Magazine Séries

Critique: Vice-Versa

Publié le 16 juin 2015 par Robin210998
Critique: Vice-Versa

Titre: Vice Versa 

Réalisateur: Pete Docter
Genre: Animation, Comédie 
Nationalité: Américain 
Durée: 1h34min
Sortie: 17 juin 2015  


Vice Versa est le nouveau film d'animation des studios Disney/Pixar après Cars 2 ou encore Monsters Academy. Le film raconte l'histoire des émotions contenues dans notre cerveau et de leur fonction dans notre vie quotidienne pour nous assurer un certain équilibre émotionnel. Mais lorsque dans le cerveau de Riley, Joie et Tristesse disparaissent, les conséquences sur la vie de la jeune fille sont désastreuses et la nécessité de les faire revenir est essentielle.

Autant le dire dès le début, Vice Versa est une grande réussite, sûrement l'un des meilleurs Pixar que j'ai pu voir surtout grâce à l'imagination des scénaristes qui sont parvenus à créer tout un univers à la fois magique et terrifiant mais surtout débordant d'humour dans notre cerveau. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas eu la chance de voir un film d'animation aussi inventif et original à l'heure où les suites font le bonheur des studios. Le scénario parvient à convaincre à la fois adultes et enfants. Ces derniers retrouveront l'humour mordant des studios Pixar avec de nombreuses situations ou répliques cocasses et fondées sur des jeux de mots brillamment trouvés. La quête de Joie et Tristesse pour tenter de regagner le siège des émotions où une catastrophe peut très vite arriver en compagnie de Dégout, Colère et Peur est assez palpitante puisque fondée sur la surprise de parcourir de nouvelles zones du cerveau à chaque instant.


Critique: Vice-Versa
 C'est ainsi que le spectateur découvre avec émerveillement toute l'ingéniosité des scénaristes du long-métrage. Le spectateur est embarqué dans le train de l'esprit par exemple et découvre la gare des idées abstraites où nos héros passent en 2D, l'occasion à Pixar de nous montrer l'étendue de son talent en terme d'animation, ou encore le Rêve Studio à l'allure d'un studio hollywoodien qui s'attache au tournage des nombreux rêves que Riley va imaginer durant la nuit. Au final, le résultat est tout simplement fabuleux. Le film se permet même d'aborder la question du passage de l'enfance à l'adolescence et du désordre que cela peut causer au niveau des émotions ainsi que la remise en question qui en découle sur le monde qui nous entoure comme par exemple la disparition de l'imagination qui caractérise les enfants ou le début de la période de rébellion. On se souviendra par exemple de la scène du déjeuner qu'on peut apercevoir dans la bande-annonce où la caméra navigue d'un cerveau à l'autre dans lesquels les émotions se livrent un petit combat pour contrôler la conversation.

Critique: Vice-Versa

 Il est aussi fortement conseillé de rester pendant le générique pour découvrir une séquence hilarante qui sera l'occasion de découvrir ce qu'il se passe dans les cerveaux des gens que vous croisez dans la rue. Autant dire que l'on sort de la projection sur une impression très positive après cela. Dans ce film qui bouillonne d'idées et qui est bourré d'humour, il ne faut pas oublier les émotions qui y jouent un rôle primordial. Très vite, malgré le caractère assez peu agréable de certaines d'entre elles comme Tristesse ou Colère, l'exagération et l'amplification de leur personnalité par rapport à la réalité les rendent drôles mais aussi très attachantes. Même Colère ou Tristesse parviennent à faire rire et à provoquer de la joie chez le spectateur, c'est ça la magie Pixar

En bref: Un des meilleurs films que le studio est pu produire, Vice Versa est une formidable mine à idées qui ravira petits et grands grâce à son univers si original, drôle et terriblement logique quand on y pense ! 

Mes notes: 

Scénario: 3,5/4
Intrigue: 2/3
Mise en scène/Photographie: 3/3
Casting: 2/3
Musique: 0,5/1
Durée: 0,5/1
Animation: 2/2
Appréciation personnelle: 2,5/3
NOTE GLOBALE 16/20 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Robin210998 1536 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine