Magazine Conso

Passion marinières

Publié le 22 juin 2015 par Colinebaptista26 @colineseraconte

SEZANE MARINIERE 2

Serait-ce le fait d’avoir épousé un normand ou bien d’avoir d’excellents souvenirs de vacances passées en famille sur l’île d’Oléron qui me fasse aimer autant les marinières ? Parce que ces souvenirs, comme un cliché de carte postale, genre la famille heureuse, recomposée mais heureuse, avec les grands et les petits, les frères et la soeur, la grande tente (oui une de camping dans laquelle nous dormions les premières années), les cousins germains, les oncles et les tantes, l’arrivée au petit matin avec le bruit des mats de bateau dans le vent, le soleil qui se lève, les croissants et le chocolat chaud, bref… ces souvenirs, je ne sais plus s’ils ont été réels ou si je me les suis fabriqués. Pour me croire dans le monde merveilleux des grandes familles, même recomposées.

Dans les années 70, ce n’était pas si « à la mode » ou ni surtout si fréquent de vivre dans une famille dite recomposée. Depuis, dans l’école de mes enfants, je pense que plus de la moitié ont des parents divorcés ou remariés, avec des demi-frères et sœurs en veux-tu en voilà. Hormis chez les expatriés où là, Monsieur et Madame sont un peu obligés de rester ensemble, le nombre de personnes divorcées ou séparées est assez hallucinant.

Et le pire, c’est que dans les médias, on vante cela comme le nouveau modèle social, la famille souvent recomposée ayant le mérite de vous apprendre à partager et à vivre avec l’autre, très vite. Image d’Epinal … Car dans le même temps, on apprend la jalousie, la douleur, les désillusions, le manque, la peur, la rancœur …

Enfant, je trouvais cela génial d’avoir un grand frère et une grande sœur bien plus âgés que moi, et plus tard, en grandissant, j’ai apprécié le soutien de ces aînés. Mais j’ai aussi mieux compris la douleur de ma maman, vue comme une belle-mère par les autres. J’ai aussi vu leur rancœur, eux qui n’avaient pas leur père tous les jours et perçu finalement leur souffrance affective qui les a façonnés.

Aujourd’hui, je sais que je tenterai toujours le tout pour éviter de faire vivre cela à mes fils. Un couple, ce n’est pas toujours évident de le maintenir à flot, de garder cette flamme qui pétille. Bon, ok, je ne me vois pas non plus me sacrifier pour mes enfants car cela génère de l’aigreur par la suite enlaidissant les gens.

Pourtant, je garde cette image des vacances idylliques à Oléron avec mes aînés d’une autre mère. Et je repense notamment aux marinières que nous portions tous à l’époque, comme un signe de ralliement (encore une fausse idée ou un vrai souvenir?). Voilà certainement le pourquoi du comment de ma passion pour ces hauts à rayures. Et en plus, j’ai épousé un normand …

Voici donc le look du jour (finalement porté pour aller en Suède il y a deux semaines) avec une marinière Sézane, parfaite en tous points.

SEZANE MARINIERE 1
SEZANE MARINIERE 3
ISABEL MARANT GLUMY GLITTER PUMPS  1
MANSUR GAVRIEL CLUTCH

Breton top by Sézane – Pencil skirt by J Crew – Shoes by Isabel Marant (on sale! here and here) – Clutch by Mansur Gavriel


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Colinebaptista26 54 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte