Magazine Info Locale

Le transport ferroviaire, priorité de la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

Publié le 01 juin 2015 par Blanchemanche
#Aquitaine #Intercités #TER #LGV
LGV, trains Intercités, TER : le transport ferroviaire constitue bien la priorité des trois régions, avec des projets imminents ou en cours de réalisation. - Photo Sebastien Jarry / MAXPPP©- Photo Sebastien Jarry / MAXPPPLe transport ferroviaire est un sujet d’une actualité permanente et actuellement brûlante, au point d’occulter presque les difficultés du transport routier, notamment de Limoges vers Poitiers ou Périgueux.Après Poitiers et bientôt Bordeaux – l’arrivée de la LGV y est prévue pour juin 2017 –, Limoges sera-t-elle reliée, elle aussi, à la grande vitesse?? La question reste en suspens, la déclaration d’utilité publique (DUP), tant attendue, faisant l’objet de recours devant le Conseil d’État.Bordeaux-Lyon : suppression en vueL’incertitude qui plane sur la ligne LGV Bordeaux-Toulouse, les grincements de dents qui ont accompagné le projet SEA Bordeaux-Espagne et les préconisations du député du Calvados, Philippe Duron, le 26 mai, en faveur d’une suppression pure et simple de la ligne Lyon-Bordeaux, dont la réouverture était pourtant programmée pour 2017, sont venus doucher un peu l’enthousiasme des élus, même si la nécessité de renforcer la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (Polt) a été réaffirmée à cette occasion.Ligne à grande vitesse et Polt iront-ils de pair?? Le rapport Duron semble en douter. Et si l’on se souvient que l’ancienne présidente de Poitou-Charentes, Ségolène Royal, avait affirmé sans détour son opposition au barreau LGV Poitiers-Limoges, les présidents des trois régions parlent aujourd’hui d’une même voix (à quelques bémols près) pour souhaiter la réalisation de ce projet, d’une longueur totale de 110 km.À Bordeaux, la gare Saint-Jean est actuellement en travaux, sans doute jusqu’en 2016, afin d’accueillir dans les meilleures conditions les quelque 18 millions de voyageurs qui y transiteront chaque année à l’horizon 2017, alors qu’elle en accueille 11 millions aujourd’hui. Viennent ensuite les gares de Limoges (2,5 millions de voyageurs), de Brive (1,5 million), d’Angoulême (1,4 million) d’Agen (1,3 million), de Pau (1 million) et de Dax (0,8 million).Le point noir de la RN 147Le réseau routier et autoroutier irrigue la future grande région grâce à l’A10, l’A20 et l’A89, auxquelles s’ajoutent, au sud de Bordeaux, l’A62, l’A63 et l’A65. Les difficultés proviennent essentiellement des routes nationales, et particulièrement la RN147, entre Poitiers et Limoges, un des points noirs du réseau routier, tout comme la liaison entre Limoges et Périgueux, puis Agen.La future grande région bénéficie également d’infrastructures aéroportuaires, avec l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, septième aéroport national, qui fait l’objet depuis quelques mois d’un âpre marchandage et pourrait tomber aux mains du privé, malgré la mobilisation de nombreux élus en faveur de son maintien dans le giron public. Suivent les aéroports de Biarritz-Bayonne-Anglet, de Pau, de Limoges puis de Bergerac, dont la fréquentation est passée de 16.000 passagers annuels en 2002 à 260.000 en 2010?! Enfin, l’ensemble Aquitaine-Poitou-Charentes forme à présent une façade littorale de plus de 700 kilomètres du nord au sud, avec trois grands ports : Bayonne, Bordeaux et La Rochelle.Une réalité à prendre en compte si l’on veut intégrer dans leur globalité les nouvelles dimensions de ce mastodonte que formeront bientôt les trois régions fusionnées en une seule.Autoroute ferroviaire?Le projet d’autoroute ferroviaire qui devait relier Lille (Nord) à Tarnos (Landes) via Poitiers ne verra pas le jour. C’est ce qu’a annoncé le 15 avril le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, expliquant que « l’équilibre total de ce dossier a révélé des conséquences pour les populations », que « le projet n’était pas financièrement équilibré » et qu’« il y avait un gros risque pour l’État ». Un volume de près d’un million de semi-remorques par an devait transiter par cette autoroute ferroviaire, dont le Poitou-Charentes et surtout l’Aquitaine, notamment le port de Bayonne, attendaient beaucoup, en termes de trafic de marchandises et de désengorgement du réseau routier.LGV Bordeaux-Toulouse : horizon bouché ??Les présidents des régions Aquitaine (Alain Rousset) et Midi-Pyrénées (Martin Malvy), ceux de villes comme Dax ou de métropoles comme Toulouse, ainsi qu’un représentant du maire de Bordeaux, Alain Juppé, se sont rassemblés récemment à Bordeaux pour « mettre le gouvernement devant ses responsabilités » afin qu’il acte le prolongement des lignes à grande vitesse après Bordeaux vers Toulouse et l’Espagne.
Les élus ont regretté la décision « curieuse, baroque », selon eux, de la commission d’enquête publique sur les LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. Si elle s’étend au nord, l’Aquitaine ne néglige donc pas sa relation avec la capitale midi-pyrénéenne. « Il ne peut y avoir un blanc entre Toulouse et Bordeaux sur la carte des lignes LGV », estime Alain Rousset. « Toulouse à plus de quatre heures de Paris et Bordeaux à deux heures, ce déséquilibre est inenvisageable », ajoute Martin Malvy.Marcel Oudot 01/06/15http://www.lepopulaire.fr/france-monde/actualites/2015/06/01/le-transport-ferroviaire-priorite-de-la-grande-region-aquitaine-limousin-poitou-charentes_11461246.html

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte