Magazine Bien-être

L’Amour ne meurt jamais

Publié le 29 mai 2015 par Do22 @DominiqueJeann

11110554_858390810866940_7913127257540823560_n

En insomnie cette nuit, je suis allée me balader sur Facebook. J’ai alors pensé à un de mes « ex », un homme avec qui j’ai passé quatre ans à aimer, être aimée, à vivre une relation « in and out » car l’amour entre deux âmes-soeurs est un des plus difficiles à vivre sur terre. Je l’ai retrouvé.

La pureté de cet amour d’âmes-soeurs, dans l’instant présent, se confronte à toutes les blessures « terrestres » et karmiques que portent les deux êtres, qui font qu’il est impossible de vivre ensemble.

Il m’a écrit un jour des méchancetés dont je n’ai jamais compris le sens ni l’origine qui a provoqué chez moi un choc qui m’a ramenée à la violence de mon enfance.

J’ai n’ai plus jamais voulu le voir ni lui parler tellement le choc avait été grand. C’était en 2002.

Malgré tous nos efforts pour arriver à vivre une belle relation, nous vivions un karma souffrant récurrent qui n’avait pas d’autre issue qu’une cassure nette, ce que nous n’arrivions pas à faire. Nous n’arrivions pas à nous séparer. Nous nous aimions au-delà de tout ce que nous vivions mais nous savions aussi que nous nous faisions plus de mal que de bien à vouloir rester ensemble.

Je n’ai jamais compris ce qui a provoqué ses mots violents à mon égard. Je ne les méritais pas. Ce fut la fin de notre relation, tranchée au couteau de cette violence. Il n’était pas question que je supporte de la violence comme ma mère l’avait fait pendant tant d’années. Une fois était déjà trop. Nous ne nous sommes jamais dit au-revoir.

Les fardeaux ont toujours leur cadeau

Le choc que cette onde de violence a créé chez moi m’a envoyée en thérapie d’urgence, toute la violence de mon enfance étant remontée d’un coup, prête à être enfin libérée et mon coeur enfin soigné.

Merci pour m’avoir permise de guérir cette blessure que je n’arrivais pas à toucher malgré des années de thérapie.

Référée d’urgence à un psychologue, j’ai alors découvert la PCI (psychothérapie corporelle intégrée), une technique thérapeutique que j’ai beaucoup aimée. Quelques mois plus tard, je commençais ma formation de PCIste, diplôme que j’ai eu quatre ans plus tard.

Merci pour m’avoir permise de réaliser ce rêve de devenir psychothérapeute.

L’Amour ne meurt jamais

Je n’ai jamais eu de conjoint violent, sauf cette unique fois avec cet âme-soeur. Malgré tout, quand j’ai regardé les photos de lui dans son profil Facebook cette nuit, j’ai senti l’amour que j’avais toujours eu pour lui, tout comme pour tous les hommes que j’ai aimés. J’ai même senti les larmes d’un au-revoir paisible jamais fait avec lui monter au bord de mes paupières. Cette émotion m’a permise de le laisser aller une dernière fois…

Quand j’aime, j’aime pour toujours, chante Richard Desjardins. Je suis ainsi. Éternelle amoureuse qui aime parfois trop facilement, trop, ou plutôt mal puisqu’on n’aime jamais trop, mon coeur n’oublie jamais l’amour qu’il a ressenti pour un être cher.

En Suisse, on dit que les gens sont froids et durs à atteindre. C’est vrai. En fait, les Suisses ne sont pas froids : une fois apprivoisés et leur confiance donnée, ils aiment pour la vie, peu importe ce qui va se passer. Je suis Suisse et je suis ainsi. Quand j’ai ouvert mon coeur à faire confiance, à aimer, je ne retire jamais mon amour ou mon amitié. Je ne peux tout simplement pas. Même si on ne se verra plus jamais ou si on se voit une fois tous les trois ans, mon amour est toujours là pour les gens que j’aime.

Les relations entrent et sortent de nos vies et, même si on n’est plus en contact physique, j’aime toujours mon premier grand amour, mes amis, mes autres amoureux. L’amour est juste différent, non attachant, libre.

Amours miroirs

10516585_10204341644005677_3702907962574623582_nUne amie me disait l’autre jour qu’elle a revu dernièrement un homme qu’elle aime toujours, avec qui elle voudrait vivre une relation aujourd’hui encore même si cela fait plusieurs années qu’ils ne sont plus ensemble.

Elle a ensuite vécu une longue relation heureuse avec un autre homme. Elle pensait vraiment que c’était l’homme de sa vie avec qui elle allait finir ses jours. La relation s’est terminée un jour pourtant, dans la paix.

Elle a été très amoureuse et heureuse avec cet homme. Malgré tout, son amour pour l’autre était toujours là, bien enfoui au fond de son coeur.

Pourquoi aimons-nous ainsi des personnes qui ne veulent pas de nous, qui vont même parfois jusqu’à nous maltraiter ? Pourquoi mon coeur pense être amoureux d’un homme qui pense être amoureux d’une autre femme qui pense être amoureuse d’un autre homme… ?!

Amours de dépendance affective ? Amours karmiques ? Amours miroirs de quelque chose qui fait qu’on pense être amoureux de cette personne mais, en fait, elle est juste là pour nous refléter quelque chose que nous avons à guérir ou à faire grandir, qu’on a déjà en soi ?

Toutes les relations sont là pour nous faire grandir, pour nous apprendre quelque chose sur nous-même. Ce sont nos plus beaux miroirs. Ce dont je suis sûre, cependant, c’est que nous devons avoir fait le deuil de chacune de nos relations précédentes pour pouvoir vivre une relation actuelle pleine et entière, heureuse et harmonieuse.

Faire le deuil d’une relation amoureuse ne veut pas dire ne plus aimer et oublier. Cela veut dire transformer l’attachement en Amour, guérir le lien pour le rendre libre et léger.

En sentant les larmes monter en voyant les photos de cet âme-soeur quitté subitement en 2002, je me demande si j’en ai vraiment fait mon deuil. Qu’est-ce que je l’ai pleuré, pourtant, et « travaillé » en thérapie ! Suis-je vraiment prête à ouvrir mon coeur, librement et légèrement, pour accueillir un nouvel amoureux ?

C’est peut-être pour ça que celui que je désire accueillir dans ma vie et dans mon coeur ne s’est pas encore manifesté. Ou peut-être est-il déjà là mais je ne le vois pas, je ne peux pas l’atteindre, il ne peut pas m’atteindre car des guérisons de coeur ne sont pas encore terminées de part et d’autre.

Ce qui est sûr, c’est que, même si je ne le reverrai jamais, et même si on s’est fait souffrir tous les deux, l’amour que j’ai pour cet âme-soeur sera toujours là car cet amour, une fois touché, ne s’en va jamais.

Il s’est juste transformé et est devenu de l’Amour. Un espace ouvert, paisible, auquel on ne s’accroche plus, qui est juste bon, sans attentes, sans attache. L’Amour de l’Instant Présent qui nous permet de continuer à Aimer cette personne tout en pouvant remonter en Amour avec une autre personne…

Avec Amour,

Do

11251058_1592048074397327_5806821587611214328_n


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Do22 802768 partages Voir son profil
Voir son blog