Magazine Entreprendre

Pourquoi dire “Merci” est important dans une relation

Publié le 01 décembre 2014 par Michele Montagnon @Travailencouple

Un mot aimable est comme un jour de printemps” Proverbe Russe – Quelle que soit la langue utilisée, dire “Merci” fait partie de ces mots aimables qui nous mettent en joie,comme un jour de printemps, et nous relie aux autres.

La fête de “Thanksgiving”, très populaire aux USA  peut être traduite en Français par  “la journée du Merci” ou “la journée de la gratitude“, pendant laquelle chacun donne et reçoit, outre des cadeaux et autres douceurs, aussi et surtout des “mercis”.

Ce type de fête n’existe pas sous cette forme en France pour montrer notre gratitude. Cependant il me semble toujours déstabilisant de rencontrer des personnes pour qui dire “Merci” est surfait, voir un vrai calvaire, en tous les cas nuisible pour les relations entre l’offreur et le receveur !

Une question d’éducation ?  Certes, mais pas seulement. L’art de la politesse, si essentielle pour vivre en société, n’est pas qu’un phénomène d’éducation parentale .

Effectivement, la difficulté à dire Merci est aussi une question de développement personnel et révèle l’aptitude de chacun à s’affirmer dans la vie.

4 façons pour dire ou recevoir un “Merci” et leur impact sur la relation aux autres

Les recherches dans le champ des relations humaines ont permis de répertorier 4 grandes  façons de dire “Merci” . Chacune de ces 4 attitudes sont en lien avec votre capacité à donner et à recevoir.

Observez ce qui se passe… Indépendamment de l’âge, vous pouvez repérer ces attitudes aussi bien en vous que chez ceux qui vous entourent.  Chacune de ces 4  attitudes a un impact sur la relation très significative.

Vous les présenter ici à pour objectif  de vous aider à comprendre ce qui se joue dans une relation avec ou sans “Merci”.

A l’approche des fêtes de fin d’année avec son lot d’échanges de cadeaux, j’ai choisi le “Merci” en guise d’exemple pour illustrer mon propos.

Mais soyons clairs, ces 4 attitudes nous les pratiquons toutes les 4  à un moment ou à un autre tout au long de notre vie, mais l’une d’elle est plus fréquente pour vous. On dira qu’elle est “dominante”. Elle peut cependant ne pas vous plaire et vous amener à vous auto-critiquer. L’objectif n’est pas de se flageller, mais de comprendre se qui se passe pour pouvoir agir autrement, pour votre mieux être.

Voyons maintenant tout cela plus en détails,

Connaissez-vous votre dominante comportementale ?

  • La fuite, l’évitement :  Une attitude très souvent liée au manque de confiance en soi, à la timidité, à la peur des autres.  Dans ce cas, la personne préfèe ne rien dire, s’effacer ou balbutier quelques mots dans un soupir,  rougit parfois. Une chose est sûre, elle préfèrerait bien souvent plonger sous la table ou se cacher dans un trou de souris pour ne pas montrer sa gêne d’avoir à dire ce mot fatidique “Merci”…Un malaise qui peut tourner au cauchemar !

Impact sur la relation : Une rupture de communication ! Chacun restant dans son coin à ruminer, se sentant “victime” de la situation : l’un de se sentir si mal à l’aise, l’autre frustré de ne pas recevoir la réponse attendue. Le risque est alors pour l’un d’en vouloir à celui qui offre et attend un “merci”, et pour l’autre de verser vers l’ironie, voir la colère devant ce comportement ressenti comme un véritable rejet non seulement du cadeau, mais aussi de soi-même, prêtant à l’autre des sentiments ou intentions qu’il ou elle n’a pas forcément.

  • La ruse, la manipulation : Dans cette situation, la personne fera en sorte de ne pas avoir à s’exprimer directement  ou le fera via un détour. Suivant l’âge, c’est par exemple, parce-qu’il aura entendu dire par sa mère “va demander à papa”, qu’un petit enfant ira voir son père pour avoir un bonbon et lui offrir son plus beau sourire en remerciement ce que sa mère vient de lui refuser.

Ce type de manœuvre à tendance à nous amuser chez nos chérubins. Votre petit bout sera même qualifié de “petit malin” pour arriver à ses fins.

Dans cette catégorie nous trouvons également tout ce qui touche à la diplomatie.  Tout ceci est ici sympathique et nous en sommes le plus souvent heureux.

A un tout autre niveau, les arnaques en tous genres sont aussi et malheureusement bien plus insidieuses chez les adultes dont les attentes sont nettement moins honnêtes.

Observez : sous des airs affables, certaines personnes ont l’art de vous interroger longuement sur vous-même sans répondre elle-même aux vôtres.

Les voleurs et autres bandits de grands chemins sont aussi dans cette catégorie comportementale. Comprenez que le degré de malhonnêteté n’entre pas ici dans ce type d’analyse.

Impact sur la relation : A l’excès, le risque est de s’installer dans une méfiance accrue de “l’autre” qui ne s’exprime pas, avec parfois un sentiment de “se faire avoir” qui peut très vite évoluer en quelque chose de plus violent… En tous cas rien de clair et qui vous fait penser par exemple “qu’est-ce qu’il mijote ?” !

  • L’agressivité : De façon générale, dans cette attitude, nous retrouvons les “excès de franchise”, la brutalité des propos. Ainsi, lorsqu’une personne vous assène quelques “vérités” de son cru en vous disant “moi  je suis franche, je te dis ce que je pense”, vous vous passeriez bien de cette soi-disant franchise alors qu’elle vous accable sans vergogne de toute son agressivité. Vous comprenez ici que nous sommes loin de la diplomatie !

Que se passe-t-il ? Refusant la gêne que lui procure le cadeau  ou le compliment (comme un “merci” par exemple) la personne fera en sorte de renvoyer à son donneur et avec force la patate chaude !  Ainsi, vous qui êtes le donneur,  vous pouvez tout à coup être assommé de reproches et culpabilisé, parfois même injurié, vos motivations remises en causes, voir même être traité d’hypocrite ! Poufff !! Quel mal avez-vous fait ? Quelle mouche l’a piquée ?  pensez-vous…

Voici un exemple personnel :  j’adore les fleurs et j’aime en recevoir et en offrir autour de moi. Mais il y a quelques années, je me suis vue reprocher d’apporter un bouquet de fleurs à la maîtresse de maison (que je ne connaissais pas)  qui nous recevait pour dîner. Dans un  sourire ironique (l’ironie est une forme insidieuse d’agressivité car elle touche à la personne en tant que telle ! ) elle me dit  “Tu ne pouvais pas arriver les mains vides ? Tu manques de simplicité !” Effarée et sans voix devant cette agression inattendue, navrée de voir mon joli bouquet posé et abandonné sur le meuble de l’entrée, j’ai pensé au sketch de JM. Bigard… “la prochaine fois j’apporterai un bouquet de poireaux”…ou rien !

Confus

Impact sur la relation : Une vraie rupture de lien comme vous pouvez vous en douter !  Dans cette attitude agressive, par définition il n’y a pas de respect de l’autre ni de soi-même de la part de la personne qui insulte…

  •  L’ assertivité ou affirmation de soi :  est l’attitude relationnelle la plus « naturelle », la plus « écologique » qui soit, pour soi et pour les autres. Empreinte de respect, elle est, a priori aussi la plus « simple » puisqu’elle consiste “simplement” à dire et à demander…j’ai bien dit “a priori” !

Effectivement, la personne assertive ne craint pas de laisser voir ses sentiments et ses réactions. Elle se trouve  en accord avec elle-même. Devant un compliment sur le travail accompli elle dira par exemple : “Merci, vos compliments me touchent et je suis ravie que mon travail vous convienne. Je m’y suis investie totalement pour réussir et je suis plutôt fière du résultat”

  • D’autre part, et ceci est indispensable à retenir :  pour celui qui le prononce, dire Merci, s’il est sincère et vrai, est une manifestation de respect de soi et de l’autre. Affirmer ce que je dis, ce que je pense, ce que je ressents, c’est  augmenter confiance et estime de soi ! Alors pourquoi s’en priver ?

Impact sur la relation : L’affirmation de soi offre le grand bénéficie d’entretenir la communication interpersonnelle. L’échange entre les personnes se poursuit sur un mode fluide, simple, sincère et vivant. Une relation de confiance peut s’installer.

A l’origine des blocages 

  • Les croyances : Ce peut être par exemple  la méfiance d’abord ! “la vie est une  jungle”, “rien n’est gratuit dans la vie” “il faut se battre et mordre pour ne pas se faire mordre”, “l’homme est un loup pour l’homme”, “il faut savoir nager parmi les requins”…avec de telles devises, difficile d’avancer sereinement dans la vie avec des remerciements !
  • Le manque de confiance en soi : “je ne le mérite pas” ,  “il n’y a pas de raison,  je ne suis pas digne de cet honneur”. Cette attitude est très liée à l’image de soi et à l’estime de soi  dont on reparlera plus longuement ultérieurement. Il y a rupture de communication et instauration d’un doute sur les aptitudes de la personne, même si elles sont réelles.
  • La peur des conséquences : se sentir redevable, en dette  et penser ne pas pouvoir “rembourser”, assumer la suite. Autre attitude liée au manque de confiance en soi mais qui peut aussi être vécue comme une violence, source de stress :  “Comment m’acquitter de ma dette ? “ Pourquoi moi, je n’ai rien demandé” ! La personne en veut à l’autre qui la met dans l’embarras avec un risque de scénario conflituel sous-jacent.
  • Lexcès de confiance en soi : Ainsi un enfant trop gâté, sur-couvé par des parents soucieux de bien faire pour élever leur enfant dans l’amour,comblé  de bienfaits…et qui ne reconnait aucune valeur à ce qui lui est offert  puisque “ c’est normal”, c’est tout simplement un du ! Dans cet extrême, beaucoup d’enfants gâtés, “pourris”, finissent par devenir des adultes blasés.  Reconnaître le geste de l’autre est alors tout à fait impossible pour l’enfant trop choyé pour qui, le plus précieux des cadeaux, c’est… lui-même. C’est ce qu’on lui a appris et qu’il a parfaitement intégré !
  • La recherche de la perfection : A l’opposé, la plupart du temps du fait d’une éducation très stricte, certains considèrent que toujours être “au top” est un devoir qui ne se discute pas.  Dans cet esprit perfectionniste il ne comprennent pas que l’on puisse les complimenter pour ce qu’ils estiment être le minimum nécessaire. Les félicitations sont considérées comme des paroles superflues, voire comme des insultes :  “Pourquoi parler de mes succès ? C’est normal et ils n’ont pas besoin d’être vantés. Le comble est qu’ils peuvent penser alors être sous-estimé quant à leur juste valeur, se sentir persécuté et en rajouter dans le perfectionnisme dans l’attente d’une reconnaissance …qu’il n’accepteront pas plus !
  • La modestie : Pour certains d’entre nous, il faut absolument ne jamais dire ou recevoir de compliment tel un “Merci” sous peine de s’enorgueillir, de devenir une “bêcheuse”ou un “coq de basse-cour”. Poussée à l’excès la modestie devient un handicap. Qu’est-ce sinon une difficulté d’expression, une peur de dire et de recevoir ?

Conseils de coach : 

Pour remédier à votre difficulté à donner ou à recevoir un Merci , vous pouvez commencer par modifier vos comportements et prendre de nouvelles habitudes. Ce changement comportemental présente l’avantage d’être rapide et « simple », mais il reste surperficiel.

Aller plus en profondeur pour un résultat durable demande un changement de “formatage”. Par exemple :

  • En modifiant votre croyance que « la vie est une jungle » vous conduira à adopter des comportements pacifiques faits d’écoute et de tolérance,
  • Développer vos aptitudes d’écoute, donnera à vos interlocuteurs le sentiment qu’ils peuvent communiquer sans risque avec vous. Cette nouvelle communication pacifique installera petit à petit en vousla croyance que les autres sont a priori amicaux

Pour aller plus loin :

Vous avez repéré votre dominante comportementale ?  Parfait !

Que diriez-vous d’aller plus loin maintenant et de comprendre enfin comment tout cela se manifeste dans votre vie de couple au travail et à la maison et vous sabote parfois votre relation ?

Pour cela, commencez par demander votre séance gratuite et nous verrons ensemble comment je peux vous aider à vivre mieux votre relation  de couple et d’entrepreneurs.  N’attendez pas d’aller mal ! Cliquez ici maintenant


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Michele Montagnon 197 partages Voir son profil
Voir son blog