Magazine Science & vie

Les archéologues découvrent une mystérieuse citadelle Maya

Publié le 30 juin 2015 par Jann @archeologie31
Cela fait trente ans que l'archéologue Anabel Ford explore et étudie l'ancien site Maya d'El Pilar.
Et c'est la première fois qu'elle trouve quelque chose ressemblant à une "citadelle": "nous avons découvert un composant complètement nouveau dans ce grand site qui ne correspond pas aux attentes habituelles" dit-elle, "cela n'a rien en commun avec les centres Mayas de la période Classique: pas de place ouverte, pas d'orientation de la structure sur les points cardinaux, et, curieusement, pas de lien évident avec le grand site de la période Classique d'El Pilar, à un peu plus de 600 mètres de là."
Les archéologues découvrent une mystérieuse citadelle Maya Image LiDAR montrant la "Citadelle" récemment découverte à l'Est des principaux tempes d'El Pilar. Image: BRASS/El PilarEl Pilar.
Ce que Ford décrit est une construction invisible, ou ensemble de constructions d'un complexe, qui a récemment été trouvé à l'aide de la télédétection par laser, le LiDAR; dans ce cas le laser était utilisé depuis un hélicoptère pour pénétrer l'épaisse végétation. C'est une façon de voir "à  travers" la forêt  les choses invisibles à l’œil nu.
Le LiDAR a permis de produire une remarquable carte d'El Pilar, révélant une architecture Maya non visible ainsi que d'autres éléments de constructions.
Ce nouvel ensemble de structures, cependant, est quelque chose de nouveau. Il a été qualifié de "Citadelle", en raison de sa localisation, au sommet d'une crête, et de ce qui ressemble à des fortifications. Il contient des terrasses concentriques ainsi que quatre "temples", chacun haut de trois à quatre mètres.
Les archéologues découvrent une mystérieuse citadelle Maya Image LiDAR montrant la zone centrale d'El Pilar (tout à droite la "Citadelle). Image: BRASS/El Pilar
Contrairement aux autres ensembles de structures, cela semble, par son emplacement, avoir été isolé du reste d'El Pilar. "Le complexe s'étire du sud vers le nord sur presque un kilomètre de terrain (...)" ajoute Ford, "cet énorme complexe est un mystère. Quelle est son origine ? Quand a-t-il été construit ? Comment était-il utilisé ? Pourquoi était-il isolé ?"
Un retour sur le terrain pour trouver des réponses.
Dans sa quête de réponses, Ford retournera sur le site cette année, cette fois pour faire des fouilles et vérifications sur le terrain. Cela comprendra des fouilles préliminaires pour rassembler des informations sur la nature et l'utilisation des constructions et des terrasses.
"Beaucoup de questionnements peuvent être résolu dans le contexte en identifiant les dates de construction" dit Ford, "mais cela requiert l'identification  des étapes de la construction, le rassemblement d'artéfacts en céramique pour diagnostic contextuel, et des datations d'échantillons au carbone 14".
Ford suppose que la Citadelle, si c'est un site de la période Classique, a pu être construite et utilisée pour des objectifs séparés du site El Pilar non loin de là. Mais elle suggère deux autres possibilités: cela peut être un site plus ancien, Préclassique (antérieur à 250 avant l'Ere Commune), avant que l'organisation des constructions sur des places ne devienne un standard au cours de la période Classique.
Ou bien, il peut s'agir d'une construction plus tardive, de la période Postclassique (après 1200 de l'Ere Commune) lorsque les positions défensives étaient habituelles.
Cela pourrait expliquer l'importance des terrasses et la hauteur, sur une crête. "Ces hypothèses peuvent être testées en une seule saison de fouilles et nous pourrons avoir l'essentiel des datations. La fonction du site et de ses terrasses et temples associés ne pourra pas être clarifiée en une seule saison; cependant, il ne fait aucun doute que nous aurons une meilleur compréhension du site après ces investigations," estime Ford.
Réparti sur une ligne imaginaire entre l'ouest du Belize et le nord-est du Guatemala, El Pilar est considéré comme étant le plus grand site dans la région de la rivière Belize, avec plus de 25 places et des centaines d'autres structures, le tout couvrant environ 48 hectares.
Les constructions monumentales à El Pilar on commencé au Préclassique Moyen, aux alentours de 800 avant l'Ere Commune, et à son apogée, des siècles plus tard, la cité comptait plus de 20,000 habitants.
Les archéologues découvrent une mystérieuse citadelle Maya Comme ci-dessus, la plupart des structures d'El Pilar sont restées en l'état; c'est une stratégie pour conserver ses restes. Photo: BRASS/El Pilar Program 
Ford, qui est directrice du programme Brass/El Pilar au Centre de Recherche Mésoaméricain de l'Université de Californie, Santa Barbara, a choisi une approche non invasive pour étudier le site. La plupart des structures d'El Pilar sont ainsi restées en l'état.
Source:

Derniers articles sur les Mayas:

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jann 113254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine