Magazine

De la destruction des économies à la destruction des Etats

Publié le 02 juin 2008 par Micheljanva

" TVA : Bruxelles rejette les propositions de Sarkozy | Accueil | Dictature de la pensée unique et indigence de la pensée "

02 juin 2008

De la destruction des économies à la destruction des Etats

Lu sur Catholiques en Campagne, suite à la visite de Nicolas Sarkozy en Pologne :

"Il vient en effet d'y annoncer qu'à partir du 1er juillet 2008, tout ressortissant des pays de l'ex-bloc soviétique (Pologne, Hongrie, République tchèque, Slovaquie, Hongrie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Slovénie) pourra venir s'installer en France et y travailler, sans restrictions, ni de secteur économique, ni de durée. [...] Cette libéralisation totale du marché du travail a en effet mécaniquement un certain nombre d'effets pervers.

Le plus évident est cet " appel d'air" provoqué depuis les pays à bas coût de main d'oeuvre et à faible protection sociale vers les pays plus riches où le coût de la vie et du travail est plus élevée, avec comme conséquence directe le maintien d'une pression artificielle à la baisse sur les salaires et donc sur le pouvoir d'achat. Par ailleurs, il a pour effet de déséquilibrer les corps organiques que sont les économies locales en les privant d'un certain nombre de ressources humaines importantes pour leur harmonie. Poussé à l'extrême, on en revient un peu à la misère humaine du XIXième siècle provoquée par la destruction légale de toutes les structures economico-sociales pour que ne restent que l'individu et l'Etat.

Il faut donc se rendre à l'évidence : cette décision (saluée bien évidement par Bruxelles) est une manifestation d'une volonté beaucoup plus idéologique. Il faut faire de nous des "déracinés". Il faut que tout circule et se vende, et de plus en plus vite : les capitaux, les marchandises, les biens, et maintenant les hommes. [...] Dans notre vieille Europe, c'est notre civilisation chrétienne qui se dissout ainsi dans ce maelström. De là à conclure que le but est là, il n'y a qu'un pas."

Michel Janva

Posté le 2 juin 2008 à 16h11 par Michel Janva | Catégorie(s): Europe : politique

Commentaires

Le Bon Dieu se servant de tout il serait drôle de voir arriver en France par ce système des polonais zélés se mettant à convertir en masse les populations en France. Pourquoi pas!

Rédigé par : Filipe | 2 juin 2008 16:40:06

"De là à conclure que le but est là, il n'y a qu'un pas."

Un pas qu'ont peut, qu'on doit faire puisque manifestement la religion chrétienne ou pour être plus précis, la religion catholique doit impérativement disparaître pour laisser la place à la nouvelle religion qu'est le New-Age.

Un seul village mondial.
Un seul gouvernement.
Une seule armée.
Une seule religion.

Si ça ce n'est pas de la dictature, faudra m'expliquer ce que c'est !

Ha, j'oubliais : tout ça pour le plus grand bien de tous les " humains " bien sûr.
Et même contre leur gré, surtout contre leur gré !

Rédigé par : HB | 2 juin 2008 16:51:45

Je crois que votre vision est claire !

Rédigé par : pmc | 2 juin 2008 17:06:42

Vous y voyez, peut être à raison, une méthode mondialiste (pour simplifier). Certains de l'autre côté de l'échiquier politique y voient peut être un moyen de ramener la France dans la "vocation" que de Gaulle lui avait défini : "un pays chrétien de race blanche, etc..." voir les mémoires de Peyrefite. Les apprentis sorciers immigtrationnistes ont un peu dérapé, peut être veulent ils "neutraliser" l'immigration africaine (nord et centre). Bien sur ce n'est que des conjectures ! Par ailleurs on oublie qu'il y a eu énormément d'immigrés polonais en France bien avant les années 50. Et dans le Nord (Les Chtis?) les mineurs étaient tout autant français qu'italiens ou polonais. Les bagarres entre polonais et italiens, bien plus qu'avec les "français", étaient d'ailleurs mémorables.

Rédigé par : trahoir | 2 juin 2008 17:31:25

C'est le retour de la Directive Bolkenstein.

Rédigé par : Pol | 2 juin 2008 18:12:02

de la part d' un lecteur du Salon Beige, de passage en Hongrie justement ; comment s'etonner de cette "decision" puisque c'est inscrit dans le Traite de Rome (1957) directement et logiquement applicable a tout nouvel Etat membre ?

Rédigé par : Guillaume-Marie | 2 juin 2008 20:28:42

Au Moyen Age période éminément chrétienne, de nombreux échanges de marchandises mais aussi des mouvements de main d'oeuvre et de compétence importants avaient lieu. Les frontières des Etats n'existaient pas, et la civilisation commune existait : ce ne sont pas les Etats qui peuvent garantir le bonheur derrière une crispation nationaliste et des frontières, mais la morale chrétienne, et la doctrine sociale de l'Eglise. Cela fait deux siècles que les Européens se sont peu à peu murés dans leurs frontières à l'image de la France jacobine et napoléonienne : qu'en est-il sorti de mieux que du temps où il n'y avait pas de douanes aux frontières ni de carte d'identité nationale ? Il faudrait apprendre à relativiser l'Etat comme critère et garant de la prospérité économique et de l'harmonie sociale. Et pour y parvenir, revenir aux sources de l'Europe : l'Europe médiévale, internationaliste, et sans état-nations.

Rédigé par : Pascal G. | 2 juin 2008 21:13:32

je préfère que ce soient des ressortissants Polonais, Hongrois, Tchèques, Slovoques, etc...qui viennent chez nous en masse plutôt que des ressortissants d'Afrique subsaharienne et du Maghreb.
Pas vous ?

Rédigé par : sixtine | 2 juin 2008 21:36:52

@Pascal G, avez vous lu des derniers arrêts de la CJCE sur la "libre circulation" ? je ne crois que ce soit un retour au moyen âge. Car c'est tout le contraire d'une civilisation ou d'une morale chrétienne (voir arrêt CJCE sur l'avortement analysée comme liberté de service) mais l'instrumentalisation de l'homme. La mort de tout humanisme.

Par ailleurs, il me semble qu'il faut faire attention à éviter tout constructivisme historique : je veux bien l'Europe médiévale sans frontière mais, c'est aussi une construction. Le pré carré capétien est une réalité. La France jacobine et napoléonienne dans ces frontières, je ne suis pas convaincu également. il me semble bien que c'est l'inverse.

Vous avez raison de dénoncer la crispation nationaliste et l'omniprésence de l'Etat mais la DSE a toujours soutenu l'existence des nations/patries comme lieu naturel de l'existence politique (à l'instar de la famille) et la subsidiarité n'empêche pas la légitimité de l'existence et de l'intervention de l'Etat.

Rédigé par : Antoine | 2 juin 2008 22:06:06

@ Pascal G

A l'époque médiévale, la plupart des villes pratiquaient le droit de tonlieu qui est un droit de péage aux importations installé généralement au passage d'un pont.
Ainsi donc, les "douanes" n'ont pas empêchés les très nbx échanges de cette époque que vous évoquez.
A préciser également que le privilège du souverain étant de battre monnaie, chaque pays utilisait sa propre monnaie (exple gros tournois de St Louis) et que chaque province utilisait ses propres unités de mesures (standardisées après la Révolution)et ceci, en même tps que le dollar de l'époque : le ducat. A ceci près que le ducat était en or...

Rédigé par : cosaque | 2 juin 2008 22:14:58

"Nous avons inventé le bonheur" disent les hommes en rapetissant, "nous avons inventé le bonheur"

Nietsche, Zarathoustra

Rédigé par : Le Preux | 3 juin 2008 10:56:44

@ Cosaque et Antoine

Au Moyen Age, il y avait bien présence de la puissance publique, de l'autorité politique, et donc de leurs décisions économiques et fiscales.
Mais c'était au nom d'une morale du bien commun, et non au nom de la défense de l'Etat et de la souveraineté de l'Etat asssimilé à la nation, etc......
Cette distinction est fondamentale : parce que les souverainistes actuels ne la font pas, ils sont en pleinne contradiction entre leur défense de valeurs d'inspiration chrétienne sur les patries comme lieu d'héritage des nations, et leur revendication de l'Etat-Nation souverain en tout, qui contredit totalement leur juste et premier mouvement, et est en décalage complet avec la DSE. D'où leur échec évident, et définitif.
Les exemples que vous donnez me semblent correspondre à ce que je disais : absence de frontières, même si paiement de taxes comme droits de passage (seul moyen quasiment pour faire rentrer l'impôt sur les marchandises). Monnaies multiples frappées par les princes et rois, mais aussi les cités, seigneurs locaux, etc.... : cela n'a pas empêché le Moyen Age d'avoir effectué en 3 siècles un ''décollage '' économique comparable à celui de la révolution industrielle. Quant à l'exemple sur l'avortement : son ammoralité est telle qu'il ne contrevient pas à l'existence du fait national, mais à la vie humaine en général.
Directive Bokelstein : si elle avait fonctionné dès les années 70, nous n'aurions pas connu les délocalisations vers la Turquie et la Chine, ni l'immigration extra européenne. L'Europe serait resté un marché européen fort, avec des disparités salariales fortes, permettant des ajustements économiques en interne, alors qu'ils ont été fait par le protectionnisme d'Etat, en externe, par la fuite du travail socialement trop cher ici: le protectionnisme et les seuils de salaires créent toujours un effet de trappe , mais vers le bas.
Cela fait 40 ans que les états ''protègent'' leurs salariés par des minimauxx : le travail est parti ailleurs. Il aurait mieux valu employer à bas salaires des ressortissants est européens, pour lutter contre l'extrême orient, que d'installer durablement des immigrés non européens, qui ont cassé la machine par leur coût salarial et social.
A tout réglementer, les Etats ont échoué.
On ne ''protège'' pas l'emploi, on le le libère de ses entraves et coûts inutiles : c'est ce que fait la directive Bokelstein.

Rédigé par : Pascal G. | 3 juin 2008 23:53:43

@ Pascal

On est bien d'accord que le Bien commun est au-dessus de l'Etat-Nation. Ce qui justifie par ailleurs une relative tutelle du spirituel sur le temporel que l'on retrouve justement dans une monarchie de droit divin. Ainsi la seule Europe qui est fonctionné et qui est celle que vous décrivez est l'Occident Chrétien (en gros le siècle des cathédrales avec notamment St Louis) dont le maillon essentiel était la nation et le lien supranational la religion catholique, le latin, la seigneurie... Il semble également que l'on soit d'accord sur l'émergence néfaste des Etats-nation après le traité de Wesphalie en 1648, qui a conduit au repli nationaliste des siècles suivants.
J'avoue donc avoir du mal à comprendre l'Europe que vous souhaitez. L'actuelle UE à 3 possibilités :
- nous imposer une Europe supranationale. Expérience qui semble grandement vouée à l'échec et qui n'est pas sans rappeler la dictature nazie, la dictature communiste ou l'impérialisme napoléonien. C'est l'Europe vers laquelle nous tendons avec un président de l'UE et une technocratie dévastatrice.
- une Europe fédérale de type USA avec une vraie subsidiarité. On ne semble malheureusement pas en prendre le chemin.
- une Europe des Etats-nations. Je ne connais pas précisément la position de ses défenseurs pour lesquels j'ai "une certaine" sympathie. Mais il ne me semble pas que leurs positions soient aussi catégoriques que vous l'écrivez.

Ceci étant dit, et tel que vous paraissez le penser : quel Bien commun apporter à un Etat européen ?
En clair : quels relations entre le pouvoir spirituel et le pouvoir temporel.
Je pense que le fond du problème est ici. Ainsi nous retrouvons tout l'enjeu des racines chrétiennes de l'Europe. Si déjà on est pas d'accord là-dessus, comment espérer que la finalité de ce nouvel Etat sera le Bien Commun ? Combien même on ne pousserait pas le curseur jusqu'à une tutelle catholique sur le temporel, l'UE nous a t-elle montré son désir de placer la morale au-dessus des lois ?

Il va s'en dire que ma conviction profonde repose sur un retour à une monarchie de droit divin qui est la seule garantie à toute dérive utilitariste d'un Etat (dérive économique, individualiste, communiste, socialiste, fasciste...). Ainsi entre autre qu'une garantie à toute dérive relativiste de la morale dont la démocratie est intrinsèquement imprégnée. Reste éventuellement un empire de type romain ou mieux carolingien à modernise. Sachant que le second n'a pu exister sans le premier et que l'empire Romain a été obligé de tenir compte du christianisme et donc de se transformer en empire carolingien et en empire byzantin.

Voilà pour ma part.
Si vous avez d'autres propositions, je suis preneur.

Rédigé par : cosaque | 4 juin 2008 17:25:30

L'Europe des Etats-nations au sens du XIX ème est une forme historique dépassée. Une Europe des peuples est à créer, dans leurs nations, parce qu'au sein de chaque nation européenne, il existe des peuples, des langues, etc....On disait jadis : le Roi et ses peuples.
Pour que cela ne soit pas l'éclatement des nations en micro régions domminées par la Commission, il convient bien évidemment de garder les états et les nations : mais avec une forte subsidiarité au sein de chaque Etat, et une forme de subsidiarité fédérale au sein de l'Europe.
Cela rendrait de la souplesse aux Etats trop centralisés comme la France, et supprimerait cette forme de dictature insidieuse qui s'instaure au niveau de la Communauté Européenne, parce que la Commission se croit à la tête d'un Empire uniformisé, dont elle supprime les racines et les particularités pour mieux le centraliser. Vous avez raison : seuls les principes de Bien Commun et donc de primauté de notre héritage chrétien sur le droit positif, peuvent donner à l'Europe sa pertinence dans la durée. Car effectivement, l'Eglise a toujours reconnu les nations et les cultures enracinées comme le meilleur compromis entre l'indispensable subsidiarité et l'impérieuse nécessité d'un principe politique national qui défende le Bien commun.
C'est dans ce sens que je pense pas la directive Bokelstein aussi dramatique que le disent les souverainistes de l'Etat-Nation.

Rédigé par : Pascal G. | 5 juin 2008 00:19:37

Nous sommes donc d'accord sur les aspects politiques. Je suis également en partie d'accord sur votre constat économique. Cependant, il n'y a pas que l'allégement des charges pesant sur les entreprises qu'il faut effectuer. Le problème de fond de l'économie d'un pays réside essentiellement sur sa maîtrise ou non de sa monnaie. Oui, il faut libéraliser, ds le bon sens du terme, les entreprises mais l'Etat doit impérativement contrôler l'émission et la valeur de sa monnaie. C'est vital pour la santé économique du pays. La monnaie est le sang de l'économie. Ainsi la France ne peut plus avoir de politique économique puisque c'est la BCE qui tient les rênes. Mais qui tient la BCE ? Quel pouvoir politique ?
Cette question me parait capitale.

Rédigé par : cosaque | 5 juin 2008 14:54:07



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Micheljanva 645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte