Magazine Poésie

Je me sentais vivre en elle, et elle vivait pour moi seul

Par Vertuchou

Je me sentais vivre en elle, et elle vivait pour moi seul.

Son sourire me remplissait d'une béatitude infinie; la vibration de sa voix si douce

et cependant fortement timbrée me faisait tressaillir de joie et d'amour.

Elle avait pour moi toutes les perfections, elle répondait à tous mes enthousiasmes,

à tous mes caprices, − belle comme le jour aux feux de la rampe qui l'éclairait d'en bas,

pâle comme la nuit, quand la rampe baissée la laissait éclairée d'en haut

sous les rayons du lustre et la montrait plus naturelle,

brillant dans l'ombre de sa seule beauté, comme les Heures divines

qui se découpent, avec une étoile au front,

sur les fonds bruns des fresques d'Herculanum !

Gérard de Nerval, Sylvie


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vertuchou 94 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine