Magazine Santé

La paternité et ses kilos en trop

Publié le 23 juillet 2015 par Santelog @santelog

PARENTALITÉ et SANTÉ: La paternité aussi laisse ses kilos en trop – American Journal of Men's HealthL’effet est particulièrement net au premier enfant, révèle cette étude de la Northwestern University qui montre un lien fort entre la paternité et l’accumulation de graisse et de kilos chez les hommes. Un effet paternité qui pèse entre 1 kilo et demi et 2 kilos, précisent même ces conclusions présentées dans l’American Journal of Men’s Health. Bref la paternité aussi laisse ses kilos en trop.

Dans le même temps, les hommes qui n’ont pas d’enfants, vont plutôt, dans la même tranche d’âge perdre un peu de poids, révèle également l’étude, qui a suivi durant 20 années, 10.253 participants hommes, dont l’IMC a été évalué à 4 points du suivi de l’étude, au début et au milieu de l’adolescence, puis vers 20 et 30 ans.

Chaque participant a ensuite été classé soit comme père résident, père non-résident (au foyer de l’enfant), ou non-père. Ensuite, les chercheurs ont rapproché les données d’IMC au statut parental, aux différents points de l’étude, et pris en compte les autres facteurs de confusion possibles (âge, ethnie, éducation, le revenu, activité quotidienne, temps d’écran et statut marital). L’analyse montre,

·   qu’un père qui vit avec son enfant a pris près de 2 kilos en devenant papa pour la première fois, soit un gain de 2,6% d’IMC,

·   qu’un père qui ne vit pas avec son enfant a pris environ 1 kilo et demi, soit un gain de 2% d’IMC,

·   qu’un homme qui n’a pas connu la paternité a perdu plus de 500g sur la même période de temps.

La transition vers la paternité est une étape de vie importante aussi pour la santé des hommes : La paternité affecte ainsi un biomarqueur important de la santé, l’IMC, ici chez des hommes jeunes et très probablement en raison de changements de mode de vie. Une prise de poids qui participe à l’augmentation du risque de maladies chroniques, plus tard dans la vie. Enfin, cette constatation concerne un groupe de population peu enclin à aller régulièrement consulter le médecin.  » De nombreux jeunes papas ne disposent pas d’un médecin traitant. C’est donc  » l’occasion « , pour les pédiatres de leur conseiller de prendre aussi soin de leur santé « . Car la paternité a d’autres effets démontrés comme des symptômes de dépression dans les premières années suivant la naissance de l’enfant.

Source: American Journal of Men’s Health 21 July, 2015 doi: 10.1177/1557988315596224 Longitudinal Study of Body Mass Index in Young Males and the Transition to Fatherhood


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine