Magazine Cinéma

Les Musaraignes Tueuses ("Craignos monsters")

Publié le 09 juin 2015 par Olivier Walmacq

Musaraignes Tueuses (

genre: épouvante, horreur
année: 1959
durée: 1h09

l'histoire : Sherman, le capitaine d'un petit bateau, accompagné de son aide, vient livrer des marchandises sur une petite île au large du Texas. Sur place, il fait connaissance avec les occupants d'un centre de recherches scientifiques : le Dr Craigis, chef de la mission ; sa ravissante fille Ann, ses deux adjoints, Farrell et Baines. Pour trouver une solution au problème de la surpopulation, les savants mènent des expériences sur des musaraignes. Résultat : les animaux ont doublé et même triplé  dans leur taille. Or, les musaraignes se sont échappées et rôdent sur l'île à la recherche de chair fraîche.

La critique :

Fondateur de la revue Mad Movies, éditeur du magazine MetalunaCinock'n'rollJean-Pierre Putters publia dans les années 1990 Ze Craignos Monsters : une série de trois ouvrages aussi instructifs et hilarants que parfaitement introuvables de nos jours, explorant cent ans de cinéma de genre à travers ses monstres outranciers, ses réalisateurs et maquilleurs exubérants.
Une autre époque en somme... Parmi ces créatures moisies, certaines ont retenu l'attention des "nanardophiles" en herbe. Au hasard, comment ne pas évoquer les cas pathologiques de Invasion of Saucer-Men, It Conquered The World, Killers From Space, Robo Vampire, The Giant Claw... ?

Bref, ce ne sont pas les exemples qui manquent ! Vient également s'ajouter Les Musaraignes Tueuses, de son titre original, The Killer Shrews, réalisé par Ray Kellog en 1959. Déjà, il y a ce titre... Les Musaraignes Tueuses. Evidemment, cette série Z horrifique est un nanar de son époque, avec une vague réflexion sur les expériences menées par les scientifiques de notre temps.
Manipulation génétique et clonage sont des thèmes esquissés et revendiqués par Les Musuraignes Tueuses, mais j'y reviendrai... Dans cette production méconnue, on ne relève aucun acteur digne de nom : James Best, Ingrid Goude, Ken Curtis, Gordon McLendon, Baruch Lumet et Judge Henry Dupree, ça vous dit quelque chose ?

Musaraignes Tueuses (

Non ??? Moi non plus ! Attention, SPOILERS ! Sherman, le capitaine d'un petit bateau, accompagné de son aide, vient livrer des marchandises sur une petite île au large du Texas. Sur place, il fait connaissance avec les occupants d'un centre de recherches scientifiques : le Docteur Craigis, chef de la mission ; sa ravissante fille Ann, ses deux adjoints, Farrell et Baines.
P
our trouver une solution au problème de la surpopulation, les savants mènent des expériences sur des musaraignes. Résultat : les animaux ont doublé et même triplé  dans leur taille. Or, les musaraignes se sont échappées et rôdent sur l'île à la recherche de chair fraîche.

Nous sommes à la fin des années 1950. A l'époque, le cinéma d'épouvante et de science-fiction est tiraillé entre plusieurs thématiques bien précises : une invasion extra-terrestre qui apparaît comme une parabole de la menace communiste, et un monde condamné à sa propre perte. Bienvenue dans la paranoïa de l'ère nucléaire et encore une fois, dans un monde technologique et ultra moderne !
En l'occurrence, Les Musaraignes Tueuses a le mérite de se démarquer de la plupart des productions horrifiques de l'époque. Le film ne fait aucune allusion à l'ère atomique, encore moins à une invasion de communistes via l'arrivée de petits hommes verts.

Musaraignes Tueuses (

Pourtant, on retrouve une petite critique (très discrète...) sur les scientifiques de notre temps. S'élevant désormais au rang de Dieu, donc du Créateur lui-même, nos chers savants mènent des expériences dangereuses sur des musaraignes. Sur ce dernier point, le film prend presque les allures d'un documentaire animalier, en tout cas informatif, sur nos "souris araignées".
On apprend, par exemple, que ces bestioles sont de redoutables carnassiers. Hélas, nos créatures ne ressemblent pas vraiment à nos célèbres rongeurs. Il est d'ailleurs difficile de dire à quoi ces monstres ressemblent réellement... Pour le reste, le scénario est de facture classique.

Tous les clichés habituels sont ici réunis pour faire de cette production horrifique un nanar de haute compétition. Par exemple, le seul homme noir du film est évidemment assassiné en premier et au bout de dix minutes de bobine. Faute de pouvoir proposer le moindre rebondissement dans son scénario, Ray Kellog s'attarde sur la psychologie primaire de ses principaux protagonistes, et nous sert des dialogues souvent interminables, heureusement ponctués par les assauts de nos musaraignes...
Autant le dire tout de suite. Nous sommes en présence d'une production fauchée. Ne vous attendez pas à voir de véritables musaraignes. Il faudra se contenter de vulgaires cabots grimés en souris et armés de longs crocs pour l'occasion. Faute de moyens, le film exploite assez peu son décor naturel et mise essentiellement sur le huis clos afin de distiller un climat de terreur.
Hélas, la réalisation, la mise en scène et le montage laissent eux aussi à désirer, tout comme les interprètes, totalement inexpressifs et monolithiques. Clairement, Les Musaraignes Tueuses n'est pas forcément le gros nanar annoncé. En résumé, ce film d'épouvante oscille entre le nanar sympatique et le navet quasi intégral. A conseiller aux fans acharnés de ce sous-genre, soit trois personnes dans le monde.

Côte : Nanar

Musaraignes Tueuses (
 Alice In Oliver


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine