Magazine Info Locale

Mathilde Chénin & Anna Principaud - Un institut métaphorique

Publié le 24 juillet 2015 par Mainsdoeuvres

BIOGRAPHIES

Née en 1980, Mathilde Chénin vit et travaille à Aubervilliers. Au sein de sa pratique qui préfère les versions aux formes abouties et fait de la collaboration un temps privilégié de ses recherches, elle explore les espaces et les formes créés par l’être ensemble au moyen d’écritures élargies et performatives, navigant entre corps, technique et langage. Elle élabore des architectures immatérielles et utopiques, des jeux, des systèmes, des généalogies, des partitions et autres Collective Large Objects, qui puisent leurs matières premières aussi bien auprès des logiques binaires, de la programmation orientée objet, que de la tenségrité qui fait tenir les dômes ou de l’observation des processus administratifs.
Elle développe son travail au sein de résidences de recherche (Géographies Variables, 2012 ; La Box, 2013 ; Coopérative de recherche, ESACM, 2014-2015) et prend part à des processus collectifs de réflexion quant aux stratégies collectives de création (Mind Dancing Laboratory, Station, Belgrade, 2012 ; Laboratoires d’Aubervilliers ; Groupe de Recherche en Homéopathie Binaurale, 2011-2014 ; Metaphorical Institute, Bidart, 2015). Ses recherches donnent également lieu à des performances qui entrelacent narration et travail du geste (Hors-Pistes, Centre Pompidou, 2014 ; Dire et Faire, Bureau des Projets, 2014 ; Nouveau Festival, Centre Pompidou, 2015).

Anna Principaud est artiste plasticienne. Née à Echirolles, elle vit et travaille en Ile-de-France. Diplômée de l’Ecole Nationale d’Arts de Cergy-Pontoise en 2011, elle a auparavant étudié les sciences de la matière, notamment la chimie à l’ENS Ulm jusqu’en 2005. Elle a montré son travail lors d’expositions collectives en France et en Thaïlande. Sa recherche artistique se développe principalement dans le champ de la sculpture, de l’objet, de l’installation mais également à travers l’écriture et la vidéo. Si elle travaille sa forme, sa matérialité, c’est surtout la capacité d’une oeuvre à créer de l’espace et des jonctions qui l’intéresse. « Oeuvres-outils », « surfaces négociées », entre contrôle et invitation, ses oeuvres cherchent à questionner l’économie politique des regards qui dessinent notre relation à ce_ux qui nous entoure_nt. Pour reprendre les mots de Jacques Rancières, l’art est pour elle « la façon dont, en traçant des lignes, en disposant des mots ou en répartissant des surfaces, on dessine aussi les partages de l’espace commun. (...) On ne définit pas simplement des formes de l’art, mais certaines configurations du visible et du pensable, certaines formes d’habitations du monde sensible. »

Mathilde et Anna participent actuellement à un projet réunissant des chercheurs (scientifiques, artistes, danseurs, etc.) autour de la question de l’usage des métaphores dans les pratiques de recherche, notamment en science et en art (co-construction et production par L’Atelier des Jours à venir / « Un institut métaphorique - Une autre recherche est possible »). Le projet a pris pour point de départ le domaine de l’immunologie dont un large pan s’est construit autour de mots spécifiques qui articulent notre compréhension de la réaction immunitaire : soi, non-soi, intégrité, identité, commun, reconnaissance, rejet, défenses, barrières, tolérance etc. Il s’agit de questionner collectivement ces mots véhiculant des métaphores liées à la guerre, au danger et à l’identité et avec eux des impensés en terme de rapport aux corps individuels et collectifs. Déplacer ces mots, se déplacer avec eux, questionner les cadres dans lesquels nous sommes au travail. Questionner les pratiques de recherche en art et en science, penser de nouvelles articulations entre elles, des articulations porteuses de sens et opérantes.

L’INFO INSOLITE
A venir.

PROJET DÉVELOPPÉ À MAINS D’ŒUVRES
Mathilde et Anna sont déjà venues à Mains d’Œuvres au printemps 2015, dans le cadre de ce même projet. Mains d’Œuvres les invite pour une seconde résidence au printemps 2016.
En amont d’une deuxième rencontre qui se tiendra à Paris en octobre 2016, Anna et Mathilde travaillent à l’écriture et la réalisation d’un ou plusieurs objets édités, qui viendront remettre en jeu sous des formes textuelles les matériaux et les outils jusque là mis au partage au sein d’Un institut métaphorique. Faisant le lien entre les différents temps de travail du groupe, ces scripts constitueront une porte d’entrée à la deuxième rencontre, un outil initial mis à la disposition des futures participantes afin qu’elles se mettent à nouveau en mouvement ensemble. Interrogeant les modalités des pratiques de recherche en arts comme en sciences, dans leur rapport aux langages et aux corps, ces textes s’adresseront également à toutes celles qui seraient engagées dans de tels parcours de recherche.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mainsdoeuvres 11249 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine