Magazine France

Grèce, le jour J

Publié le 30 juin 2015 par Juan
Grèce, le jour J

Lundi 29 juin, sans surprise, le premier ministre grec a instauré le contrôle des changes, le plafonnement des retraits bancaires pour les détenteurs de cartes grecques à 60 euros par personnes, et la fermeture des banques et de la Bourse d'Athènes.


La zone euro est en passe de perdre l'un de ses membres, et l'Europe son mythe de solidarité.
 
Quelques sites publiaient déjà des conseils pour touristes inquiets.
Lundi soir, quelque 17.000 personnes manifestaient au coeur d'Athènes contre l'ultimatum des créanciers.
Sur la filiale française du Slate américain site qu'il administre , Jean-Marie Colombani, ancien patron du Monde, éructe sa rage contre Alexis Tsipras et son parti Syriza: "un groupe de rupture, antisystème, anticapitaliste, et pour finir anti-européen, dont le modèle, s’il existe, doit être recherché du côté du Venezuela de feu Hugo Chavez"; "un national-populisme avec comme moteur en lieu et place de la dénonciation du diable américain"...
Plus triste, et tout aussi peu surprenant, la Commission de Bruxelles fustigeait l'initiative référendaire du premier ministre grec.
C'était pourtant la première fois depuis 2010 que les électeurs grecs étaient appelés à voter sur ce qui allait leur arriver et non sur de simples promesses.
L'ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, suggérait au contraire sur son Twitter trois mesures qui donnait au moins partiellement raison à Alexis Tsipras qui venait de refuser le dernier ridicule chantage du weekend: "Fournir plus d’aide pour seulement rembourser les créanciers publics existant est tout simplement inepte". DSK suggérait plutôt d'annuler une partie de la dette grecque et de rééchelonner le reste; et de suspendre tout financement nouveau. Un journaliste d'Europe 1 s'indignait sur Twitter que le bulletin de vote proposé aux Grecs pour leur référendum dimanche prochain soit si succinct et figure le "NON" avant le "OUI". Que disait le même quand en 2005 il fallut voter Oui ou Non sur un texte de Constitution européenne de quelque 300 pages ?
Rien.
Disqualifier cette démarche démocratique est la seule chose qui reste à quelques-uns partisans du remboursement d'une dette grecque asphyxie l'Europe par le Sud.
Deux prix Nobel de l'Economie expliquaient combien les dirigeants de l'eurogroupe étaient irresponsables.
#Grece όχι non un mot que tout les journalistes étrangers apprennent ce soir a Athènes pic.twitter.com/LWhqanE0gv — Angelique kourounis (@angelikkour) June 29, 2015

Depuis quelques jours, vendredi dans la nuit pour être exact, l'euro-zone et quelques autres stressent. "La BCE prête à tout pour apaiser les marchés" nous apprend le Figaro
"Le soleil continuera à se lever. (...) Les Grecs doivent rester calmes et sereins en dépit des menaces et du chantage". Alexis Tsipras

Les Européens également. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juan 53884 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte