Magazine Livres

"Vous ne l'emporterez pas avec vous" / "You Can't Take It with You" de Frank Capra

Par Lesalondeslettres @Salon_Lettres

Réalisation : Frank Capra

Scénario : Robert Riskin, d'après la pièce éponyme de George S. Kaufman et Moss Hart que Capra découvre au théâtre

Genre : Comédie romantique

Avec Jean Arthur (Alice Sycamore), Lionel Barrymore (le grand-père Martin Vanderhof), James Stewart (Tony Kirby)

A nalyse du film : Il s'agit d'une comédie loufoque à caractère social, tout comme Mr. Smith au Sénat ou L'extravagant Mr Deeds. La famille Vanderhof-Sycamore incarne les valeurs humaines et morales chères à Capra, mais cette famille est déjantée. Tandis que la famille Kirby est bourgeoise et arrogante. Les personnages secondaires sont bien représentés, Capra étant connu pour bien mener ses acteurs.
Ce film présente des situations cocasses avec un éloge de la fantaisie tout comme dans Holiday de George Cukor (1938, Columbia). On est dans un comique de langage et de corps. Par ailleurs, tout est en mouvement et le rythme est très rapide. La famille est présentée comme une communauté qui vit ensemble, qui construit ensemble. Les personnages de la famille sont tous différents et cela rend le groupe familial complètement déstructuré. Chacun vaque à ses occupations (la mère écrit, la fille danse...) mais il y a cependant une certaine harmonie. La solidarité est donc un maître mot du film.

Après avoir fait fortune, le vieux Vanderhof est devenu un sage en pensant que l'argent ne fait pas le bonheur. Il vit entouré de ses petits-enfants et de ses domestiques, pour le moins originaux. Mais voila que sa petite-fille Alice tombe amoureuse de Tony Kirby, le fils d'un homme d'affaires. Si Alice et Tony s'aiment, ce n'est pas le cas des Vanderhof et des Kirby, qui n'ont pas réellement la même conception de la vie.

Ce film a été un vrai coup de coeur, notamment pour la scène de liesse finale, au moment du déménagement de la famille. Attention spoiler : cette scène est l'occasion de réconcilier les deux familles, dont l'une a des valeurs aristocratiques et l'autre non. C'est un moment magnifique et j'ai visionné au moins quatre fois la scène où le père Kirby et le grand-père interprètent la chanson Polly Wolly Doodle à l'harmonica et que tout le monde se retrouve à ce moment-là. Cette scène est la plus joyeuse que j'ai vu au cinéma et elle me marquera encore longtemps je pense. Non seulement elle présente la joie autour d'une chanson entraînante mais elle permet aussi la réconciliation entre deux familles et au sein d'un couple.

Les personnages sont très amusants car il ont chacun une activité : la danse, les inventions, l'écriture... J'ai adoré la construction travaillée des personnages, chacun a l'air d'avoir été étudié et ensuite la mise en scène a créé une harmonie entre eux. Le salon a l'air d'une scène de théâtre, il y a beaucoup d'objets, des projectile fusent parfois... C'est excellent ! Le panneau où il est inscrit "Home sweet home" tombe souvent à cause d'explosions et est remis au moins à cinq reprises par un personnage. J'ai aimé cette insistance ! J'aime bien les valeurs prônées : la solidarité, la famille, le contraste entre les "pauvres" et les riches (le père et son fils, bourgeois) sont à l'écart de la foule dans la prison). Les mots-clés du film me paraissent être les suivants : famille farfelue, joie, luxe, amour, activités, ambiance. Des thèmes qui ont de quoi donner le moral !

=> Un film où l'ambiance familiale est très bien retranscrite et donne de la joie au spectateur. À vous de le voir !

Scène finale que j'ai adoré !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lesalondeslettres 542 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine