Magazine Société

Menaces terroristes en Afrique

Publié le 23 juillet 2015 par Félicité Annick Foungbe épse De Souza @fafzimo
Menaces terroristes en Afrique

Il appartient au Cameroun de garantir l'inviolabilité de ses terres (principes constitutionnels)

... Ainsi entamions-nous un post courant 2014, lorsque le groupe terroriste BOKO HARAM procédait à l'enlèvement d'un religieux au nez et à la barbe des autorités camerounaises. Nous déplorions alors l'inertie de l'appareil répressif du Cameroun, une certaine indifférence, apathie des autorités. Il semblait pourtant clair qu'une cellule cancéreuse aussi infime soit-elle, pointait du nez et devait être traitée avec toute la rigueur possible, pour éviter une dégradation de l'état général et l'apparition de métastases.

Hélas ! à présent, la menace se concrétise au Cameroun. Les métastases sont effectives et la localité de Maroua en a fait les frais.

Pourquoi les mouvements terroristes étendent-ils leurs tentacules de manière fulgurante en Afrique ?

On incriminera spontanément la porosité des frontières et la corruption endémique ; l'un n'allant pas sans l'autre, pour des pays qui traînent la patte au classement du Doing Business. En effet, tant que nous aurons des frontières passoires, que le premier quidam venu pourra s'y faufiler les mains dans les poches, il est à craindre les tragédies et hécatombes. Quand les concours et recrutements officiels sont minés, quand de pauvres bougres mal formés, sous payés, sous-équipés garantissent les frontières, il faut s'attendre au pire. Quand le taux de chômage est également endémique, il ne faut pas s'étonner de voir le rang des fanatiques grossir.

Le manque de cohésion nationale et le défaut de collaboration à l'échelle sous-régionale

L'Afrique postcoloniale souffre des guerres intestines, des luttes sournoises pour le contrôle ou l'accaparement des richesses nationales. Dans un tel contexte, la cohésion nationale apparaît comme un leurre dans des sociétés fortement tribales. Il faudrait repenser l'identité nationale, le respect des valeurs, des intérêts politiques. Comment comprendre en effet que plus d'une centaine de jeunes filles enlevées, puisse s'évaporer comme une coulée d'éther dans les frontières de l'Etat nigérian ? Comment des terroristes peuvent-ils malmener, massacrer des centaines d'étudiants sur un Campus universitaire kényan durant des heures, sans se faire inquiéter le moins possible ? Autant de questions qui nous feraient ergoter et prendre conscience, sans nous cantonner à ce réflexe puérile, fataliste, stéréotypé qui donne bonne conscience à des individus qui devraient répondre de leurs actes : " Dieu l'a voulu. "... pufff !

Quant à la collaboration sous-régionale, il semble se poser un problème d'égo entre les dirigeants. Toute chose qui empêche une réponse concrète, adaptée aux menaces interrégionales. En outre, une perception erronée de l'intégration régionale tendant à faire croire qu'il faille abroger toutes les lois et les moyens de réguler les flux migratoires entre Etats membres d'un même espace géographique fausse gravement le débat.

Une menace plus sournoise, le repli sectaire

C'est l'attitude de tous ceux qui laissent passer n'importe quoi, à qui l'on ferait gober des mouches, au nom d'une prétendue appartenance religieuse. Chrétiens, Musulmans, Adeptes des Religions Traditionnelles Africaines, ils laisseraient ouvrir la boîte de Pandore au premier quidam montrant patte blanche.

De la perception de l'exercice du pouvoir

Tant que le pouvoir sera exclusivement perçu comme un moyen d'ascension sociale. Tant qu'un certain concept du pouvoir absolu aura la peau dure, il faut craindre des failles et un laxisme au niveau sécuritaire, face à des menaces qui ne tutoient pas directement le siège des hommes aux commandes.

Du rôle de l'ex-Puissance coloniale

Adulée, acclamée, conspuée, l'ancienne puissance coloniale l'est au gré des événements. D'aucuns fustigent un rôle trouble, quand pour les autres, elle devrait sérieusement taper du poing sur la table pour réprimer les terroristes. Sérieusement, chers Etats africains, prenons-nous en charge pour une fois. Quel est ce ménage qui fera long feu, lorsque les questions sensibles sont traitées par des personnes extérieures ? La France, tout comme les autres, a des intérêts géostratégiques, et cela il faut l'intégrer.

En bref, il faudrait une prise de conscience plus accrue à tous les niveaux, pour faire face de manière efficiente et effective aux menaces terroristes et à toutes sortes de périls qui mettent à mal la quiétude des populations africaines. Quand on n'attendra pas forcément que le tocsin sonne chez soi pour réagir, alors oui, on aura franchi une part importante dans la prévention et la lutte contre les menaces terroristes en tous genres.

Félicité Annick FOUNGBÉ ZIMO, épse DE SOUZA

Source image: http://www.gbe24.com


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Dossiers Paperblog

Magazine