Magazine Maladies

#thelancetoncology #microRNA #microARNsérique #carcinomehépatocellulaire Un classificateur de microARN sérique pour la détection du carcinome hépatocellulaire : une étude longitudinale, multicentrique et rétrospective d’identification de biomarqueur, a...

Publié le 16 juin 2015 par Tartempion77 @NZarjevski

#thelancetoncology #microRNA #microARNsérique #carcinomehépatocellulaire Un classificateur de microARN sérique pour la détection du carcinome hépatocellulaire : une étude longitudinale, multicentrique et rétrospective d’identification de biomarqueur, a...

Rosettes de podosome- Cellules de carcinome hépatocellulaire traitées avec de la TGFβ
Source iconographique et légendaire:http://www.inserm.fr/thematiques/physiopathologie-metabolisme-nutri
tion/dossiers-d-information/cirrhose

Il n’a pas encore été fait été fait état de la capacité des microARNs (miARNs) à détecter le carcinome hépatocellulaire préclinique. Notre but était d’identifier et d’évaluer une combinaison de miARNs sériques pouvant détecter la présence sur le plan clinique d’un carcinome préclinique hépatocellulaire chez des patients à risque.
Nous avons effectué cette étude en trois étapes, incluant des sujets contrôles sains, des porteurs de HBsAg inactif, des sujets atteints d’hépatite B chronique, des sujets atteints de cirrhose du foie induite par l’hépatite B, et des patients atteints de carcinome hépatocellulaire diagnostiqué dans quatre hôpitaux situés en Chine. Nous avons fait usage d’une analyse à variables ordonnées et de la PCR quantitative pour l’identification de 19 miARNs sériques candidats qui étaient augmentés chez six patients atteints de carcinome hépatocellulaire, comparés avec huit patients contrôle atteints d’hépatite B chronique. À l’aide d’une cohorte d’entraînement de patients atteints de carcinome hépatocellulaire et des patients de contrôle, nous avons construit un classificateur de miARNs sériques pour détecter le carcinome hépatocellulaire. Nous avons ensuite validé la capacité du classificateur dans deux cohortes  indépendantes de patients et de contrôles. Nous avons également établi la capacité du classificateur de prédire le carcinome hépatocellulaire préclinique dans une étude cas-témoins emboîtés, où les sérums ont été recueillis prospectivement chez des sujets atteints de carcinome hépatocellulaire avant le diagnostic préclinique et chez des patients atteints d’hépatite B appariés qui n’ont pas développé de cancer, et issus de même programme de surveillance. Nous avons utilisé la sensibilité, spécificité, l’aire caractéristique sous la courbe ROC pour évaluer la performance diagnostique, et comparé le classificateur de miARN avec  l’α-fetoprotéine à un seuil de 20 ng/mL (AFP 20).
Entre le 1er août 2009 et le 31 août 2013, nous avons recruté 257 participants pour établissement de la cohorte informée, et 352 et 139 participants aux deux cohortes de validation respectivement. Dans une troisième cohorte de validation, 27 patients atteints de carcinome hépatocellulaire et 135 contrôles appariés ont été inclus dans l’étude cas-témoins emboîtés qui a eu lieu entre le 1er août 2009 et le 31 août 2014. Nous avons identifié un classificateur (Cmi) contenant sept miARNs exprimés différemment (miR-29a, miR-29c, miR-133a, miR-143, miR-145, miR-192, et miR-505) qui pourraient détecter le carcinome hépatocellulaire. Cmis’est révélé plus précis que AFP20 dans la distinction des sujets atteints de carcinome hépatocellulaire des contrôles dans les cohortes de validation, mais pas dans la cohorte d’entraînement (AUC 0.826 [Intervalle de Confiance -IC-95% 0.771-0.880] versus 0.814 [0.756-0.872], p=0.72 dans la cohorte d’entraînement ; 0.817 [0.769-0.865] versus 0.709 [0.653-0.765], p=0.00076 dans la cohorte de validation 1 ; et 0.884 [0.818-0.951] versus 0.796 [0.706-0.886], p=0.042 pour la cohorte de validation 2). Dans toutes les quatre cohortes, Cmia montré une plus grande sensibilité (de 70.4% à 85.7%) qu’AFP20 (40.7-69.4%) pour la détection du carcinome hépatocellulaire au moment du diagnostic, alors que sa spécificité (80.0-91.1%) dans la détection était similaire à celle d’AFP20 (84.9-1010%). Dans l’étude cas-témoins, la sensibilité de Cmi pour la détection du carcinome hépatocellulaire était de 29.6% (huit cas sur 27) 12 mois avant le diagnostic clinique, et de 48.1% (n=13) 9 mois avant le diagnostic clinique, 48.1% (n=13) 6 mois avant le diagnostic clinique, et 55.6% (n=15) 3 mois avant le diagnostic clinique, alors que la sensibilité de AFP20 était seulement de 7.4% (n=2), 11.1% (n=3), 18.5% (n=5), et 22.2% (n=6) aux temps correspondants (p=0.036, p=0.0030, p=0.021, p=0.012 respectivement). Cmi présentant une AUC plus grande que AFP20 pour l’identification des carcinomes hépatocellulaires de petite taille (AUC 0.833 [0.872-0.883] versus 0.727 [0.664-0.792], p=0.0018) et de stade précoce (AUC 0.824 [0.781-0.868] versus 0.754 [0.702-0.806], p=0.015) ; et était également capable de détecter le carcinome hépatocellulaire α-fetoprotéine négatif (AUC 0.825 [0.779-0.871]).
Cmi est un biomarqueur potentiel du carcinome hépatocellulaire, et est capable d’identifier les carcinomes hépatocellulaires de petite taille, de stade précoce, et α-fetoprotéine négatifs chez les patients à risque. Le classificateur miARN pourrait s’avérer utile dans la détection préclinique du carcinome hépatocellulaire, fournissant aux patients la chance d’une résection curative et une survie plus longue. Xue-Jia Lin, PhD et al, dans The Lancet Oncology, publication en ligne en avant-première, 15 juin 2015
Financement :   National Key Basic Research Program, National Science and Technology Major Project, National Natural Science Foundation of China.   
Source: The Lancet Online / Traduction et adaptation: NZ

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tartempion77 3516 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines