Magazine Santé

L’ANOPHÈLE: Vecteur du paludisme mais également de bactéries – APHM

Publié le 14 juin 2015 par Santelog @santelog

L’ANOPHÈLE: Vecteur du paludisme mais également de bactéries – APHMLes moustiques responsables en Afrique de la transmission du paludisme pourraient également transmettre une bactérie responsable de nombreuses fièvres inexpliquées. Tel est le résultat d’une étude menée par l’équipe du Pr Philippe Parola.

Le Professeur Philippe PAROLA, Chef du Service des Maladies Infectieuses Aiguës de l’Hôpital de la Timone, et de l’équipe «Entomologie Médicale» de l’Unité de Recherche en Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes à l’Université d’Aix-Marseille, vient de publier les résultats de ses travaux dans les « Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America », l’un des plus grands journaux scientifiques du monde.

L’ANOPHÈLE: Vecteur du paludisme mais également de bactéries – APHM

(D) 8 DPI: R. felis in ovaries. (F) 14 DPI: R. felis in and around the midgut.

Il y démontre que les moustiques responsables en Afrique de la transmission du paludisme pourraient également transmettre une bactérie, Rickettsia felis, responsable de nombreuses  fièvres inexpliquées sur ce continent.  C’est la première démonstration au monde que des moustiques peuvent transmettre non seulement des parasites et des virus, mais aussi des bactéries.

Rickettsia felis est une bactérie de répartition mondiale décrite il y a 20 ans et responsable de fièvre chez l’homme. Les puces, notamment les puces de chats et de chiens, étaient les seuls insectes capables de transmettre cette bactérie. L’équipe du Professeur Philippe Parola vient de montrer que les moustiques Anopheles gambiae, qui transmettent le parasite du paludisme en Afrique, seraient capables de transmettre également Rickettsia felis.

Pour ce faire, ils ont utilisé la plateforme insectarium de l’Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection en nourrissant des moustiques avec du sang infecté par Rickettsia felis, en détectant et en montrant la progression de la bactérie dans les organes du moustiques, notamment les glandes salivaires, puis en en montrant la transmission par la piqûre sur un modèle animal.

L’ANOPHÈLE: Vecteur du paludisme mais également de bactéries – APHM

Pr Philippe PAROLA

Il s’agit de la première démonstration au monde de la faculté pour certains moustiques de transmettre non seulement des virus et des parasites, mais aussi des bactéries.

Ces résultats pourraient expliquer que Rickettsia felis soit responsable d’un grand nombre de fièvres inexpliquées en Afrique (jusqu’à 15% dans certains villages). Ces travaux qui viennent d’être publiés dans les « Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America », l’un des plus grands journaux scientifiques du monde, sont une avancée dans la compréhension des infections inexpliquées en zone tropicale ainsi que des maladies des voyageurs.

Référence : Constentin Dieme, Yassina Bechah, Cristina Socolovschi, Gilles Audoly, Jean-Michel Berenger, Ousmane Faye, Didier Raoult, Philippe Parola. Transmission potential of Rickettsia felis infection by Anopheles gambiae mosquitoesProc Natl Acad Sci U S A. 2015 

Source : Perrine SEGHIER,  Attachée de communication
Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille
80 rue Brochier – 13354 Marseille cedex 5
Tél. 04 91 38 20 31 – 06 89 25 68 36
perrine.seghier@ap-hm.fr

L’ANOPHÈLE: Vecteur du paludisme mais également de bactéries – APHM

Accéder aux dernières actualités sur l’anophèle ainsi que sur le paludisme


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 67150 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine