Magazine France

Grèce : les diseurs et les faiseurs. Au milieu, un peuple qui souffre…

Publié le 19 juin 2015 par Gédécé @lesechogaucho

Grèce : les diseurs et les faiseurs. Au milieu, un peuple qui souffre...

Grèce : les diseurs et les faiseurs. Au milieu, un peuple qui souffre…

Bon, dites voir, les Duhamel, Leparmentier, les Apathie et autres chroniqueurs mondains, si nombreux à partager la même soupe tiède du libéralisme triomphant, je ne veux pas faire mon important, mais il faut que je vous dise... je ne suis pas plus intelligent qu'un autre, mais vous ne pensez pas, quelque part au fond de votre vécu, que pérorer sur la crise grecque confortablement installé dans votre canapé Roche Bobois en dégustant un Vosne-Romanée à 130 euros la bouteille au bas mot, c'est un peu indécent quand on sait ce que les grecs vivent au quotidien ? Que lorsqu'on voit que les trois quarts des retraités, de même qu' un grec sur 4 vivent sous le seuil de pauvreté, il est peut-être un tantinet désobligeant de leur demander de baisser encore davantage leurs revenus ? Que pas plus Tsipras que Varoufakis ne sont les irresponsables que la propagande libérale dominante à laquelle vous vous livrez ont fait d'eux ? Qu'il est franchement détestable de les voir publiquement décrits en gamins capricieux qu'une maîtresse d'école nommée Lagarde (et ses 600 000 euros par an net d'impôts au passage...) aurait pour rôle de remettre dans le droit chemin, à coups de grande règle métallique sur les doigts... Ne font-ils pourtant pas que remplir le plus dignement qu'il soit possible en la circonstance le rôle pour lequel ils ont été élus : défendre les intérêts de leur peuple, et non ceux de technocrates non élus, idéologisés par un pseudo-pragmatisme qui n'est que le leur, et si méprisants envers les trois quarts de l'humanité qu'on a envie de leur coller un pain, quand bien même on serait comme moi non violent ? Allez tous vous faire foutre, avec votre belle morale judéo-chrétienne à deux balles qui s'accommode si bien du libéralisme carnassier..... Un peuple crève, et vous voudriez le saigner encore ? Vous n'êtes que des charlatans sans âme ni cervelle. Et vous me verriez ravi d'assister à la réussite de Syriza, dans quelques années, révélant ainsi votre bêtise crasse. Mais je ne me fais pas de souci pour vous, vous saurez toujours retourner votre veste du bon côté...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte