Magazine Humeur

Il paraîtrait...

Publié le 27 mai 2015 par Ericguillotte
mercredi 27 mai 2015

- que si le doute subsistait encore, je pense qu’il est levé, certains nous prennent pour des imbéciles. Et sans se cacher. Sans ordre, car il n’y a pas de classement à faire dans ces cas-là, on citera l’UMP, qui change de nom mais pas de couleurs, pensant ainsi, supposons-le, rallier de nouveaux électeurs, le PS, qui critique le choix de nom de la future ex-UMP, croyant, supposons-le, que les électeurs vont penser que le changement de nom change le parti, les idées, et qu’il faudra se ruer sur les nouveaux bulletins, et enfin des associations et partis de gauche, qui avaient déposé un recours devant la justice contre le nouveau nom, croyant, supposons-le, que tous les électeurs de France, benêts, se rueraient pour adhérer, et enfin la justice, qui a accepté, avec nos impôts, de prendre décision sur ce cas tellement essentiel à nos vies, et de rejeter le recours devant le tribunal des référés. Parfois il nous vient des envies de botter un cul, mais on se perd, devant le trop grand choix.
- que le compte de pénibilité est un compte, pour tous les salariés exposés à des facteurs de pénibilité, dans lequel se cumulent des points. Chaque trimestre d’exposition à un facteur de pénibilité ajoute un point au compte, ou deux points en cas d’exposition à plusieurs facteurs. Chaque tranche de 10 points rapporte un trimestre. Les points peuvent être convertis en temps de formation pour sortir d’un emploi exposé à la pénibilité, en passage à temps partiel en fin de carrière avec maintien de rémunération, ou, en trimestres de retraite, sauf, parce qu'il y a un sauf, les 20 premiers points, qui sont obligatoirement utilisés pour la formation, donc 20 trimestres soumis à un facteur de pénibilité, ou 10 à plusieurs facteurs, ou 15 trimestres, donc 5 avec exposition accrue. Au-delà de ces trimestres, et au bout du compte, et en accumulant des tranches de 10 points, la retraite se rapprochera. Mais. Le patronat a jugé inapplicable la mesure en l’état. Donc. Le gouvernement a décidé de simplifier, avec d’emblée, report de six mois de sa pleine application, abandon de la fiche individuelle obligatoire, puis accords de branche ou référentiels professionnels homologués par l'administration et opposables en cas de litige, et, douze propositions pour améliorer le dispositif, et, plusieurs amendements au projet de loi sur le dialogue social. Bref. Une simplification, quoi. Parfois il nous vient des envies de botter un cul, mais on se perd, devant le trop grand choix.
- que le site lanceur d'alertes Wikileaks a dévoilé le plan envisagé par l'Union européenne afin d'endiguer voire de mettre fin au trafic d'êtres humains entre l'Afrique et les côtes du Vieux Continent. Ce sont deux rapports confidentiels, alors, ne lisez que d’un œil, et vite. Le premier rapport recommande une approche flexible et itérative afin d'offrir une réponse aussi rapide et efficace que possible. C’est si bien dit ! La première solution envisagée est d'identifier, capturer et détruire les bateaux avant qu'ils ne soient utilisés par les trafiquants. Et fermer les yeux, ensuite, on peut le supposer, en se bouchant les oreilles, aussi. Le deuxième rapport est un ensemble de conseils en vue d'une intervention militaire dans la région. L'usage de la force pourrait s'appliquer en cas de saisie de navires, en cas de refus d'obtempérer, la neutralisation de trafiquants, la prise d'otages, en cas de menaces directes envers les forces d'intervention, ou des personnes suspectées d'avoir commis des crimes. Aider les migrants, chercher les raisons de leurs envies d’ailleurs, leur porter secours, trouver des solutions, tout ça figure sûrement dans le troisième rapport. Mais on le cherche encore. Parfois il nous vient des envies de botter un cul, mais on se perd, devant le trop grand choix.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ericguillotte 741 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines