Magazine Santé

MÉLANOME: Gare au psoralène du pamplemousse et du jus d'orange! – Journal of Clinical Oncology

Publié le 03 juillet 2015 par Santelog @santelog

C’est une augmentation significative du risque de mélanome qui vient d’être associée à la consommation de jus d’orange (pas le fruit) et de pamplemousse (le fruit), par cette étude américaine. S’il s’agit d’une association et non d’une relation de cause à effet, les chercheurs apportent une explication, la concentration dans ces deux aliments de psoralène, un composé chimique qui absorbe la lumière ultraviolette. Si cette augmentation du risque de mélanome est bonne à connaître, il ne faut pour autant pas négliger les bénéfices, pour la santé, des fruits et jus de fruits non sucrés. Précisions dans le Journal of Clinical Oncology.

MÉLANOME: Gare au psoralène du pamplemousse et du jus d'orange! – Journal of Clinical Oncology
Les chercheurs du Brigham and Women’s Hospital, de la Harvard Medical School et de la Brown University ont suivi durant plus de 25 ans 63.810 femmes et 41.622 hommes, professionnels de santé à travers 2 études de cohorte. Les participants étaient invités à renseigner leur alimentation par questionnaire tous les 2 à 4 ans –dont leur consommation d’oranges, de pamplemousses, de jus d’orange et de pamplemousse, ainsi que différents facteurs mode de vie dont l’exposition au soleil et l’usage de crème solaire. Les données sur le diagnostic de mélanome ont été recueillies à partir des dossiers médicaux. Les mélanomes ont été classés en 2 groupes selon leur emplacement et le degré d’exposition au soleil, soit :

-   Une exposition au soleil élevée et le site du mélanome sur la tête, le cou ou les extrémités.

-   Une faible exposition au soleil et le site du mélanome sur les épaules, le dos, les hanches.

Enfin, les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion possibles.

L’analyse constate un risque accru de mélanome chez les participants qui consomment :

·   plus d’un verre de jus d’orange par jour,

·   un pamplemousse frais plus de 3 fois par semaine.

Précisément,

·   Durant les 25 ans de suivi, 1.840 cas de mélanome ont été diagnostiqués.

·   Les participants ayant un apport d’agrumes élevé,

-   sont moins susceptibles de fumer des cigarettes et de boire du café,

-   plus susceptibles de pratiquer un exercice,

-   d’avoir un apport –logique- plus élevé de vitamine C.

·   Une consommation globale d’agrumes de plus de 1,6 portion par jour augmente de 36% le risque de mélanome (vs aucune)

·   3 pamplemousses frais par semaine augmentent de 41% le risque accru de mélanome (vs jamais). Cette association n’est pas constatée avec la consommation de jus de pamplemousse.

·   Une association statistiquement significative est observée entre la consommation de pamplemousse et le développement du mélanome sur des sites liés à une exposition élevée au soleil.

·   Consommer du jus d’orange plus d’une fois par jour est également associé à un risque accru de de 25% mélanome (vs moins d’une fois par semaine).

·  Consommer des oranges (le fruit) n’est aucunement associé au risque de mélanome.

·   Aucune association n’a été constatée pour les autres fruits et légumes.

En conclusion boire du jus d’orange régulièrement (et non consommer le fruit) ou manger un pamplemousse frais (le fruit) plusieurs fois par semaine est associé à une petite augmentation du risque de cancer de la peau.

Explication : Les agrumes et leur jus contiennent des niveaux élevés d’un composé chimique, le psoralène, qui absorbe la lumière ultraviolette. Certains médicaments à base de psoralène sont utilisés pour le traitement des affections de la peau comme le psoriasis et de précédentes études sur l’utilisation à long terme de ces médicaments suggèrent aussi une augmentation du risque de mélanome.

Des résultats qui doivent être pris avec précaution car ils sont incapables de prouver la consommation d’agrumes est la cause de mélanome.

Source: Journal of Clinical Oncology June 29 2015doi: 10.1200/JCO.2014.57.4111Citrus Consumption and Risk of Cutaneous Malignant Melanoma

MÉLANOME: Gare au psoralène du pamplemousse et du jus d'orange! – Journal of Clinical Oncology
Plus d’études surle Mélanome


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 69803 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine