l’art d’une dévolution sociale fissurée.
Se situer entre ces deux aspirations, cela semble plus facile pour « un qui balance entre deux âges », comme moi, pas encore né aux temps des barricades ensablées et plus au contact des pupitres depuis quelques lustres.
Une petite mise en garde à la génération lycéenne 2008, pour que ses desseins trouvent une voie politique ; je la puise dans les imaginatives prescriptions que le papy-boom avait inscrit dans ses vertes années, au cours d’un mai chahuteur : « Suppression du droit de vote avec la retraite » (Arcades, rue Corneille, Odéon). Sans quoi, aucune chance que la jeunesse actuelle, minoritaire dans la population française, puisse convaincre les dirigeants de l’exécutif d’aller à l’encontre du mastodonte soixante-huitard à l’aube de la quille.
« Il n’y aura plus désormais que deux catégories d’hommes : les veaux et les révolutionnaires. En cas de mariage, ça fera des réveaulutionnaires » : boutade relevée sur le mur de l’Education surveillée.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Nicolas Sarkozy vous répond

    La rédaction des Sarkozeries négocie actuellement une interview de Nicolas Sarkozy, pour vous permettre de poser vos questions au président de la République. Lire la suite

    Par  Guillaume De Thomas
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Yves Simon : Trente ans après

    Pas de scène pendant trente ans ! Sans promettre d'être aussi massives que le retour de Polnareff en 2007 (plus d'un million de spectateurs pour ses concerts),... Lire la suite

    Par  Lauravanelcoytte
    POÉSIE, TALENTS
  • Sunday flood trente-quatre

    Génial ! Anydris parle de Tokyo Hotel, moi je lui fais un Sunday Flood à ce propos, du coup je cite moi aussi Tokyo Hotel et ça va faire exploser la frange... Lire la suite

    Par  Spicynico
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • Trente ans, le bon âge...

    Ce que je regrette le plus, c'est de ne pas avoir suffisamment travaillé avant trente ans. Trente ans, c'est le bon âge pour se foutre en l'air, ou pour se... Lire la suite

    Par  Laurent Matignon
    SANTÉ
  • Sunday flood trente-sept

    Voilà, je vous ai déjà parlé de l'histoire des vacances de Fiuuu, ben je suis allé la lui pourrir bien comme il faut et bien profond par le biais d'un de ces... Lire la suite

    Par  Spicynico
    JOURNAL INTIME, TALENTS
  • R comme…

    Rebond technique ou reprise des marchés financiers ? Poser la question demande une réponse… et comme nous ne sommes pas dans la culture du « si ça ne monte... Lire la suite

    Par  Eonia
    ANALYSES GRAPHIQUES, BOURSE, FINANCES
  • Sunday Flood trente-huit

    Pour ceux qui ne savent plus ce que c'est parce que je n'en ai plus fait beaucoup ces derniers temps, le sunday flood, concept pushy pushy s'il en est, c'est... Lire la suite

    Par  Spicynico
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Decrauze 231 partages Voir son profil
Voir son blog

Dossiers Paperblog