Magazine Sport

Foot : le Chili prophète en son pays

Publié le 05 juillet 2015 par Anthony Quindroit @chilietcarnets
image

La Roja a remporté, à domicile, sa première Copa America (photo Anfp.cl)

D’une panenka, Alexis Sanchez a effacé les Copa d’avant. Celles que le Chili n’a pas gagné. Toutes, en fait. Car jamais, en 99 ans de Copa America, le Chili n’avait remporté la coupe.
Jusqu’à ce samedi 4 juillet 2015.
Après une compétition exemplaire – ou presque, si l’on excepte la sortie de route alcoolisée d’Arturo Vidal et le doigt baladeur fort peu approprié de Gonzalo Jara durant le match contre l’Uruguay – la Roja est sacrée à domicile.
Après avoir terminé premiers de leur groupe puis eliminé l’Uruguay et le Pérou, les Chiliens ont vaincu les Argentins au cours d’une finale étouffante dont l’issue s’est jouée aux tirs au but. Si l’Albiceleste rate largement la cage, la délivrance viendra lors d’un arrêt irréprochable du gardien chilien Claudio Bravo, l’un des atouts majeurs de la Roja. Le capitaine a su rester lucide durant tout le match, repoussant une tête et une solide frappe argentines qui ont glacé la couenne des spectateurs de l’Estadio Nacional.
Vainqueurs, donc. Le rêve brisé de la Coupe du monde 2014 est enterré. À Santiago du Chili, où le foot est une religion, la plaza Italia n’a pas beaucoup dormi. Durant un mois de compétition, les Chiliens ont vibré au rythme de leur équipe nationale, mettant un instant de côté les catastrophes naturelles qui ont frappé le nord du pays, les manifestations étudiantes ou encore les problèmes politiques de la Moneda.

image

Durant un mois, le Chili à vibré au rythme de la Roja (photo Anfp.cl)

À peine sortis du stade, certains même pas encore douchés, les joueurs ont été conviés au palais présidentiel pour y rencontrer la présidente Michelle Bachelet et la ministre des Sports Natalia Riffo. Du foot, rien que du foot pour regagner quelques points de popularité. Et un titre historique à la clef. Du grand Chili.
Un Chili qui n’oublie pas son histoire. Par la voix du défenseur chilien Jean Beausejour, le monde s’est aussi souvenu que, dans ce stade en liesse, la dictature de Pinochet a versé le sang d’innocents. Une pensée triste et lucide qui n’a pas plombé l’ambiance des dizaines de milliers de Chiliens sortis fêter la victoire d’une équipe qui , c’est bel et bien confirmé, est à suivre de très près.

À Santiago du Chili, le Chili bat l’Argentine (0-0, 4-1 aux tirs au but)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anthony Quindroit 2221 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine