Magazine Focus Emploi

L'URSSAF d'Alsace réclame 40000€ à des habitants de Bâle pour l'emploi d'une femme de ménage

Publié le 23 juin 2015 par Rozennlefeuvre @aladom

L'URSSAF d'Alsace réclame 40000€ à des habitants de Bâle pour l'emploi d'une femme de ménage

Article publié le 23/06/2015 à 09:15

L'URSSAF d'Alsace réclame 40000€ à des habitants de Bâle pour l'emploi d'une femme de ménage

Des habitants de Bâle qui emploie une femme de ménage française travaillant 5 h par semaine ont reçu un "avis amiable" de l'Urssaf d'Alsace réclamant des cotisations sociales dues en 2013 et 2014 pour un montant de 39 905,50 €.

Règlementation européenne pour les travailleurs transfrontaliers

La Suisse est soumise au règlement européen de coordination des systèmes de sécurité sociale :

  • une personne qui exerce une activité salariée ou non salariée n'est soumise qu'à la législation d'un seul État qui est en règle générale celle du lieu de travail.
  • une personne qui exerce une activité salariée dans deux ou plusieurs États membres est soumise à la législation de l'État membre de résidence, si elle exerce une partie substantielle, soit au moins 25 % de son activité dans cet État.

Donc si une femme de ménage vivant en France travaille à la fois en France et en Suisse, et que plus du quart de son activité est en France, les cotisations doivent être versées en France. Il en résulte que de nombreux frontaliers travaillant en Suisse sont affiliés à l'assurance-maladie française.

Le cas de cette femme de ménage française travaillant à Bâle

Selon l'Alsace.fr les employeurs d'une femme de ménage française ont reçu de l'URSSAF une mise en recouvrement de 40000€. La femme de ménage qui travaillait en France et en Suisse a du informer la CPAM de sa situation qui a ensuite transmis ses données à l' Urssaf d'Alsace.

L'employeur bâlois avait déclaré sa femme de ménage titulaire d'un permis de travail. Il versait les cotisations sociales en Suisse où les charges patronales s'élèvent à 7% contre 40 % du salaire brut en France.

L'employeur pensant être en règle, n'avait pas répondu à une première missive de l'Urssaf envoyée en avril qui demandait de déclarer le nombre d'heures travaillées et le salaire versé à la femme de ménage. Ils ont alors reçu cette mise en demeure de payer 40000€.

Selon René Vogel, directeur de la caisse de compensation (l'équivalent de l'Urssaf) de Bâle-Ville, "ce n'est pas un cas isolé. Nous enregistrons en moyenne cinq demandes de recouvrement de l'Urssaf par semaine depuis le début de l'année".

Partager sur les réseaux sociaux

© aladom.fr - tous droits réservés


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Rozennlefeuvre 5972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte