Magazine Moyen Orient

Polémique sur fond d’Art….

Publié le 24 mai 2015 par Fouzi53 @fouzi53

Zine Li Fik

Le rideau vient de tomber sur le 68eme Festival de Cannes et la Palme d’Or a été attribuée au réalisateur français Jacques Audiard pour son film « Dheepan ». Le film marocain « Much Loved » de notre cinéaste national, Nabil Ayouch a quand a lui fait la polémique au Maroc depuis la fuite orchestrée via youtube de quelques extraits sulfureux aux dialogues crus qui ont choqué la toile et les réseaux sociaux.

Je n’ai pas vu le film et je ne peux me suffire des quelques vidéos pour me faire une idée exacte sur ce film, qui comme les autre films de Nabil Ayouch, traite de faits de société universels avec un zoom sur le monde arabe et plus particulièrement le Maroc : Jeunesse, drogue, fanatisme, misère, sexualité, politique etc….

Mon point de vue aujourd’hui sera axé sur le tourisme et la question que je me pose est la suivante: Quel impact aura ce film sur la destination touristique Maroc?

En lisant et en écoutant les différentes interviews données par le cinéaste sur son film, il nous parle bien d’une fiction basée sur du vécu prenant la peine de côtoyer plus de 250 prostituées exerçant leur art à Marrakech. Il aurait fait une sorte d’immersion dans le monde de la nuit , avec toutes ses composantes, prostituées, travestis, chauffeurs de taxis, vigiles de boites de nuits, policiers (Sic) …pendant plus d’une année pour mieux le connaitre et le mettre en scène.

Il dit même, qu’il a été tenté de faire un documentaire sur la prostitution mais qu’en définitive, il a opté pour le film. Aurais-t-il eu les autorisations pour faire ce documentaire?

La dernière fois qu’une production a fait un reportage sur le tourisme sexuel au Maroc, cela a soulevé un tollé. Or sans vouloir anticiper et au vu de ce qui a été dévoilé, « Much Loved » traite plus de la prostitution « Touristique » que de toutes les autres formes de la prostitution. Dans ce cas c’est la destination qui risque d’être stigmatisée pour ne pas dire « labélisée » comme telle.

Faut il incriminer le facteur, en l’occurence le cinéaste qui n’a fait que son boulot, braquer ses projecteurs sur une pratique vielle comme le monde mais qui aujourd’hui nous interpelle tous et plus particulièrement


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fouzi53 1788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte