Magazine Europe

Ce que racontent les contes de Grimm

Publié le 02 juin 2008 par Danielriot - Www.relatio-Europe.com
Lundi, 02 Juin 2008 13:42 La ville de Kassel va ouvrir un centre d'études sur les  contes de Grimm pour mieux décrypter ces textes  qui ne sont pas que pour les enfants... et qui sont des Trésors de la culture européenne. Ce que racontent les contes de Grimm  Du nouveau dans la ville de la "DOCUMENTA". D'ici 2013 au plus tard, la ville de Kassel entend se doter d'un centre Grimm dédié à l'étude, à l'histoire et au monde merveilleux des frères Jakob et Wilhelm Grimm. Le Land de Hesse et la ville de Kassel ont en effet décidé de transformer en musée l'ancienne maison des Grimm, actuellement siège du tribunal administratif de Hesse (VGH).Les linguistes et conteurs qu'étaient les frères Grimm ont vécu et travaillé à Kassel de 1798 à 1841, avec quelques interruptions. En 1814 ils ont emménagé dans les appartements de la maison du portail nord de Wilhelmshöher Allee.Un musée moderne viendra compléter le bâtiment ancien pour illustrer le "monde merveilleux des contes de Grimm". Le coût des travaux est estimé à 20 millions d'euros. Le troisième site sera l'actuel Musée des frères Grimm, dans le Palais Bellevue. Cette maison que la ville va faire rénover à partir de 2009 pour environ 5 millions d'euros deviendra suivant le concept retenu un site de recherches et de conférences sur l'œuvre des Grimm.
Déjà, ce musée entretient des collections importantes et uniques sur les vies et l'action mondiale des frères Grimm, sur  l'histoire des traditions des légendes et des contes  et sur  l'histoire des sciences de la littérature en Europe. L'objet exposé le plus important et le plus précieux du musée est le Grimmsche copie de main « des contes de maison et d'enfant » (2 volumes, 1812/1815)
Ce que racontent les contes de Grimm
LA VIE DES GRIMMM
Les frères GRIMM naquirent tous deux à Hanau, Jacob le 4 janvier 1785 et Wilhelm le 24 février 1786.
Ils firent leurs études à l'université de Marbourg. Jabob était à l'origine philologue et s'intéressait à la littérature médiévale ainsi qu'à la linguistique, alors que Wilhelm était versé dans la critique littéraire. Après avoir travaillé dans la diplomatie et dans diverses bibliothèques à Kassel, les frères furent engagés à l'université de Göttingen en 1830, Wilhelm comme bibliothécaire et Jacob comme chargé de cours en droit ancien, en histoire de la littérature et en philosophie. Toutefois, ils quittèrent cette université pour des motifs politiques et revinrent à Kassel en 1837.
Quelques années plus tard, Frédéric-Guillaume IV de Prusse les invita à s'installer à Berlin, ce qu'ils firent en 1841. Devenus professeurs dans son université, ils demeurèrent dans cette ville jusqu'à la fin de leur vie. Wilhelm s'éteignit le 16 décembre 1859 et Jacob le 20 septembre 1863.
L'œuvre scientifique majeure de Jacob Grimm reste sa Deutsche Grammatik (Grammaire allemande, 1819-1837), qui est généralement considérée comme le fondement de la philologie allemande. Dans la deuxième édition, parue en 1822, Grimm expose sa loi sur le changement et le déplacement des sons, loi qui contribua à la reconstitution des langues mortes. Il écrivit également Über den altdeutschen Meistergesang (Poésie des maîtres chanteurs, 1811), Deutsche Mythologie (Mythologie allemande, 1835) ainsi qu'une Geschichte der deutschen Sprache (Histoire de la langue allemande, 1848).
Au nombre des publications de son frère Wilhelm Grimm se trouvent plusieurs livres ayant pour thème la littérature et les traditions populaires allemandes, parmi lesquels les Altdänische Heldenlieder («Anciens chants héroïques danois», 1811), Die deutschen Heldensage («les Légendes héroïques de l'ancienne Germanie», 1829), Rolandslied («la Chanson de Roland», 1838) et Altdeutsche Gespräche («Ancien dialecte allemand», 1851).
Les frères Grimm s'intéressèrent également aux contes populaires allemands. Après les avoir réunis à partir de différentes sources, ils publièrent ces contes en deux volumes sous le titre de Kinder- und Hausmärchen, (Contes pour les enfants et les parents, 1812-1829). Une nouvelle édition parut en 1857 ; elle contenait des histoires supplémentaires et devint le fameux livre intitulé Contes de Grimm.
Les frères Grimm travaillèrent ensemble sur nombre d'autres ouvrages ; ils publièrent notamment en 1852 le premier volume du monumental et classique Deutsches Wörterbuch (Dictionnaire allemand), qui fut achevé par d'autres érudits en 1958.Ce que racontent les contes de Grimm
. EN SAVOIR PLUSRAPPEL
En 1945, les forces d'occupation alliées en Allemagne ont interdit de publication les contes de Grimm sous le motif que la violence qui s'y trouve aurait été en partie responsable des atrocités commises par les nazis.
SUR INTERNET: Une sélection de contes
Les contes de GRIMM sur AMAZON Ce que racontent les contes de Grimm
REFLEXIONS
Les Contes en Europe: Un entretien (arte) avec Barbara Gobrecht

Chercheuse en littérature orale et contes populaires, Barbara Gobrecht s'intéresse aux contes de différentes cultures et enseigne notamment à l'Université Saint-Gall en Suisse.
Madame Gobrecht, « Ils vécurent heureux, et s'ils ne sont pas morts, ils sont encore de ce monde ». Est-ce que tous les contes européens se terminent ainsi ?
Non. Il y a un petit pourcentage de contes qui ne s'achèvent pas par un happy-end. C'est le cas par exemple pour la version du « Petit Chaperon Rouge » de Perrault, où le loup finit par dévorer la fillette, et dont la moralité est que les loups sont dangereux pour les jeunes filles. Mais en principe, vous avez raison, bien sûr. Il y a très souvent à la fin une formule optimiste de ce type, notamment quand l'histoire se termine par un mariage royal ou une fête. Très souvent, le narrateur choisit une formule finale qui nous ramène à la réalité. En Grèce par exemple, les contes se terminent souvent par « Ils vécurent heureux, et nous plus heureux encore » ou « Ni vous ni nous n'y étions, vous n'êtes donc pas obligés d'y croire ». La meilleure formule finale est peut-être celle, en vers, qui nous vient de Russie : « J'y étais. J'ai bu l'hydromel et le vin, dans la bouche rien, dans la barbe plein ». Le lecteur est ainsi replongé dans le présent, et souvent, le narrateur suggère en même temps qu'il boirait bien un petit verre de vodka.

Quels sont les autres grands motifs des contes européens?

Tout commence régulièrement par une situation de manque. Souvent, dans les contes pour enfants, « Hansel et Gretel » par exemple, il n'y a rien à manger. Dans les contes pour adultes, les situations-types sont les suivantes : la chère maman est morte et le père s'est remarié. Ou bien un couple ne parvient pas à avoir d'enfants, ou au contraire un père ignore que son épouse est enceinte. De telles situations appellent bien sûr une réaction : les enfants sont abandonnés dans la forêt, la marâtre tourmente la pauvre Cendrillon... Souvent, des parents jettent une malédiction sur l'enfant à naître. Ou un père promet l'enfant au diable. Bref, les choses prennent une bien mauvaise tournure pour le personnage principal.
Puis, dans la séquence suivante, l'aide arrive : le personnage central se sort d'affaire tout seul ou bénéficie d'une aide magique. Hansel et Gretel se débrouillent très bien tous seuls. La Cendrillon des frères Grimm est aidée par les beaux habits qui tombent de l'arbre planté sur la tombe de sa mère, mais elle prend aussi des initiatives. La Cendrillon française, elle, est sans défense et sa marraine la bonne fée doit s'occuper de tout.
Et puis, enfin, c'est l'issue heureuse. L'ordre idéal est rétabli. On voit cela surtout dans les contes pour enfants, comme « Les sept corbeaux » des frères Grimm par exemple. L'histoire se termine simplement par ces mots : « et rentrèrent joyeusement chez eux ».

Comment se fait-il qu'il y ait tant de points communs ?

Les désirs et aspirations sont les mêmes pour toute l'humanité. Tout enfant veut être en bons termes avec ses parents, se sentir aimé et protégé. Tout adolescent a envie d'être reconnu et rêve d'être heureux en amour. Les contes sont en principe des récits sur la quête du bonheur, des parcours de vie. Voilà pourquoi certains schémas narratifs des contes sont les mêmes partout dans le monde.
Cela est-il lié aussi à l'évolution du mode de transmission des traditions orales, au fait que ces contes ont été mis par écrit à peu près à la même période dans toute l'Europe ?
Avant les frères Grimm, les contes étaient considérés comme des histoires de bonnes femmes qui ne valaient pas la peine d'être consignées par écrit. Les frères Grimm se tournent vers la « vraie » littérature populaire allemande, et si possible hessoise. Plus tard seulement, ils remarquent à quel point ces contes sont universels, et français en particulier. Vers 1825, leurs « Contes pour les enfants et les parents » commencent à faire un tabac en Allemagne et à l'étranger, et deviennent ainsi l'œuvre pionnière et la référence pour bon nombre de grands recueils de contes populaires nationaux au 19e siècle. Les titres décernés à leurs imitateurs en témoignent : Alexandre Afanasiev par exemple était appelé « le Grimm russe », Suda Meister « le Grimm suisse », Verhilten Cavallos« le Grimm suédois », etc. Et même encore au 20e siècle, quand Italo Calvino transcrit 200 contes exactement sur le modèle des frères Grimm, on lui donne le titre de « Grimm italien ». Les frères Grimm ont été beaucoup copiés, si bien qu'on trouve un peu partout des structures similaires. Mais ce n'est vrai qu'en partie, car la plupart des contes sont beaucoup plus anciens. C'est le travail du chercheur d'essayer de faire la lumière sur leurs origines en fonction du type de contes.

Vous vous êtes surtout intéressée aux contes français, italiens et russes. Et bien sûr aussi aux contes de Suisse, où vous vivez. Qu'est-ce qui fait la spécificité de la tradition des contes populaires dans ces différents pays ?

En fait, on trouve partout les mêmes schémas narratifs universels, mais avec des particularités régionales très intéressantes. Et puisque vous parliez à l'instant de la Suisse : là aussi, nous retrouvons « Blanche-Neige ». Sauf que les nains votent pour savoir s'ils doivent la laisser vivre ou la passer à la poêle. Ainsi, l'idée même à la base de la démocratie suisse trouve place dans le conte. Dans un conte russe, quand un enfant est abandonné, ce n'est pas parce qu'on a faim, mais parce qu'on a froid.

Y a-t-il aussi des différences dans la nature des personnages ?

Prenons la Russie : on y trouve Baba-Yaga, une sorcière qui vit dans une isba juchée sur des pattes de poulet, le dragon multicéphale Zmeï Gorynytch ou encore l'homme-squelette immortel Kosch qui enlève des jeunes filles.
En France, les fées sont très capricieuses. Ce qui explique d'ailleurs que les fées soient quasi absentes des contes allemands, car les frères Grimm les trouvaient trop latines. Ils les ont donc pratiquement supprimées. En Allemagne, elles sont remplacées par des femmes pleines de sagesse comme par exemple dans « Dornröschen » (La Belle au Bois Dormant). Chez les frères Grimm, les fées, plutôt méchantes, étaient sorcières ou magiciennes.

Pour vous, de quel pays viennent les plus beaux contes ?

De Russie, je crois, car les contes y sont pleins de fantaisie et de héros intéressants. J'aime surtout les personnages féminins. Souvent, ce sont des femmes aux pouvoirs magiques, à la fois belles et puissantes. Ce sont aussi des battantes qui ne mâchent pas leurs mots. J'aime lire des contes d'Afanasiev, mais en version originale, car les traductions sont souvent assez fades. J'ai aussi dans ma bibliothèque beaucoup de recueils de contes russes qui n'ont jamais été traduits. Il y a encore beaucoup à faire!

Propos recueillis par Tina von Löhneysen le 3 décembre 2004 ( Selection Relatio sur ARTE)

Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire Auteur Email Titre Commentaire <span style="cursor:pointer" class="smalltext" onclick="jcResizeComment(-65);">Réduire l'éditeur</span> | <span style="cursor:pointer" class="smalltext" onclick="jcResizeComment(65);">Agrandir l'éditeur</span><br/> </div> <!-- Subscribe via email --> <!-- End subscribe via email --> <!-- Submit Policy --> <!-- End submit policy --> <div> <button class="button" onclick="addComments(); return false;" id="jc_submit">Ajouter un commentaire</button> </div> <noscript> <div> Please enable JavaScript to post a new comment </div> </noscript> <input type="hidden" id="jc_contentid" value="3554" name="jc_contentid"/> <input type="hidden" id="jc_sid" value="b7daa88e1bb7" name="jc_sid"/> <input type="hidden" id="jc_task" value="add" name="jc_task"/> <input type="hidden" id="jc_isajax" value="0" name="jc_isajax"/> <input type="hidden" id="jc_option" value="com_content" name="jc_option"/> </form> </div> <!-- Input form end --><br/><script type="text/javascript"> jc_loadUserInfo(); </script><img src="http://www.relatio-europe.eu/components/com_jomcomment/busy.gif" style="visibility:hidden;display:none;" alt="busy"/><!-- JOM COMMENT END --> <table align="center" class="pagenav"> <tbody><tr> <th class="pagenav_next"> <a href="/la-revue/imaginaires/126-imaginaires/3137-le-festival-de-limaginaire">Suivant ></a> </th> </tr> </tbody></table></td> </tr>

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :