Magazine Info Locale

Érosion : quand la côte recule

Publié le 22 juillet 2015 par Blanchemanche
#littoralaquitain #Érosion
22.07.2015, par
Cyril Frésillonhttps://lejournal.cnrs.fr/diaporamas/erosion-quand-la-cote-reculeLe littoral aquitain et ses 230 kilomètres de plages de sable est un environnent fragile en mutation constante. Une équipe du laboratoire Epoc tente de mieux comprendre les évolutions du trait de côte et le problème d’érosion dont il est l’objet.Laboratoire Epoc : Environnements et paléoenvironnements océaniques et continentaux (CNRS/Univ. de Bordeaux/EPHE)Érosion : quand la côte recule1
Un immeuble vidé, abandonné, condamné. En janvier 2014, les habitants de l’immeuble Le Signal ont été expulsés par arrêté préfectoral. En cause : l’avancée dangereuse de la mer, qui menace l’édifice.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule2
Aujourd’hui, l’immeuble Le Signal ne se trouve qu’à une douzaine de mètres du trait de côte. En 1967, l’année de sa construction, l’océan se situait à 200 mètres.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule3
Située à 20 kilomètres au sud de l’estuaire de la Gironde, la commune de Soulac-sur-Mer et son immeuble emblématique subissent une érosion très importante de la plage. Les tempêtes de l’hiver 2014 ont fortement accentué ce phénomène.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule4
Le combat contre l’érosion n’est pas un phénomène nouveau. Au début du XXe siècle déjà, des «piscines de protection» ont été creusées au nord de Soulac-sur-Mer pour retenir les sédiments.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule5
À Biscarrosse, à 120 kilomètres au sud de Soulac-sur-Mer, les chercheurs font un suivi vidéo de la plage depuis 2007 pour comprendre la dynamique du trait de côte. Ils tentent de quantifier les apports de sédiments qui fluctuent en fonction des saisons.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule6
En 2000, la municipalité a installé des sacs remplis de sable (géotextiles) pour protéger la dune. Efficaces jusqu’à l'hiver 2014, ils ont été rendus inopérants par des tempêtes successives particulièrement violentes.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule7
Sur la plage sud de Biscarrosse, des enrochements ont été mis en place pour contenir l'érosion de la côte. Mais ce dispositif ne couvrant qu’une partie seulement de la plage, il aurait pour effet d’aggraver l’érosion latérale de la plage.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule8
La plage de Truc-Vert intéresse particulièrement les chercheurs qui étudient le trait de côte. Loin de l’embouchure du bassin d’Arcachon et de l’estuaire de la Gironde, elle n’est touchée ni par leurs dépôts sédimentaires ni par les activités humaines.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule9
C’est pourquoi, depuis 1995, des chercheurs mesurent régulièrement l’altitude de cette plage pour évaluer les apports et les retraits sédimentaires.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule10
Tous les quinze jours et pendant la marée basse, Stéphane Bujan, du laboratoire Epoc, effectue un relevé GPS du bas de la plage jusqu’au trait de côte. Il quadrille une zone d’environ 1,5 km en suivant des lignes perpendiculaires à l’orientation de la côte.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule11
Au sommet de la dune, une antenne GPS fixe sert de point de référence pour les mesures mobiles. Les données obtenues alimentent la base de données du Service national d’observation de l’Institut national des sciences de l’Univers du CNRS.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule
12
Grâce à ces données, les chercheurs ont pu constituer un modèle fiable pour la compréhension et l’analyse des évolutions d’une plage sableuse. L’objectif est de mieux protéger ce type de plage de l’érosion.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule
13
En collaboration avec une équipe du Laboratoire des écoulements géophysiques et industriels (CNRS/UJF/Grenoble-INP), à Grenoble, les chercheurs utilisent un canal à houle de 36 mètres de long pour recréer artificiellement la morphologie d’une plage, le mouvement des vagues et des sédiments.CNRS Photothèque / LEGI / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule14
Tous les paramètres de ce canal peuvent être contrôlés. Un modèle de simulation numérique de l’érosion des plages est ainsi obtenu et comparé aux données acquises sur le terrain.CNRS Photothèque / LEGI / Cyril FRESILLONMode diaporamaPartagerÉrosion : quand la côte recule15
Les pouvoirs publics font appel à l’expertise des chercheurs pour anticiper les évolutions sédimentaires des plages de sable et prendre des mesures de protection du littoral contre l’érosion.CNRS Photothèque / EPOC / Cyril FRESILLONMode diaporama

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte