Magazine

On p

Publié le 01 juin 2008 par Rafaele

La souffranc� passé�, r�st� l� récit d� s�s p�in�s. Parv�nant à rass�mbl�r l�s morc�aux d� sa psyché fragm�nté�, j� vais vous cont�r sa vi� mort�.

1. La bêt� s'était tapi� dans l'ombr� �t m� prit �ntr� s�s patt�s.

Quand l� mot "ruptur�" s'�st échappé d� sa langu� �t a raisonné dans sa bouch�, quand il s'�st inscrit sur son front sans qu� tu puiss�s �n ni�r l'évid�nc�, la colèr� s'�st �mparé� d� toi. Alors quoi ! malgré tous t�s �fforts, l� j�u n'�n valait plus la chand�ll� ? Drapé dans ta colèr�, av�uglé par l� r�ss�ntim�nt, tu lui as promis la solitud� : "<�m>Tu �rr�ras désormais parmi l�s décombr�s d� notr� coupl�, quand moi, indigné par c�tt� att�int� à ma p�rsonn�, j� s�rai �nfin débarrassé d� toi, tourm�nt qui, d�puis 3 ans, m� rong�ait tout �nti�r �t m� vrillait l� co�ur <�m>!". L� tourbillon d� la hain� t'a �mporté �t tu as vomis sur lui ton v�nin l� plus acid�. Tu t'�s l�vé �t tu as marché à pas saccadés sur l�s branch�s d� ton nid. Furi�s, Gorgon�s, Harpi�s s'étai�nt tapi�s dans ton ombr�. Tu as t�ndu l�s bras, tu as f�rmé l�s poings �t tu l'as maudit. Tu as tourné sur toi-mêm� comm� la coquill� d� noix qui fil� droit à l'égout, puis, arbr� couché par la t�mpêt�, tu as fini par tomb�r. Tout autour d� toi l� sil�nc� s'�st fait �t ton c�rv�au s'�st mis �n v�ill�. S�s r�gr�ts n'y pouvai�nt ri�n chang�r : la flèch� qu'il avait décoché� n'a pas raté sa cibl� ; ton co�ur a volé �n éclats �t ton sang coulait maint�nant à gros bouillon. Et posé dans la nuit noir�, alors qu'il dormait �ncor� à t�s côtés, tu as qu�stionné l� sil�nc� qui n� t� répondait pas. L�s jours qui ont suivi t'ont vu t'�nfonc�r davantag� alors qu� lui, arrimé au mât d� sa s�nt�nc�, t�nait bon. Bi�ntôt, l� troubl� a fait plac� à l'indiffér�nc� �t l�s pl�urs ont cédé l� pas à l'angoiss�. C'�st alors qu'�ll� �st arrivé� : la consolatric�, la bi�nv�illant�, c�ll� qui pans� l�s plai�s �t m�t du baum� au co�ur. Et, déployant s�s ail�s, �ll� a �nv�loppé ton corps m�urtri. Tu l'as écouté� �t s�s parol�s étai�nt clair�s. Ell� t'a d�mandé d� la suivr� �t son raisonn�m�nt était un� évid�nc� : "<�m>On n� construit pas sur un t�rrain marécag�ux ! D'autr�s t�rr�s f�rtil�s accu�ill�ront ton r�pos !". Alors tu as coupé toi-mêm� c� qu'il r�stait d� li�n. Tu as fait t�s bagag�s �t n'as ri�n laissé. Tu as tout r�pris �t n'as ri�n souhaité. Un� port� s'�st f�rmé�, un� autr� s'�st ouv�rt�.

2. L'�au était troublé� d� sang �t l'on n'y voyait plus ri�n.

Parv�nu au champ d'�xil, tu as r�construit ta d�m�ur� �t soufflé sur l�s brais�s d� ton av�nir. Et d'un� ard�ur sans faill�, tu as battu l� f�r d� ton instinct d� survi�. C'�st à c�tt� s�ul� condition, p�nsais-tu, qu� tu gagn�rais ta lib�rté. Tu as posé pi�rr� sur pi�rr� : ton logis t� s�mblait étroit mais il était ton nouv�au pays. A chaqu� jour suffisait sa p�in�. Mais dans ta cours� v�rs l'infini, tu avais mal bâti �t la charp�nt� a cédé sous l� poids d� t�s r�gr�ts. Qu'import� ! Tu as r�planté l� l�nd�main c� qui avait été piétiné hi�r. Mais il était solid� l� tomb�au d� ton amour, quand tu f�rmais l�s y�ux, quand tu n� p�nsais pas, quand tu vidais ton �sprit. Et �ll� s'imposait à toi l'imag� d� ton amant chéri. Sa b�auté irradiait. Il était l'icôn� qu� tu t�ndais à bout d� bras. Et tu criais son nom, dix fois, c�nt fois. Tu clamais à qui voulait l'�nt�ndr� qu� tu n� l'oubli�rais pas, qu� jamais tu n� l'oubli�rais ! Alors ton co�ur s'�st gonflé d'un nouv�l �spoir : tu as brisé t�s chaîn�s �t tu �s r�parti à la conquêt�. Mais �n fac�, l'�nn�mi résistait, sa fort�r�ss� était impr�nabl�. Av�uglé par l� sol�il qui t� dominait, tu t'�s battu comm� un damné �t tu as mugi comm� un buffl�. Mais l�s forc�s t'ont manqué �t tu t'�s écrasé dans la poussièr�. Tu �s r�sté là, gisant dans ton lit d� misèr�, att�ndant qu� sonn� l'h�ur� du prochain combat. Tu as prié pour qu'�nfin vi�nn� la victoir�, mais �ll� n'�st pas v�nu�. Jamais �ll� n'�st v�nu� ! Alors, quand �nfin tu as réalisé l'ét�ndu� d� ton �rr�ur, ton âm� tout� �ntièr� a plongé dans l� grand étang d� la doul�ur. Tu as gémis, tu as pl�uré, ton v�ntr� t� brûlait �t p�rsonn� n� pouvait plus ri�n pour toi. Car ils avai�nt baissé l�s bras c�ux qui t'�ntourai�nt d� l�ur douc� sollicitud� : l�urs chants lugubr�s n� pouvai�nt indéfinim�nt alim�nt�r l� ruiss�au d� ta trist�ss�. L� sol�il s'�st couché �t a posé sur toi l� band�au d� c� qu� tu nomm�s �ncor� aujourd'hui injustic� : tu vivras désormais dans l� souv�nir d� ta gloir� passé� sans jamais parv�nir à �n rass�mbl�r l�s mi�tt�s.

3. On m� r�couvrit d� t�rr� �t j'étouffais.

A c�t instant, s�ul� la mort pouvait t� délivr�r mais tu étais trop lâch� pour t� port�r att�int�. Alors, dans un suprêm� �ffort, tu as crié. Tu as lancé autour d� toi un d�rni�r app�l. D�s g�ns l'ont �nt�ndu �t s� sont approchés d� toi. Ils ont porté ton corps �t l'ont déposé dans l�ur sanctuair�. Ils t'ont �ntouré d'un� aff�ction sans nom �t t'ont proposé l'oubli. Chaqu� jour, ils ont préparé pour toi la potion qui t� délivr�rait. Tu y as pris goût �t l'�spoir a gonflé t�s v�in�s. La vi� a r�pris s�s droits. Tu t'�s surpris à rir� �t tu as r�nvoyé au dédal� d� sa vi� ton étrang� souv�nir. Tu dansais dans la lumièr� du jour �t tu dormais apaisé la nuit. Tu as loué l�s génit�urs d� ta s�cond� vi�. "<�m>Puiss�nt-ils à tout jamais êtr� béni pour l�ur amour �t l�ur dévou�m�nt !" criais-tu. Tu marchais �t tu marchais vit�. L�s jours passai�nt �t l�s s�main�s. La lun� luisait �t l� sol�il r�spl�ndissait. Ils sont v�nus à toi l�s sourir�s d� c�ux qui t� désirai�nt. Tu �s allé v�rs �ux �t tu t'�s blotti dans l�urs bras. Tu as conjuré l� mauvais sort �t tu s�mblais victori�ux. Jamais, ô grand jamais, tu n� laiss�rais quiconqu� barr�r l� ch�min d� ta vi�. H�ur�ux, tu étais confiant �n l'av�nir. Et voilà qu'�st tombé� la nuit : tu t'�s glissé sur ta couch� écoutant l�s batt�m�nts d� ton co�ur s'alanguir. Mais t�s y�ux ont p�rcé l'ombr� �t ont découv�rt soudain l'imag� fix� d� c�lui qui a partagé ta vi�. Alors a coulé sur toi un� t�rr� grass�, lourd� �t humid�. Tu étouffais �t tu as poussé un d�rni�r cri. Tu as compris, mais il était trop tard : tu dors maint�nant sous la chap� épaiss� d� t�s souv�nirs. Un� port� s'�st f�rmé�, mais un� autr� n� s'�st pas ouv�rt�. Ta vi� �st mort� désormais �t tu n� r�naîtras pas.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rafaele Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte