Magazine Autres sports

Prix du Jockey Club 2015

Publié le 29 mai 2015 par Altim58

Le première édition du Jockey Club "amputé" a été gagné par un visiteur, Shamardal, la dernière par un autre visiteur The Grey Gatsby, ce fut les deux seuls. Entre, les lauréats français furent plutôt de bons promoteurs de cette nouvelle version, pour certains devenant ou en train s'affirmer comme de bons étalons comme Lawman, Le Havre, Lope de Vega, tous trois ayant donné rapidement des gagnants de groupes 1. Deux seuls gagnants, Vision d'Etat et Saonois, étaient issus du même étalon français Chichicastenango, à l'époque stationné à Victot mais vendu au Japon à prix fort après la victoire de Vision d'Etat dans le Jockey Club (il s'en est fallu d'ailleurs de peu que Chichicastenango compte trois gagnants dans l'épreuve, son fils Bubble Chic ratant l'exploit de peu d'un petit rien derrière Reliable Man). De quoi regretter amèrement de l'avoir laisser partir, encore qu'en trois saisons de monte, au Japon, jusqu'à sa mort prématurée en 2012, il n'a pas beaucoup produit de très bons chevaux.
Les britanniques scrutent toujours d'assez près notre épreuve, car chez eux les 3 ans sont obligés de passer du mile aux 2400 avant l'été sans épreuve intermédiaire pour les chevaux manquant de tenue.
Pour ceux-ci, sur 2000-2100 (hormis le fait de s'aligner dans un petit groupe III à Royal Ascot (les Tercenary Stakes) ou au Curragh (les Gallinule Stakes) ils devront relever le défi d'affronter les chevaux d'âge dans les Eclipse et les International Stakes, défi relevé à 3 ans plutôt par des cracks comme Giant's Causeway ou Sea The Stars.
Du coup, le Jockey Club avec un montant d'allocations 3 fois supérieur aux Eclipse les tente un peu même avec des chevaux moyens. Pour autant, leurs résultats se sont révélés plutôt modestes avec en plus des deux victoires pré-citées seulement deux podiums depuis 2005.
Parmi eux, depuis 2005,
Aidan O'Brien a aussi présenté treize poulains (il en a même aligné quatre pour l'édition 2009) mais n'a jamais pu trouver la faille. Son seul podium et meilleur résultat sera celui avec Westphalia qui terminera troisième. Tentatives donc si décevantes qu'il n'a pas aligné de participants ces deux dernières années. Et avant 2005, ce n'était guère plus flatteur.
Pour cette édition 2015, O'Brien en présente trois et trouvera à qui parler. Avec
Karaktar, Silverwave, New Bay, War Dispatch, Sumbal, on a en effet là cinq poulains invaincus ou quasi invaincus dotés du potentiel pour vaincre. Préférence honteusement chauvine pour Silverwave (entraîné par A.Couetil, un ex assistant d'A.Fabre) car c'est l'un trois concurrents issus d'un étalon français et pour Sumbal car c'est un fils d Alix Road (on attend aussi avec impatience les débuts, plutôt en 2016, de sa soeur Lily Passion par Sea The stars qui est chez Pascal Bary).
Sinon,
New Bay, c'est le parcours du poulain préservé avec un début prudent à 2 ans, une victoire dans le Machado sans foulées ostentatoires et une fin de course entâchée de regrets (mais prometteuse) dans la Poule, un pedigree par Dubawi et une fille de Zamindar qui lui garantit une semi-tenue sur 2100.
Karaktar a progressé de façon cohérente à 2 ans concluant modestement dans le Thomas Bryon. Puis à 3 ans, un sans faute, et plus avec la manière, ne se laissant pas approché sur 2100. En principe, le cheval de la course, fils d'High Chaparral et d'une fille de King's Best qui n'a pas produit que des milers (cf Workforce, Best Name) un poulain profilé pour aller sur l'Arc.
War Dispatch, c'est le profil inverse, quasi déplaisant, allant vers la facilité, battant des modestes sur le sable puis grimpant jusqu'à gagner le prix de Guiche. Pas mauvais, en principe capable de jouer un mauvais tour (par War Front qui produit peu sur long) mais qui n'a pas été envoyé sur le Noailles ou le Greffuhle .
Puis il y a
Mostaneer, passé par les pistes secondaires, faisant une rentrée correcte ligne droite sur 1800, un profil (par Dutch Art et une fille de King's Best) qui fixe une limite très claire à sa tenue. Devrait terminer les 2100 en apnée..

Piment Rouge c'est la petite déception du printemps. Vu l'opposition cette fois-ci, il tente sa chance mais ne pourra viser au mieux que la dernière marche du podium.
Pour terminer, les trop ambiteux,
High Dynamite un pur Quesnay, nettement dominé dans le Noailles, Kahouanne un précoce à profil de sprinter qui n'a aucune marge et qui commetterait Campione dominé par Grey Lion en débutant mais transparent dans le Noailles et le Guiche, et Listan un poulain du Sud-Ouest battu par Helisa un bonne pouliche de F.Rohaut,. quatre poulains dont une performance meilleure qu'une cinquième place reléverait de l'exploit.
Pour contrarier l'ambition des français, trois O'Brien,
Cape Clear Island un 3/4 frère de l'excellent Sea Moon, capable de faire 3-4ème mais ambitionnant sans doute le Grand Prix de Paris, Highland Reel un Galileo de souche australienne, 3/4 frère du crack Elvstroem qui avait tenté les Prince Of Wales et l'Ispahan, et War Envoy un poulain qui aurait pu débuter à Pau et qui a été mis à toutes les sauces.
En marge dans le Sandringham,
Mexican Gold n'a pas à priori trop à craindre l'opposition.
Par contre dans le
Royaumont, chances égales pour beaucoup de concurrentes avec un léger avantage par les origines pour l'Aga Khan
Kataniya une soeur de Katiyra entraînée Oxx venue briguer l'Opéra et Ame Bleue une fille d 'Aquarelliste.
Pour autant,
Sea Calisi, une soeur de Timos, a la solidité et l'endurance pour créer la surprise, un peu plus que Bella Donna Borget pourtant invaincue, et sans un peu moins que l'anglaise Toujours l'Amour qui a de très bonnes lignes après sa victoire à Lingfield ou que la Wildenstein Lady Of Kyushu affiliée à l'Arc Winner Detroit


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Altim58 145 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines