Magazine Santé

ALCOOL ou OCYTOCINE, mêmes mécanismes, mêmes effets – Neuroscience & Biobehavioral Reviews

Publié le 23 mai 2015 par Santelog @santelog

Mêmes mécanismes, mêmes effets, bons et mauvais. Cette méta-analyse britannique d’études portant sur l’ocytocine, l’hormone de  » l’amour  » et sur l’alcool, met en évidence des similitudes troublantes entre les effets des deux composés. Des conclusions, présentées dans la revue Neuroscience & Biobehavioral Reviews, qui révèlent aussi le  » côté sombre  » de l’ocytocine.

·   L’ocytocine, l’hormone de l’amour et de la confiance, est un peptide naturel produit dans l’hypothalamus du cerveau. On connait bien le rôle de l’ocytocine dans la construction du lien mère-enfant, et plus largement dans la formation de liens sociaux durables, dans l’empathie et l’altruisme. L’ocytocine a déjà reçu une attention considérable en tant que traitement possible, par injection intranasale, pour les troubles de la communication sociale et plusieurs études l’ont déjà désignée comme un bon candidat médicament dans le traitement de l’autisme.

·   L’alcool, consommé modérément a assurément un rôle social. Alors que de nombreuses personnes associent une grande partie de leur temps de lien social au contexte de la consommation d’alcool, une étude a confirmé la gratification sociale apportée par sa consommation. D’autres études montrent qu’avec l’alcool, le sourire devient contagieux et plus fréquent et que l’alcool est particulièrement efficace à déclencher cette ouverture sociale.

ALCOOL ou OCYTOCINE, mêmes mécanismes, mêmes effets – Neuroscience & Biobehavioral Reviews
Le Dr Ian Mitchell, de l’École de psychologie de l’Université de Birmingham et son équipe ont identifié et combiné les recherches existantes sur les effets de l’ocytocine et de l’alcool. Ils révèlent ici la grande similitude dans les effets sociocognitifs qui peuvent être induits par l’ocytocine par voie nasale et une consommation aiguë d’alcool. Les 2 composés agissent en effet sur le siège de nos émotions, les structures corticales préfrontales limbiques, en se fixant sur le neurotransmetteur GABA, normalement régulateur du stress et de l’anxiété, en particulier dans des situations de communication sociale.

Mêmes mécanismes, même gratification sociale : Si l’ocytocine et de l’alcool ciblent des récepteurs différents dans le cerveau, les 2 composés entraînent des actions communes sur le GABA (ou acide γ-aminobutyrique, le principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central) dans le cortex préfrontal et le système limbique, siège de nos émotions.

Concrètement, l’ocytocine et l’alcool vont rendre les situations de  » confrontation  » sociale  » moins intimidantes « . En laboratoire, un spray d’ocytocine permet de surmonter le stress, comme l’alcool peut  » donner du courage  » dans un contexte social délicat. En particulier lorsqu’elle est administrée par voie nasale.

Mêmes mécanismes, mêmes effets indésirables : C’est ce que les chercheurs appellent le côté sombre de l’ocytocine, soit des effets sociocognitifs néfastes comparables à ceux de l’alcool : Trop d’alcool ou trop d’ocytocine peuvent entraîner une réponse de l’organisme entraînant un état d’excitation et des comportements désinhibés : agressivité, jalousie  » alcoolique « , vantardise, changements d’humeur (et baisse de séduction !).

Les 2 composés sont capables d’affecter nos émotions, nos angoisses voire d’intensifier aussi les mauvais souvenirs. L’ocytocine a aussi été décrite comme l’hormone des émotions fortes.

Enfin, ocytocine comme alcool peuvent accroître notre perception de la fiabilité des autres et favoriser les comportements à risques.

L’ocytocine, bientôt une alternative à l’alcool ? Ce n’est pas pour demain, précisent les auteurs dans un communiqué. Cependant, ils décrivent l’ocytocine comme un composé neurochimique fascinant avec des usages prometteurs dans le traitement des troubles psychologiques et psychiatriques. En attendant, ils mettent en garde contre toute automédication avec l’hormone ocytocine (ou une consommation aiguë d’alcool, bien sûr).

 

Source: Neuroscience & Biobehavioral Reviews August 2015 doi:10.1016/j.neubiorev.2015.04.018 Similar effects of intranasal oxytocin administration and acute alcohol consumption on socio-cognitions, emotions and behaviour: Implications for the mechanisms of action (Visuel McGill)

ALCOOL ou OCYTOCINE, mêmes mécanismes, mêmes effets – Neuroscience & Biobehavioral Reviews
Plus de 15 étudessur les effets de l’Ocytocine


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine