Magazine High tech

Après l’audio, Shazam se met à la reconnaissance visuelle

Publié le 29 mai 2015 par Le Monde Numérique @lmn_officiel

L’application Shazam est aujourd’hui mondialement connue pour sa capacité à reconnaître quasi instantanément le nom de l’interprète et le titre d’une chanson écoutée. Désormais, Shazam s’ouvre aux QR Code pour proposer des contenus numériques enrichis. 

Après l’audio, Shazam se met à la reconnaissance visuelle


Dès aujourd’hui, l’application Shazam se voit dotée d’une nouvelle fonctionnalité : la reconnaissance visuelle. Il suffit de placer le smartphone sur lequel l’application est installée au-dessus de n’importe quel objet portant un logo Shazam ou un QR Code afin d’accéder à des informations mobiles personnalisées comme du contenu interactif, des offres spéciales, des fonctions d’achat en ligne ou de partage. On parle alors de contenus « Shazamable ».

Quelques exemples : La publicité pour le film des Studios Disney À la poursuite de demain (Tomorrowland) est shazamable tout comme la campagne pour le lancement du parfum L’homme idéal de Guerlain ou encore la marque Evian qui proposera prochainement des publicités (magazines/journaux et affiches publicitaires) dans lesquelles il sera possible d’obtenir du contenu supplémentaire sur son smartphone. Plusieurs partenariats ont ainsi pu être signés avec des entreprises françaises, américaines, britanniques et australiennes.

Après l’audio, Shazam se met à la reconnaissance visuelle

Actuellement, Shazam revendique 100 millions d’utilisateurs actifs mensuels. Avec cette nouvelle fonctionnalité, l’éditeur espère ainsi élargir son nombre d’utilisateurs mais également profiter des accords passés avec les différentes enseignes afin d’augmenter significativement son chiffre d’affaire. 

 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Monde Numérique 14500 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine