Magazine Science & vie

lLe Monde selon la Physique ( PHYSICS WORLD ) JUIN 2015 2 eme partie

Publié le 28 juin 2015 par 000111aaa

1 :ABSTRACT

lLe Monde selon la Physique ( PHYSICS WORLD ) JUIN 2015 2 eme partie

L'atterrisseur Philae de l'Agence spatiale européenne s'est réveillé après sept mois en mode hibernation. Lesc ontrôleurs de l'Agence ont reçu un signal de l'atterrisseur à 22.28 CET le 13 Juin, et ont maintenant bon espoir que la mission sera bientôt en mesure de redémarrer les opérations scientifiques.

Comme la comète se rapproche du Soleil, cette année, les chercheurs ont bon espoir que Philae émerge lentement de l'ombre, permettant à ses panneaux solaires de recharger sa batterie. C' est seulement quand Philae reçoit environ 19 W de puissance qu'il peut commencer à redémarrer et de prendre ensuite contact. Depuis le 12 Mars, l'unité de communication sur l'orbiteur Rosetta a été activée pour écouter l'atterrisseur.

Samedi soir, le Centre de contrôle Lander au Centre aérospatial allemand a annoncé qu'il avait reçu un signal de Philae, et près de 300 "paquets de données" ont été envoyés à partir de la sonde pendant 85 secondes . "Philae se porte très bien: il a une température de fonctionnement de -35 ° C et a 24 W disponibles," a déclaré le directeur de projet Philae Stephan Ulamec dans un communiqué. "L'atterrisseur est prêt pour les opérations."

MON COMMENTAIRE /Troisième contact de 19 minutes le 24 juin mais la liaison était mauvaise et Philae n'a pu transmettre qu'une petite quantité de données de télémétrie. Ce que jattends en priorité ce sont les essais de " probe digging " , l echantillonnage par forage et les analyses correspondantes mais ne vendons pas la peau de l'ours !

-----------------------------------------------------------------------

2: abstract

lLe Monde selon la Physique ( PHYSICS WORLD ) JUIN 2015 2 eme partie

La première détection possible des toutes premières étoiles formées dans notre univers aurait été faite par une équipe internationale de chercheurs. En utilisant le Very Large Telescope de l'ESO, l'équipe a découvert la plus brillante galaxie lointaine observée dans l'univers primitif, ainsi que des preuves pour la première génération non encore détecté des étoiles massives qui se trouvent à l'intérieur. Jusqu'à présent, les astronomes voulaient étudier ces premiers mastodontes et l'effet significatif qu' ils ont eu sur l'environnement de l'univers naissant.

Immédiatement après le Big Bang, les seuls éléments chimiques qui existaient étaient hydrogène, l'hélium et quelques traces de lithium. Tous les éléments plus lourds tels que l'oxygène, l'azote, le carbone n'existaient pas ....

Les étoiles que nous observons actuellement dans notre univers se répartissent en deux catégories: " une population 2" riche en métal- des étoiles comme notre Soleil, qui contiennent de grandes quantités d'éléments plus lourds et plus âgés, et une "la population 1" pauvre en métal-étoiles, telles que celles du halo de la Voie lactée, qui contiennent moins de matières " recyclées. "

La population restée longtemps aux abonnés absents, cependant, c'étaient les premières étoiles, qui devraient t s'être formées avant que n'existent les matériaux recyclés. Ces étoiles, extrêmement pauvres en métal- étaient hypothétiques, appelées "étoiles" de la population 3, et auraient commencé à se former entre 10↑6 et 10 ↑7 ans après le Big Bang. Non seulement ces premières étoiles étaient supposées extrêmement chaudes et énormes - plusieurs centaines, voire un millier de fois plus massive que le Soleil - mais auraient explosé en supernovae après seulement environ deux millions d'années, déclenchant l'ensemencement de l'univers avec les métaux pour former des étoiles de population 2 . Mais selon la théorie, le repérage de ces étoiles est très difficile car avec de si courtes durées elles auraient brillé à un moment où l'univers était en grande partie encore opaque à leur lumière, vers la transition de la fin des "âges sombres".

Une équipe dirigée par David Sobral à l'Université de Lisbonne, et de l'Observatoire de Leiden aux Pays-Bas, peut espérer avoir changé ce paradigme avec la détection récente d'une galaxie extrêmement lumineuse au début de l'univers. En effet, comme le travail de l'équipe regarde les galaxies très lointaines, il nous permet de regarder en arrière dans le temps, révélant l'univers tel qu'il était à seulement 800 millions d'années après le Big Bang.

REFERENCE SC /"Evidence for PopIII-like stellar populations in the most luminous Lyman-α emitters at the epoch of re-ionisation: spectroscopic confirmation"

David Sobral, Jorryt Matthee, Behnam Darvish, Daniel Schaerer, Bahram Mobasher, Huub Röttgering, Sérgio Santos, Shoubaneh Hemmati

(Submitted on 7 Apr 2015 (v1), last revised 4 Jun 2015 (this version, v2))

------------------------------

Mon commentaire : Il s'agit des hypothèses du modèle Standard de la cosmologie que réfutent certains tenants de la théorie de l'univers stationnaire ( JJM par exemple)

-------------------------------------------------------------------

3:semi traduction

Pourquoi ne voit-on pas les objets de tous les jours disposés suivant des superpositions quantiques? La réponse à cette question posée de longue date peut en partie se résoudre avec la gravité. Un groupe de physiciens en Autriche a montré théoriquement qu'une caractéristique de la relativité générale d'Einstein, connue comme la dilatation du temps, peut rendre classiques les états quantiques. Les chercheurs disent que même un champ gravitationnel comme celui de la Terre peut être assez fort pour que l'effet devienne mesurable dans un laboratoire d'ici quelques années.

Notre expérience quotidienne suggère qu'il existe une limite fondamentale entre les mondes quantique et classique. La façon des physiciens pour expliquer la transition entre les deux, est de dire que les états de superposition quantiques se décomposent quand un système dépasse une certaine taille ou un certain niveau de complexité - sa fonction d'onde est dite " en effondrement" et le système devient "décohérent"

Une explication alternative, dans laquelle la mécanique quantique règne à toutes les échelles, postule que les interactions avec l'environnement apportent les éléments de la fonction d'onde d'un objet hors de phase, de telle manière qu'ils ne se perturbent plus les uns les autres. Les grands objets sont soumis à cette décohérence plus rapidement que les plus petits parce qu'ils ont plus de particules constitutives et, par conséquent, des fonctions d'onde bien plus complexes.

Il y a déjà plusieurs explications différentes données pour la décohérence, y compris celle d'une particule émettant ou absorbant le rayonnement électromagnétique ou étant " ballotté " par les molécules d'air environnante. Dans son dernier travail , Caslav Brukner à l'Université de Vienne et ses collègues ont mis en avant un nouveau modèle qui implique la dilatation du temps - où l'écoulement du temps serait affectée par la masse (gravité). Cet effet relativiste permet à une horloge dans l'espace de fonctionner à un rythme plus rapide qu'une autre près de la surface de la Terre.

Dans leur travail, Brukner et ses collègues considèrent un corps macroscopique - dont les particules constituantes pourraient vibrer à des fréquences différentes - dans une superposition de deux états à des distances très légèrement différentes de la surface d'un objet massif. La dilatation du temps induirait que l'état plus proche de l'objet se mette à vibrer à une fréquence inférieure à l'autre. Ils calculent alors combien quel niveau de la dilatation du temps est nécessaire pour différencier les fréquences de sorte que les deux Etats puissent sortir de la même " marche " et ne puissent plus interferer.

Compte tenu de cette prémisse, l'équipe a montré que même le champ gravitationnel de la Terre est assez fort pour provoquer la décohérence dans de tout petits objets à travers des échelles de temps mesurables. Les chercheurs ont calculé qu'un objet qui pèserait un gramme et existerait dans deux états quantiques, séparés verticalement par un millième de millimètre, devrait perdre sa cohérence en environ une milliseconde.

Au-delà de toutes les applications potentielles de calcul quantique qui pourraient bénéficier de la suppression de cette décohérence indésirable, leur travail remet en question l'hypothèse de physiciens que seuls des champs gravitationnels uniquement générés par les étoiles à neutrons et d'autres objets astrophysiques massifs pourraient exercer une influence notable sur les phénomènes quantiques. "La chose intéressante à propos de ce phénomène serait que les deux mécanique quantique et relativité générale seraient nécessaires pour expliquer," dit Brukner.

Une façon de tester expérimentalement cet effet impliquerait l'envoi d'une "horloge" (comme celle d'un faisceau d'atomes de césium) à travers les deux bras d'un interféromètre. L'interféromètre serait initialement positionné horizontalement et le motif d'interférence enregistré. Il serait alors mis en rotation à la verticale, de telle sorte qu'un bras subisse un potentiel de gravitation plus élevé que l'autre, et que soit observé sa sortie à nouveau. Dans ce dernier cas, les deux états vibrent à des fréquences différentes en raison de la dilatation du temps. Ce taux de tic-tac différent révélerait quel état se déplace au bas de chaque bras, et une fois que cette information est révélée, le motif d'interférence disparaît.

"Les gens ont déjà mesuré la dilatation du temps en raison de la gravité de la Terre", dit Brukner, "mais ils utilisent généralement deux horloges dans deux positions différentes. Nous disons nous , pourquoi ne pas utiliser une seule horloge avec une superposition d'états ?" La réalisation d'un tel test, cependant, ne serait pas facile. Le fait que l'effet soit beaucoup plus faible que les autres sources potentielles de décohérence signifierait que l'interféromètre d bas soit refroidi à juste quelques kelvin et enfermé sous vide, dit Brukner.

Ces mesures resteraient encore très délicates, selon Markus Arndt, à l'Université de Vienne, qui n'a pas été impliqué dans les travaux en cours. Il dit qu'elles pourraient exiger des superpositions environ un million de fois plus grandes et 1000 fois plus durables que ce qui est possible avec le meilleur équipement d'aujourd'hui. Néanmoins, Arndt fait l'éloge de cette proposition "dirigeant l'attention" vers l'interface entre la mécanique quantique et la gravité. Il souligne également que les améliorations aux interféromètres requis pour ce travail pourraient aussi avoir des avantages pratiques, tels que des tests permettant l'amélioration de la relativité ou l'amélioration des outils pour la géodésie.

La recherche est publiée dans Nature Physics.

A propos de l'auteurEdwin Cartlidge

-------------------------------------

Mon commentaire : l'idée me semblerait bonne si les ordres de grandeur de la décohérence quantique ( qui tient à l'extension spatiale des probabilités d'états ) étaient vraiment beaucoup plus faibles que ceux de la différence de gravité entre 2 cotes H et H+ΔH ....MAIS ENCORE UNE FOIS POURQUOI PUBLIER SANS AVOIR FAIT LA MANIP !!!! BRUKNER est il de ceux qui proclament partout : "Retenez moi ou je fais un malheur " !!!!!????

-----------------------------------------------------------------------------

4;abstract

lLe Monde selon la Physique ( PHYSICS WORLD ) JUIN 2015 2 eme partie

L'art japonais du "kirigami", ou le découpage de papier, a été utilisé par des scientifiques aux États-Unis ( Nicholas Kotov , University of Michigan ) pour fabriquer des feuilles composites électriquement conductrices plus élastiques, en augmentant leur tension de 4% à 370%, sans affecter significativement leur conductivité.

Mon commentaire : c est un matériel pour ingénieur en technologie electronique 3D

-------------------------------------------------------------------------------

5 /abstract

lLe Monde selon la Physique ( PHYSICS WORLD ) JUIN 2015 2 eme partie

La réponse optique de matériaux atomiquement minces vient d'être contrôlé avec succès sur des échelles de temps très courtes par un groupe de chercheurs de l'Université Columbia à New York et à l'Université de Stanford en Californie, États-Unis. La découverte fait progresser notre compréhension des phénomènes à plusieurs corps dans les systèmes de basse dimensionnalité. Elle pourrait aussi aider dans le développement de dispositifs photoniques, comme émetteurs de lumière et pour des lasers fabriqués à partir de nouveaux métaux de transition 2D.

L'équipe, dirigée par Tony Heinz, a étudié le séléniure de tungstène en matériau 2D (WS2). Ce semi-conducteur appartient à la famille des dichalcogénures de métaux de transition (TMDCs) - ceux-ci ont la formule chimique, MX2où M est un métal de transition (tels que Mo ou W) et X est un chalcogène (tel que S, Se ou Te).

Les matériaux sont reconnus comme semi-conducteurs à bande interdite indirecte dans la masse, et aussi comme semi-conducteurs directs à bande interdite lorsque réduite à l'épaisseur de la monocouche. Ces monocouches absorbent efficacement et émettent de la lumière, et ainsi pourraient trouver une utilisation dans une variété d'applications de dispositif optoélectronique, tels que des diodes électroluminescentes, des lasers, des photodétecteurs et des cellules solaires. Les TMDCs pourraient également être utilisés pour fabriquer des circuits pour l'électronique de faible puissance, à faible coût ou des écrans flexibles, des capteurs et de l'électronique, même flexibles qui pourraient être revêtus sur une variété de surfaces

Mon commentaire : ceci est une publication dite de " barrage " .... Une bande de physiciens campe sur un domaine sans l'exploiter complétement avec l'air de dire : " voilà mon territoire ! "


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine