Magazine Info Locale

La révolution climatique préoccupe les céréaliers

Publié le 22 juillet 2015 par Blanchemanche
#changementclimatique #PassionCéréales #PoitouCharente

22/07/2015

La profession, 17.500 emplois en Poitou-Charentes, s’inquiète de l’impact du réchauffement climatique et a déjà commencé à mettre en place des parades.La révolution climatique préoccupe les céréaliers« Notre capacité d'adaptation est vitale pour le maintien d'une production qui représente la première source de revenus de la région », souligne le Deux-Sévrien Jean-Marc Renaudeau.Il n'existe pas de parade universelle aux effets du changement climatique mais nous disposons de plusieurs leviers agronomiques et scientifiques pour agir. Alors que les moissons battent leur plein, le Poitou-Charentes étant le quatrième grenier à céréales de France, les propos du Deux-Sévrien Jean-Marc Renaudeau, agriculteur et délégué régional de Passion Céréales (*), marquent bien l'extrême préoccupation de la profession face aux bouleversements climatiques.Des coups de chaleur estivaux de plus en plus fréquentsOui, le changement climatique est une réalité, et le secteur céréalier, fort de 17.500 emplois en Poitou-Charentes, a déjà pris des initiatives pour en tenir compte.
Un souci dont l'homme de la rue est lui aussi conscient : 70 % des habitants de la région, selon une récente enquête Viavoice-Passion Céréales, pensent que « le changement climatique a déjà eu un impact sur les cultures céréalières » du Poitou-Charentes.
Les conséquences se font déjà sentirLes conséquences se font déjà sentir. Les récoltes sont de plus en plus précoces. Les coups de chaleur estivaux de plus en plus fréquents. Déjà, des parades sont explorées, comme l'anticipation des périodes de semis, qui permet d'avancer les dates de récolte afin d'esquiver les canicules. Sont également mises au point de nouvelles variétés de plantes plus résistantes aux maladies et parasites que favorisent les changements météo.
« Cette capacité d'adaptation est vitale pour le maintien de notre production céréalière et la pérennité d'une filière qui représente la première source de revenus de la région », souligne Jean-Marc Renaudeau.
Parallèlement, la profession cherche à changer ses pratiques pour limiter les dégâts qu'elle cause elle-même sur le climat. Le groupe coopératif Charentes Alliance mise désormais sur le transport par voie ferrée : il dispose de quatre sites raccordés au rail qui permettent des convois vers les ports de La Pallice et La Rochelle : plus de 12 % de la dernière collecte, soit 110.000 tonnes de céréales, ont été transportés à bord de 85 trains, ce qui a économisé 3.683 camions sur les routes.
700 camions économisés sur les routes« Pour le prochain exercice, nous prévoyons 101 trains, soit une économie supplémentaire de 700 camions », indique Thierry Lafaye, directeur général de Charentes Alliance.
Un observatoire baptisé Oracle (observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique) a été mis en place par la chambre régionale d'agriculture.
Au XXe siècle, la température moyenne annuelle a augmenté de 1 degré en Poitou-Charentes et le réchauffement s'est accéléré à partir du milieu des années 1980.
nr.niortnrco.fr(*) L'association Passion Céréales regroupe l'ensemble de la profession depuis les producteurs jusqu'aux exportateurs en passant par les meuniers.Yves Revert http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2015/07/22/La-revolution-climatique-preoccupe-les-cerealiers-2410581

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte