Magazine Santé

SCLÉROSE en plaques: Bien manger pour vivre mieux – National MS Society

Publié le 26 mai 2015 par Santelog @santelog

Cette année, la Journée mondiale de la sclérose en plaques (SEP) remercie tous ceux qui contribuent à rendre un peu plus surmontables les obstacles rencontrés, au quotidien par les patients atteints. De nombreuses organisations rappellent aussi que les facteurs de mode de vie peuvent contribuer à réduire le handicap lié à la maladie. C’est le cas de l’alimentation, avec certains aliments à éviter et d’autres qui peuvent atténuer les symptômes.

SCLÉROSE en plaques: Bien manger pour vivre mieux – National MS Society
La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique qui se manifeste par des paralysies, des engourdissements, des pertes de vision, des déficits d’équilibre et de la marche pouvant mener à un handicap chronique. La maladie qui touche le cerveau et la moelle épinière, est caractérisée par une attaque inflammatoire du système immunitaire du corps contre la myéline, le revêtement protecteur qui entoure les fibres nerveuses. Une fois la myéline lésée, les cellules nerveuses deviennent très sensibles et commencent à se détruire, les signaux électriques ne peuvent plus être transmis et ce dysfonctionnement grave entraîne ces symptômes handicapants, allant d’un engourdissement des membres à la paralysie ou la cécité. Aujourd’hui, 2,3 millions de personnes (diagnostiquées) seraient atteintes de SEP dans le monde, une estimation en hausse de 9,5 % vs 2008. La maladie touche deux fois plus les femmes que les hommes, voire 3 fois plus dans certains pays. Les jeunes ne sont pas épargnés et jusqu’à 5% des patients atteints ont aujourd’hui moins de 18 ans. Il n’existe pas aujourd’hui de traitement efficace.

Certains facteurs de mode de vie, comme un régime alimentaire sain et équilibré contribuent à mieux gérer certains symptômes comme la fatigue, les problèmes de circulation, de la vessie ou encore les troubles intestinaux. Si selon la National Multiple Sclerosis Society, aucun régime alimentaire ne pourra guérir la maladie, bien manger contribuera déjà à favoriser l’état de santé général. Ainsi, s’il faut préciser que certains choix alimentaires sont présentés comme favorisant la réduction des symptômes, la preuve scientifique de leur efficacité reste limitée et ils émanent plutôt de témoignages personnels convergents.

·   un régime alimentaire faible en acides gras saturés et complété par des omega 3 (présents dans les poissons gras, l’huile de foie de morue ou de lin) et les omega 6 (huile de tournesol). Le fameux régime du Roy Swank qui exclue les graisses animales saturées est controversé par la communauté des neurologues. Cependant la limitation des apports en acides gras saturés (à moins de 15 grammes par jour) est favorable en général, à la santé globale. De même, si aucune étude n’a démontré un effet significatif, opter pour des produits laitiers allégés est une stratégie alimentaire partagée par de nombreux patients.

·   un apport élevé en fibres, en particulier par la consommation de fruits est également recommandé pour réduire le risque de constipation, un autre symptôme fréquent de la SEP.

·   La vitamine D a souvent été évoquée, mais son rôle dans la réduction de l’activité de la SEP, reste à démontrer.

·   Les régimes comportant des niveaux trop élevés de certaines vitamines ou qui excluent des nutriments importants sont déconseillés. Ainsi, tout régime tout régime alimentaire qui comprend des suppléments nutritionnels ou de vitamines doit être prescrit par le médecin.

·   Enfin, la National Multiple Sclerosis Society déconseille la consommation de boissons à l’aspartame, contenant de la caféine et de l’alcool qui peuvent irriter les voies urinaires.

SCLÉROSE en plaques: Bien manger pour vivre mieux – National MS Society
·   Le gluten a été évoqué par une étude publiée en 2011 dans la revue BMC Neurology. L’étude montre que les patients atteints ont un risque plus élevé d’intolérance au gluten ce qui n’implique pas de passer à un régime sans gluten mais de détecter systématiquement cette intolérance.

·   Enfin, faire attention, normalement, à ses apports en sucres vaut également pour les patients atteints de SEP, dans l’objectif, tout simple, d’un meilleur contrôle du poids.

Les experts rappellent que les maladies cardiaques et le cancer sont les principales causes de décès chez les personnes atteintes de SEP, tout comme en population générale. Un régime sain et équilibré permettra donc aux patients, comme à leurs proches, de limiter ces risques de maladies chroniques.

 

SCLÉROSE en plaques: Bien manger pour vivre mieux – National MS Society
Sources: World MS DaySur le site de worldMSday, chaque personne ou organisation qui a apporté son soutien à un proche ou à un patient atteint, est invité à partager ses réalisations, à inspirer les autres avec ses expériences et à contribuer à briser un plus les obstacles de la vie quotidienne.

National Multiple Sclerosis Society Nutrition : Eating healthy to take charge of your health.

The Multiple Sclerosis Diet Book du Dr. Swank

BMC Neurology doi:10.1186/1471-2377-11-31 Prevalence of celiac disease in multiple sclerosis

SCLÉROSE en plaques: Bien manger pour vivre mieux – National MS Society
Plus de 25 études sur la Sclérose en plaques


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71166 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine