Magazine Politique

L’approche offensive du Brésil dans l’agroalimentaire

Publié le 24 juillet 2015 par Infoguerre

L’approche offensive du Brésil dans l’agroalimentaireEn réussissant à se positionner en moins d’un quart de siècle comme acteur mondial dans la production de poulets, le Brésil a fait la démonstration de l’efficacité d’une politique d’accroissement de puissance par l’économie dans un secteur qui est habituellement analysé sous le seul angle du marché. Le Brésil projette de fournir en moins d’une décennie près de la moitié du marché mondial de la volaille.

Une culture de la guerre économique expérimentée sur le marché sud-africain

Dans le secteur agroalimentaire, les relations économiques entre le Brésil et l’Afrique du Sud ont été marquées par l’émergence d’un conflit commercial à fort contenu symbolique, politique et social ayant pour enjeu l’importation de volailles brésiliennes en Afrique du Sud. Le Brésil estime que des droits de douane injustifiés sont appliqués à ses exportations de volailles sur le marché sud-africain. L’Afrique du Sud applique depuis 2010 un droit de douane de 63% sur les volailles brésiliennes entières et de 45% sur la viande découpée, estimant que ces produits arrivent sur son marché à un prix trop bas qui met à mal les filières locales.
L’Afrique du Sud affirme que le Brésil fait du dumping sur ce type de produit, au détriment des entreprises sud-africaines comme Astral Foods, alors que les entreprises sud-africaines dominent un secteur particulièrement concentré : deux entreprises produisent 50% de la volaille et sept entreprises en produisent 75%.
Les Sud-Africains consomment plus d’un milliard de poulets par an et c’est un élément clef de la stabilité sociale de ce pays, au même titre que le riz en Chine ou le blé en Egypte. C’est la nourriture de base de très nombreux Sud-Africains noirs, base de l’électorat de l’ANC. Entre 2008 et 2010, les poulets entiers brésiliens ont représenté de 36 à 44% des importations sud-africaines, tandis que les morceaux désossés de poulet brésilien représentaient entre 94 et 97% des importations sud-africaines.

La déstabilisation du marché local sud-africain

Les importations de volaille en provenance du Brésil et d’Argentine ont atteint 5 millions de carcasses de poulet par semaine dès décembre 2010 contre une production locale de 18,5 millions par semaine. En janvier 2011, les importations de volaille étaient de 33% supérieures à celles de janvier 2010. Les produits importés étaient vendus environ 23% moins cher que la moyenne des prix locaux. L’appréciation du rand à la fin 2010 explique en partie la hausse de ces importations. La question a donc pris depuis 2012 une dimension éminemment politique avec une multiplication des manifestations de protestation des producteurs sud-africains de volailles et un risque fort de dérapage politique interne. L’Association des exportateurs et producteurs de poulets brésiliens estime que les poulets du Brésil ne représentent que 15% du poulet consommé en Afrique du Sud et que le problème est artificiellement gonflé par les autorités sud-africaines.
Le 21 juin 2012, le Brésil a demandé l’ouverture de consultations avec l’Afrique du Sud dans le cadre du système de règlement des différends (ORD) de l’OMC au sujet des mesures antidumping imposées par l’Afrique du Sud sur la viande de volaille en provenance du Brésil.
En août 2012, la South Africa’s International Trade Administration (ITAC) a imposé des mesures antidumping sur le poulet congelé et la viande de volaille importés du Brésil après une enquête suspectant le Brésil de concurrence déloyale entre 2008 et 2010. L’Afrique du Sud a introduit une taxe de 62,33% sur les poulets entiers et de 46,59% sur les poulets désossés, à l’exception de ceux provenant de l’entreprise Aurora Alimentos frappés d’une taxe de 6,25%.
Le 31 décembre 2012, le ministre sud-africain de l’Industrie et du Commerce, Rob Davies, a levé les taxes anti-dumping sur les importations de poulet brésilien. Il s’est référé à une note du ministère du Commerce et de l’Industrie montrant que les difficultés de l’industrie sud-africaine du poulet provenaient des importations en général, mais pas spécifiquement des importations du Brésil.
Le 9 avril 2013, d’importantes manifestations ont été organisées par le syndicat sud-africain Food and Allied Workers Union (FAWU) pour protester contre les importations croissantes de poulets brésiliens. Les autorités sud-africaines ont menacé de rétablir leurs taxes anti-dumping, alors que l’impôt à l’importation est  de 5% sur les poulets entiers et de 27% sur la viande désossée.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Infoguerre 2399 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines