Magazine Info Locale

Trains Intercités : menaces sur le train Aubrac, Paris – Bourges – Montluçon, Lyon – Bordeaux

Publié le 26 mai 2015 par Philauvergne @Philauvergne

Le député Philippe Duron a remis ce mardi 26 mai 2015 un rapport sur les trains d’équilibre du territoire. A quelques mois de la fin de la convention entre l’Etat et la SNCF, se pose la question de la survie de certaines lignes déficitaires. Le rapport préconise, entre autre, une adaptation du périmètre des trains d’équilibre du territoire (TET) pour les lignes de jour dès 2016.

Qu’est ce qu’un train d’équilibre du territoire (TET) ?

Les trains d’équilibre du territoire (TET) regroupe les trains ayant les noms commerciaux suivants : Corail, TEOZ, Lunéa, Intercités. Depuis décembre 2010, l’Etat s’est engagé, à travers à une convention, à aider la SNCF à pérenniser les 40 liaisons TET.

Cette convention arrive à son terme à la fin de 2015 et coûte chaque année environ 325 M€ à l’Etat. Il est donc nécessaire de faire un bilan et d’imaginer quel est l’avenir de chaque ligne, d’où le rapport du député Philippe Duron.

Les principales conclusions du rapport pour l’Auvergne

La commission préconise :

  • la fin de liaison entre Paris et Montluçon. Il faudrait changer de train à Vierzon. La commission annonce un temps de trajet plus rapide.
  • un maintien de la ligne Clermont – Nimes (le Cévenol)
  • de basculer la ligne Clermont-Béziers (L’Aubrac) en autocar via l’A75
  • de basculer la ligne Bordeaux – Lyon en autocar via l’A89
  • un renforcement de la ligne Paris – Clermont

Dans le détail

-> Ligne Paris – Clermont-Fd

419km en 3h25.
Ligne à fort trafic avec près de 350 voyages par train
Plus d’un tiers des passagers font la liaison pour la capitale auvergnate

La commission préconise :

  • L’augmentation des fréquences de la desserte Paris-Clermont-Ferrand : 12 tpj (trains par jour) y compris la liaison directe aller-retour « Le Volcan » ;
  • Continuer à desservir les gares de : Paris, Nevers, Moulins, Vichy, Riom, Clermont-Ferrand ;
  • Le maintien de la commercialisation intégrant la garantie de place assise et la tarification flexible ;
  • Renouvellement du matériel roulant : automotrices électriques à haut niveau de confort. (Rien de nouveau, on l’annonce pour 2019 / 2020 environ).

-> Ligne Bordeaux – Lyon via Clermont-Fd

431 km en 6h24.
Ligne à faible trafic avec moins de 100 voyages par train – 80 voyageurs en occupation moyenne ;
49% du trafic est réalisé entre Bordeaux et Perigueux
Vitesse minimum : de 60 à 115 km/h de Périgueux à Ussel
Vitesse maximum : 160 km/h essentiellement de Bordeaux à Périgueux
La transversale Bordeaux-Lyon est actuellement interrompues sur ces 2 branches :
- une branche Sud via Brive-la-Gaillarde et Clermont-Ferrand,
- une branche Nord via Limoges, Guéret, Montluçon et Roanne.

Le rapport préconise :

  • pour la branche Sud, la commission préconise une liaison autocar grâce à l’A89.
  • pour la branche Nord, la commission recommande que la desserte soit assurée par la coordination des dessertes TER existantes assurées par les deux futures grandes régions concernées (Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes et Auvergne – Rhône-Alpes).

-> Ligne Clermont-Ferrand – Béziers (Aubrac)

368km en 6h32.
Ligne à faible trafic avec moins de 70 voyages par train, dont 8 avec correspondance à Clermont-Ferrand en direction de Paris – 50 voyageurs en occupation moyenne ;
Principalement un trafic de cabotage (premières OD : Millau- Saint-Georges-de-Luzençon et Clermont- Ferrand-Issoire : un septième des voyages chacune) ;
Les activités TER ayant déjà opéré de nombreux transferts sur route, la desserte TET Clermont-Ferrand-Béziers constitue la dernière desserte voyageurs sur le tronçon Neussargues- Saint-Chély-d’Apcher.
la majeure partie de la ligne est circulable à des vitesses comprises entre 50 et 90 km/h.

La commission préconise :

  • un transfert sur autocar, étant donné la présence de l’autoroute A75 Clermont-Ferrand-Béziers/Montpellier, (tout en ayant un coût moindre)
  • la reprise du trafic de cabotage de la ligne par les futures régions Auvergne-Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ;
  • que les offres TER et autocars TET soient regroupées dans un deuxième temps sous une gouvernance inter-régionale unique, avec accompagnement financier de la part de l’Etat ;
  • que la pérennité de l’infrastructure pour la desserte fret de Saint-Chély- d’Apcher devra être garantie, au titre des enjeux industriels, ce qui nécessitera la poursuite des opérations de maintenance.

-> Ligne Clermont-Ferrand – Nîmes (Cévenol)

305km en 5h10.
Ligne à faible trafic avec un peu plus de 110 voyages par train, dont 4 avec correspondance à Clermont-Ferrand en direction de Paris – 55 voyageurs en occupation moyenne) ;
Trafic de cabotage de courte distance (premières OD : Nîmes-Alès, près d’un quart des voyages, et Clermont-Ferrand-Issoire : près d’un dixième) ;
Desserte peu compétitive au regard des faibles flux mais pertinence de l’offre ferroviaire, du fait notamment de l’absence d’infrastructure routière performante.
la majeure partie de la ligne est circulable à des vitesses comprises entre 40 et 90 km/h ;

La commission préconise :

  • en raison du manque d’alternative routière crédible et du potentiel touristique de la ligne conduisent, elle préconise le regroupement de l’aller-retour TET et des deux allers-retours TER sous la gouvernance inter-régionale afin d’optimiser les ressources utilisées entre Clermont-Ferrand et Nîmes.

-> Ligne Paris – Bourges – Montluçon

341km en 3h48
Ligne à trafic moyen ;
Près de 300 voyages par train – environ 210 voyageurs en occupation moyenne ;
Trafic : 41% entre Paris-Les Aubrais et 30% entre Paris-Bourges, seulement 8% de trafic entre Bourges et Montluçon.

La commission préconise :

  • l’adaptation des fréquences :
    o augmentation sur Paris-Bourges : 7 tpj (trains par jour);
    o Reprise du trafic Vierzon/Bourges-Montluçon par les TER existants en correspondance à Vierzon avec les dessertes TET Paris-Vierzon (Paris-Limoges-Toulouse, Paris-Vierzon- Bourges). Cette préconisation permet de réduire le temps de trajet de 30 minutes par rapport aux trains directs actuels devant passer par Bourges ;
  • le renouvellement du matériel roulant : automotrices électriques à deux niveaux, aptes à la vitesse de 200 km/h.

-> Ligne Nantes – Tours – Nevers – Moulins – Lyon

678km en 7h.
Ligne à trafic moyen avec près de 200 voyages par train – près de 150 voyageurs en occupation moyenne
45% du trafic se fait entre Nevers et Lyon

L’analyse des flux de la ligne et de son potentiel (taille des agglomérations desservies) conduisent la commission à préconiser :

  • le doublement des fréquences : Nantes-Lyon : 4 tpj (trains par jour) ;
  • la desserte des gares de : Nantes, Angers, Tours, Vierzon, Bourges, Nevers, Moulins, Roanne et Lyon ;

En savoir plus :

> Télécharger le rapport complet de Philippe Duron (PDF)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philauvergne 7189 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine