Magazine Conso

J’aurais justement dû écouter mon instinct…

Publié le 30 mai 2015 par Lheureuseimparfaite @LImparfaite

Bon, je relis l'article de Melgane, le commentaire de Bloody Anna...Je m'excuse encore au près de l'intéressée si ma démarche lui a semblé trop cavalière.

Et je vais essayer d'exposer mes pensées plus clairement que précédemment.

" Là où je veux en venir c'est que instinctivement nous voulons être beau et fort (en gros) et que là où la société intervient c'est dans la définition de la beauté " → Là oui, je suis à 100 % d'accord.

Si nous sommes beaux et forts, alors effectivement nous augmentons nos chances de transmettre nos gènes.

MAIS, et oui il y a un mais.

Les corps sveltes et tendance ultra fin & skin affichés sur certains sites/blogs " healthy " ne sont pas les seuls modèles en accord avec une bonne transmission des gènes.

Un corps de femme trop sec/maigre n'est pas le plus apte à se reproduire. (Du point de vue animal, un corps féminin n'a aucun intérêt à être ni très musclé, ni trop maigre !)

Par ailleurs, prenons le cas concret d'une jeune femme mesurant 1,60 m. Son poids pourrait varier d'une gamme d'environ 47,5 kg à 64 kg (ce qui donne une gamme de morphologies très différentes) et rester une " bonne reproductrice " pour dame nature.

Pourtant, en pesant 60 kg, cette jeune femme pourrait se croire en surpoids, pourrait souhaiter perdre du poids pour pouvoir se sentir séduisante. Sa volonté de mincir résulte-t-elle alors de l'instinct ?

→D'un certain côté on peut être tenté de répondre oui, instinctivement l'envie de plaire s'exprime ici.

→Mais de l'autre côté c'est en grande partie la société qui détermine ce qui est plaisant ou non et ce qui est plaisant n'est pas forcément en accord avec les besoins physiologiques naturels de nos corps.

Pour moi, dès lors que ce qui est plaisant est déterminé par une culture, le souhait d'être beau/plaisant/attractif est instinctif mais les chemins que nous empruntons pour y parvenir sont conscients et relèvent de stratégies raisonnées .

Le besoin de plaire existe en chacun de nous (d'une très grande partie de la population tout du moins). Mais interrogeons-nous. Qu'est-ce qui résulte de l'inné et de l'acquis dans nos comportements de séduction ?

♦ Je rejoins encore la pensée de Melgane sur ce point " la société joue un rôle c'est dans le fait qu'elle nourrit cet instinct de jolie apparence en nous bombardant d'images de jolies filles" . Oui !!! Complètement d'accord, mais le fait que ces images de beauté féminine soient des " 'images de jolies filles toutes fines et toutes musclées " est quelque chose de construit et non quelque chose de naturel.

Si nous étions à ce point restés uniquement des animaux, obéissant purement à nos instincts primaires, une femme " fine et musclée " aurait bien peu de chance de se reproduire. Les muscles, dans le monde animal sont l'apanage du mâle reproducteur (pour schématiser vulgairement : qui dit muscle dit testostérone, qui dit testostérone dit bon potentiel reproducteur ).

♦Du coup je n'ai pas envie de dédouaner notre société actuelle, mais j'ai encore deux fois plus envie de l'accuser. Je trouve qu'elle utilise nos instincts pour nous vendre des besoins, des rêves et des corps qui n'ont plus rien à voir avec notre physiologie naturelle.

Comme une grosse partie de la presse féminine qui nous crie chaque été " vous voulez être belle et plaire pour rencontrer l'homme de votre vie, alors vite achetez-moi et vous découvrirez comment y arriver en vous faisant un corps de rêve ".

Notre naïveté et notre besoin de plaire nous poussent parfois à vouloir suivre ces modèles de corps sveltes, ce qui entraîne bien souvent des dérives. Oh ^_^ !!! Je suis encore d'accord avec Melgane, " la société a aussi une responsabilité, c'est quand elle exacerbe cette volonté et nous pousse à aller trop loin. "

Si je résume :

  • envie de plaire = phénomène instinctif ; ok
  • qui dit instinctif dit inconscient (on ne sait pas pourquoi on fait quelque chose, mais on en ressent le besoin et on le fait) ; ok
  • mince = beau = phénomène de société ≠ instinct
  • je veux être être mince pour plaire = mélange d'instinct ET influence de la société
  • survie = instinct
  • notre instinct devrait donc nous protéger contre des comportements dangereux (épuisement dû à l'effort physique trop intense, amaigrissement excessif et trop rapide...)

Conclusion :

A mes yeux, une grande partie de notre société est grandement responsable de l'exploitation de notre désir instinctif de plaire et engendre beaucoup trop de souffrances inutiles et de comportements nocifs pour la santé et l'équilibre mental.

Il me semble que l'on doit pouvoir arriver à satisfaire nos besoins primaires de séductions tout en portant un regard bienveillant sur des corps soit-disant imparfaits.

Je crois aussi que les initiatives sur l'acceptation de soi sont à encourager...

Enfin, non, nous ne pouvons pas éternellement museler nos instincts.

Il y a 20 ans je voulais plaire, j'ai maigri, je me suis affinée, j'ai pris du muscle... Ça n'a pas du tout plu à mon corps et voilà comment je tombée dans la spirale de l'anorexie-boulimie. Les conflits entre mes désirs de coller à l'image des magazines et les besoins de mon corps m'ont rendue malade pendant presque dix longues années et j'en garde toujours certaines fragilités. Je pense que si j'avais davantage écouté mon corps et on instinct, je ne me serais jamais autant mise en danger...

J’aurais justement dû écouter mon instinct…

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lheureuseimparfaite 2252 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines