Magazine France

La lettre du Lycée Paul Bert

Publié le 02 juin 2008 par Rebus

 Le lien précédent ayant tendance à être capricieux, il apparait et disparait, alternat entre la reproduction de la dite lettre et une page non trouvée, je fais un deuxième article, reproduisant le contenu de cette lettre.

  Article d'autant plus n"cessaire que les médias ne tiendront compte que des "échauffourées" qui se sont produites durant la visite, excluant totalement le contexte ainsi qu'évitant de parlker de cette lettre ou il était expréssement demander au trio Dati, Fillon, Darcos, de ne pas se montrer.

 De là à déduire que ces 3 là ont instrumentalisé un chahut prévisible, au moment ou Sarkozy se veut le nouveau Jules Ferry, il n'y a qu'un pas. Que je franchis allègrement.

  Présence non désirée, appel à la grève, et ils viennnnet quand même, caméras embedded et CRS à l'appui, cela ressemble fortement à une provocation, non ?
La lettre du Lycée Paul Bert
  La lettre de Paul Bert


 Madame et Messieurs les Ministres vous n'êtes pas les bienvenus

Nous avons appris votre présence au Lycée Paul Bert (Paris XIVe) le lundi 2 juin au matin

dans le cadre de la prévention des conduites à risques chez les adolescents.


Si cette action nécessite vraiment votre venue dans notre établissement, nous sommes tout

d'abord étonnés de l'absence de Madame Bachelot, Ministre de la Santé, dans la mesure où

dans notre conception de l'éducation, aux yeux des citoyens que nous sommes, ce problème

nous paraît relever principalement de son ministère. Le décalage manifeste entre la dimension

scientifique du travail entrepris au lycée Paul Bert sur l'addiction et l'opération de

communication politique parachutée dans ce même établissement suscite la méfiance de

l'ensemble de la communauté éducative.


Par ailleurs notre établissement accueille de nombreux élèves qui ont besoin de travailler dans

un climat de sérénité. Or le fonctionnement de la cité scolaire se trouve fortement perturbé par

tous les préparatifs qui entourent cet évènement.


Enfin, alors que dans nos demandes quotidiennes ainsi que dans le mouvement de la

communauté éducative qui se poursuit depuis plusieurs mois, nous ne cessons de demander

des moyens pour lutter à la fois contre l'échec scolaire et contre ces comportements à risques,

le gouvernement dont vous êtes les représentants refuse de nous entendre. Depuis des années

en effet nous réclamons pour assurer la réussite de tous les élèves l'amélioration de leurs

conditions d'études : plus d'encadrement tant pédagogique qu'éducatif, des équipes stables

d'enseignants qui puissent se concerter et travailler dans la durée, un personnel médico-social

en nombre suffisant capable de mener une politique de prévention ainsi que des moyens

matériels correspondants.


Cependant, alors que la situation de notre établissement se dégrade (baisse constante des

moyens, incohérence des directives....), vous nous répondez par une dotation horaire

amputée, des heures supplémentaires qui alourdissent la charge de travail des enseignants, des

professeurs écartelés entre plusieurs établissements et la suppression des postes de

surveillants.


Attachés à une Éducation Nationale de qualité qui réponde aux réels besoins des élèves, nous

sommes lassés des effets d'annonce et des discours de politique spectacle.

C'est pourquoi nous considérons votre venue et sa mise en scène comme une provocation, dont nous refusons d'être les complices."


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rebus 21 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte