Magazine Politique

Plus inquiétant que le djihadisme, vraiment ?

Publié le 29 juin 2015 par Falconhill
Beaucoup de choses ont été écrite sur la déclaration (que je trouve abjecte) du CCIF. Le collectif contre l’islamophobie en France. Pour lui, le véritable danger n’est pas le djihadisme mais l’islamophobie. On ne délire pas… Des gens le pensent vraiment. Des gens pensaient que les journalistes et caricaturistes de Charlie Hebdo assassinés « l’avaient bien cherché »…
Certains, en France, pensent qu’il est moins grave de couper une tête ou de noyer des gens dans une cage que d’exprimer des réserves sur l’Islam, et de s’inquiéter de la montée des extrémistes chez eux. Certains pensent qu’il est plus grave de trouver déplorable que certains footballeurs musulmans refusent de porter le maillot « je suis Charlie » que de tuer des journalistes parce qu’ils ont caricaturé leur prophète. Certains pensent qu’il est plus scandaleux de trouver choquant de vouloir transformer des églises en mosquée et ainsi bafouer 2000 ans d’histoire que de lancer des appels à la violence et à la haine de celui qui ne croient pas en leur dieu et leur prophète.
Comme le dit Jack Dion dans un tweet, quand on dit que l’islamophobie est pire que le djihadisme et ces saloperies qui sont faite au nom de l’islam, faire pire sera difficile.
Manuel Valls a employé le terme de « guerre de civilisation ». Certains s’en sont émus. Posture politicienne, encore… On s’amuse. Ce qui m’émeut personnellement, ceux ne sont pas les mots. C’est que l’on tue des chrétiens au nom de l’Islam, en les égorgeant sur une plage en pointant Rome du doigt, ou en les noyant dans une cage. C’est qu’un homme égorge un autre homme dans une usine, et se prenne un selfie avec la tête coupée.
Mais indignons-nous des mots, ça ne coûte pas bien cher la posture. Et puis ça donne bonne conscience, c'est bien, la bonne conscience.  Servons du padamalgam jusqu’à dépasser la dose prescrite. Le nouvel élément de langage, depuis vendredi, c’est le très célèbre « les musulmans sont les premières victimes ». C’est faux : les premières victimes sont ceux qui sont morts des mains de ceux qui tuent au nom de Dieu. Les premières victimes sont les caricaturistes de Charlie Hebdo. Les premières victimes sont ceux qui défendent la liberté d’expression. Les premières victimes, ceux sont les enfants du Père Noël et des œufs de Pâques, que l’on veut supprimer en certains endroits pour ne pas « discriminer », imposant par peur de la réaction d’une religion une laïcité qui irait jusqu’à supprimer nos 2000 ans d’histoire et de traditions. Les premières victimes, c’est nous.
On est en tous cas en train de perdre ce combat contre l’obscurantisme et l’islam extrémiste. Pour en revenir à cette histoire de Dalil Boubakeur qui propose de transformer des églises en mosquée : c’est de l’islam intégriste. Un islam de conquête, conquérir les lieux de symboles et de cultes de nos ancêtres. C’est grave comme proposition, et grave qu’elle n’ait pas plus ému que ça… Symboliquement, c’est fort comme déclaration.
Guerre de civilisation peut être. Mais en tous cas, le fait est que les islamophiles intégristes sont aujourd'hui parmi les premiers vecteurs d’une islamophobie dont ils sont coupables. Surtout quand ils la trouvent plus inquiétante que ce regain de violence et d’intolérance dans cet islam intégriste agressif et dangereux qui passe à l'acte sans aucune humanité. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Falconhill 1396 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines