Magazine Cinéma

Faces Of Death 2 ("Mondo Cane")

Publié le 23 mai 2015 par Olivier Walmacq

genre: horreur, gore, trash, extrême (interdit aux - 18 ans)
année: 1981
durée: 1h41

l'histoire: Réalité extrême: accident de voiture, suicide, incendie, enterrement, exécution, bombardement, expérimentations scientifiques, torture... Ce sont les différents visages de la mort. 

La critique :

Evidemment, après l'énorme succès du premier Faces Of Death, qui a tout de même remporté 35 millions de dollars, pour un budget de 450 milles dollars environ, il était logique qu'une suite soit réalisée trois ans plus tard (en 1981), soit Faces Of Death 2. John Alan Schwartz est toujours de la partie. En l'occurrence, le cinéaste utilise plusieurs pseudonymes : celui de Conan Le Cilaire pour la production et celui d'Alan Black pour le scénario. Il faut bien le reconnaître. Le premier Faces Of Death a apporté un second souffle au genre "Mondo". Interdit et banni dans presque une cinquantaine de pays (49 pour être exact), le film s'est taillé une solide réputation dans le monde entier.

Véritable phénomène dans les vidéos clubs, où les amateurs de trash se l'arrachent à prix d'or, Faces of Death va évidemment inspirer une saga en sept épisodes. Autant le dire tout de suite. Faces of Death 2 est le dernier épisode valable de la franchise. Il reste néanmoins inférieur à son prédécesseur. Quant au concept du film, il reste peu ou prou identique au premier.
Attention, SPOILERS ! Réalité extrême: accidents de voiture, suicides, incendies, enterrements, exécutions sadiques, bombardements, expérimentations scientifiques, tortures... Ce sont, entre autres, les différents visages de la mort. Bienvenue dans Faces of Death 2 !

L'acteur Michael Carr reprend le rôle du Docteur Francis B. Gross à travers un exposé filmique toujours sur le thème de la mort. Sauf que cette fois, le film se concentre davantage sur les accidents de la route, dont les trajectoires sont évidemment mortelles. Contrairement à son prédécesseur et aux séquelles qui seront réalisées par la suite, les séquences de Faces Of Death 2 sont, pour la plupart, authentiques.
Là aussi, John Alan Schwartz joue la carte du spectaculaire et du sensationnel. Sauf que cette fois, les accidents et les morts qui nous sont présentés, sont bien réels. Même remarque lorsque le film se concentre sur le domaine du sport extrême, en particulier le match de boxe de Jimmy Owen.

En l'occurrence, le combat est montré dans son intégralité... jusqu'à l'inéluctable, à savoir la mort sur le ring du jeune boxeur. Moins spectaculaire que le premier Faces of Death, cette suite nous propose un véritable "panorama" de la mort, mais avec une approche beaucoup plus documentaire et même documenté. En ce sens, Faces of Death 2 est probablement l'épisode qui se rapproche le plus de Mondo Cane.
Pour mémoire, je rappelle que Mondo Cane, réalisé par Gaultiero Jacopetti et Franco Prosperi en 1962, est le tout premier "Mondo", et a évidemment influencé bon nombre d'ersatz, dont Faces of Death fait partie. Tout comme son prédécesseur, Faces of Death 2 s'interroge sur le genre humain, sans pour autant délivrer de réponse.

Guerre, pollution, exécutions sadiques et meurtres font partie du menu fretin. Histoire de contenter une clientèle de plus en plus friande en matière de gore et de spectaculaire, John Alan Schwartz nous montre un massacre pur et simple de baleines. Faces of Death 2 souffre donc des mêmes défauts que son modèle, à savoir ce côté racoleur, vulgaire et putassier.
Bien sûr, de temps en temps, John Alan Schwartz nous propose une analyse sociologique de la mort. A l'instar du premier, Faces of Death 2 interroge lui aussi sur notre voyeurisme et plus précisément sur notre société consumériste et capitaliste, qui nous transforme en super consommateurs, recroquevillés dans leur cynisme, leur individualisme et leur égoïsme.
Hélas, la surprise n'est plus au rendez-vous. Néanmoins, dans son genre, et à condition de le prendre pour ce qu'il est (à savoir un énième "Mondo" insolent et irrévérenscieux), Faces of Death 2 reste de facture honnête. Cependant, ce second volet n'atteint jamais la folie de son prédécesseur. Pourtant, en l'état, le film sera lui aussi banni dans de nombreux pays, et logiquement interdit aux moins de 18 ans.

Note: 10/20

 Alice In Oliver


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine