Magazine Culture

BRUNO SOLO : Les effets papillons d’un ascenseur

Publié le 02 juin 2015 par Misteremma @misteremma

Ce mardi 26 mai 2015, je venais à peine de revenir du Festival de Cannes que j’avais rendez-vous avec l’équipe du premier long métrage de Fara Sene, Être, au Motel One à Bruxelles. Le comédien belge Benjamin Ramon me proposa de faire l’interview dans les toilettes ! Il sait que j’aime les endroits inédits et se disait que les toilettes allaient me plaire. Après réflexion et une second proposition, je choisis la formule « ascenseur« .

L’ascenseur est le lieu où Bruno Solo a démarré sa carrière ! C’était l’époque du Top50. Il présentait l’émission dans un ascenseur dont le trajet du 50ème au rez-de-chaussée lui permettait de dérouler le classement musicale de la semaine. C’est d’ailleurs ce lieu qui lui donna l’idée du plan fixe pour la série Caméra Café.

Nous voici donc enfermé dans ce lieu inédit pour faire mes entretiens mais, tout compte fait, cet endroit n’est pas si clos qu’il n’y paraît : un ascenseur dans un hôtel est très régulièrement utilisé ! La vidéo est, ainsi, parsemée de rencontres avec les habitants éphémères du Motel…

Un événement en entraînant un autre, vous découvrirez comment Fara Sene a casté Bruno Solo pour jouer le rôle de François, un policier au bout du rouleau. Dans ce film, vous vivrez 24h de la vie d’Ester, une fille adoptive mal dans sa peau, de Christian, un provincial qui rêve de visiter le monde, de Mohamed, un garagiste qui rêve de fuir sa cité ou encore d’une sdf.

Les effets papillons se succèdent et je me demande ce que ce tournage aura bien pu créé pour nos trois protagonistes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Misteremma 42475 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte