Magazine Cinéma

Illumination de Rowan Speedwell

Par Evenusia @Evenusia

illumination

Sortie VF le 10 juillet 2015

Résumé de l'éditeur : chez Milady Romance, collection Slash

Adam Craig est au bout du rouleau. Ce chanteur de hard rock n'en peut plus de la vie vide de sens qu'il mène, de chambre d'hôtel en chambre d'hôtel. Après le dernier concert de sa tournée, il s'enfuit en pleine nuit jusqu'au lac où il passait autrefois ses vacances, pris de nostalgie. Il s'assoupit devant une maison au bord de l'eau... qui appartient à Miles Caldwell, un enlumineur agoraphobe et forcé de vivre en reclus. Il découvre le bel endormi à sa porte et, dès le premier regard, Adam ressent pour Miles une puissante attirance. Mais l'éternel vagabond et l'éternel solitaire pourront-ils jamais s'aimer ?

L'avis de Millie : 

Adam Craig est le leader trentenaire d'un groupe de métal (oui métal et pas hard rock comme c'est écrit dans le résumé de l'éditeur, mais je vais y revenir plus tard parce que y'a une grosse confusion tout au long du roman), et homosexuel toujours dans le placard. Frustré de vivre comme ça, il trouve refuge dans la drogue avec sa fausse petite amie Evie. Un soir, lassé par sa fausse vie de rock star hétérosexuelle, et complétement ivre et aussi chargé qu'un coureur cycliste, il prend un taxi vers l'infini et l'au-delà, mais finit par s'arrêter dans le village vacances où il passait ses étés étant enfant. Forcément comme il n’a plus les idées bien nettes, il finit par s'endormir sur la terrasse de Miles Caldwell. Entre en jeu notre deuxième héros, le beau, grand et musclé Miles qui a un job assez particulier: Il est enlumineur ! Il ne passe pas son temps à allumer la lumière, il calligraphie, décore et dessine sur des parchemins comme le faisaient les moines au Moyen-Âge (si vous regardez Kaamelott, c'est ce que fait le Père Blaise pendant des heures). Mais Miles souffre d'agoraphobie, d'asociabilité, de TOC et troubles de l'attention qui le condamnent à ne jamais quitter sa propriété. Pourtant, entre eux deux, ça va être explosif dès le moment où ils se rencontrent.

Illumination est une histoire d'amour, parce que même si l'attirance sexuelle est immédiate entre les deux personnages, on sent que c'est tout de suite plus que ça.

Adam n'assume pas son homosexualité mais pas pour les raisons que l'on pense. Il a peur de perdre son groupe, sa gloire et son argent si jamais son secret est découvert. Il dissimule aux autres membres de Black Varen son orientation sexuelle et fait semblant d'être hétérosexuel en s'affichant régulièrement aux bras de son amie de longue date, Evie, une mannequin et actrice assez populaire. Il couche aussi avec des groupies. C'est la première confusion qui m'a retourné le cerveau: Adam est bien homosexuel, mais il ne rencontre pas de problèmes physiques à avoir des relations sexuelles avec des femmes. Aux yeux du monde, il est hétérosexuel. Et puis au fil du livre, il s'affiche davantage comme un bisexuel au public.

Pareil, au début de l'histoire, il explique à Miles, que Black Varen est un groupe de métal... sauf qu'on apprend à la fin que ce n'est pas du métal qu'ils font mais de la pop rock... pour ensuite entendre Adam parler de rock. La fan de musique qui est en moi, a poussé des cris.

Je vais vous résumer ça: tout ce qui touche à Adam est très confus contrairement à Miles où l'auteur prend le temps d'expliquer son travail (on sent le travail de recherche de la part de Rowan Speedwell avec les nombreux détails sur l'enluminure), sa famille, ses amis, sa vie. C'est un choix que je ne comprends pas. Ils ont à peu près le même âge (entre 30 et 35 ans) et le roman est écrit de manière égale de leur deux points de vue.

J'ai trouvé Evie, l'amie d'Adam, très toxique. Elle ne se soucie que de son propre sort sans se soucier vraiment du bien-être d'Adam. Elle lui donne de mauvais conseils et lui file de la drogue comme si c'était des bonbons.

Miles, lui, est entouré de vrais amis et d'une soeur aimante. Il a subi un terrible traumatisme qui l'a transformé en véritable ermite avec pour seul compagnon, un perroquet appelé Grace. Tout ce qu'il a dans sa vie, c'est son travail, qu'il prend avec le plus grand des sérieux. On le sent vraiment passionné et c'était cocasse de voir Miles expliquer à la rock star en quoi consistait son travail avec tous les termes spécifiques.

Je dois vous avouer que j'ai trouvé le livre long. Trop long. Il se passe finalement pas grand-chose. L'auteure a trop détaillé les actions quotidiennes qui deviennent répétitives, et Miles et Adam peuvent avoir des monologues internes de plusieurs pages qui plombent le récit.

Au contraire, l'addiction aux drogues d'Adam est traitée d'une manière beaucoup trop légère. C'est finalement pas un problème, il se décrit lui-même comme un utilisateur régulier mais pas un accro.

Si vous êtes familiers avec le M/M, il y règne une certaine dynamique dans le couple: Il y a toujours un personnage très masculin, musclé, grand, alpha et l'autre est plus doux, chétif, un peu soumis. Ici, même s'il y a une certaine égalité, c'est quand même Miles qui domine le couple (surtout dans les relations intimes). Adam a un physique plus androgyne et comme il n’assume pas au grand jour son homosexualité, il paraît plus faible.

L'élément le plus flagrant de cette différence ne se reflète pas dans leur couple, mais dans leur métier. Miles est enlumineur, c'est un artiste un peu perdu, qui, même s'il fait des jolies lettres sur de la peau de zébu, reste un mâle. Adam, et là accrochez-vous parce que j'ai trouvé ça assez original, est un métalleux avec un passé de chanteur de comédies musicales ! On comprend dès le début que son groupe n'est pas un groupe d'amis qui a commencé dans un garage sombre pour l'amour de la musique. Ils font de la musique pour la gloire, l'argent et les groupies. D'ailleurs, deux membres du groupe sont ouvertement homophobes (un peu cliché et étroit d'esprit de la part de l'auteure que de considérer le genre métal comme un genre intolérant), ce qui pousse Adam à garder son secret.

Avec ses 390 pages, un twist de fin un tantinet trop facile, des scènes hot sans être vulgaires, Illumination reste une romance M/M divertissante.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Evenusia 26490 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog